CHARLEVOIX ACCUEILLE LE MONDE

Biodiversité et changements climatiques

Les 8 et 9 juin, l’attention se tournera vers Charlevoix à l’occasion du Sommet réunissant les chefs d’État des sept pays industrialisés formant le G7. Les quelque 30000 citoyens répartis dans les 13 municipalités de Charlevoix se préparent depuis des mois en vue de cet événement mondial. Dans cette série, le Groupe Capitales Médias aborde les grands thèmes de ce sommet tel que vus et vécus par les Charlevoisiens.

Charlevoix est une terre d’exception. Reconnue comme Réserve de biosphère par l’Unesco en 1988, l’endroit cherche à protéger sa biodiversité et ses écosystèmes à tout prix. Son microclimat en fait une terre où il fait bon vivre mais où il faut désormais apprendre à composer avec les humeurs d’une planète qui se métamorphose. Ici, on agit et on interagit!

En janvier, le premier ministre du Canada Justin Trudeau l’affirmait devant la Chambre de commerce de Charlevoix. «Il est non seulement possible mais désor­mais nécessaire de trouver un équilibre entre la croissance de l’économie et la protection de notre environnement». Les chefs d’État en débattront longuement au Sommet du G7. Dans Charle­voix, qu’en est-il? Quelles sont les politiques mises de l’avant pour protéger le paysage et sa biodiversité? Comment les changements climatiques vont-ils influencer l’offre touristique? Quels sont les risques et les opportunités? Nous avons posé la question à différents intervenants du milieu.

Le Train de Charlevoix

Un territoire d'exception
Antoine Suzor-Côté est le grand manitou de la Réserve de la biosphère de Charlevoix. À 37 ans, l’homme en mène large. Engagé jusqu’au cou dans la préservation du territoire, il a créé la Coop de l’arbre il y a 10 ans – coopérative de solidarité mettant l’arbre en valeur via l’arboriculture, l’écoforesterie et l’éducation à l’environnement – et  BaieCycle, un service communautaire de location de vélo qui, depuis 2012, épargne annuellement à la région l’équivalent d’une tonne de gaz à effet de serre. Depuis quatre ans, la Coop de l’arbre gère les opérations de la Réserve de la biosphère. «Dans Charlevoix, tous les acteurs sont maintenant conscients d’habiter, d’agir et d’interagir sur un territoire d’exception».  

Et en quoi le territoire est-il si exceptionnel? «Nous figurons parmi les seuls cratères habités au monde», affirme Antoine Suzor-Côté. La recherche d’équilibre est d’autant plus importante entre la conservation des ressources, le développement durable des ressources et les efforts de sensibilisation. 

SAVIEZ-VOUS QUE...
Hôtel & Spa Le Germain Charlevoix utilise la géothermie, fournit des bornes aux voitures électriques, récupère ses eaux de pluie et s’alimente en eau à sa propre source?

QU'EST-CE QU'UNE RÉSERVE DE BIOSPHÈRE?
Ce sont des zones laboratoire qui explorent et protègent les interrelations entre les espèces humaine et animale. Leurs critères gravitent autour de trois pôles: la conservation (des paysages, des écosystèmes, des espèces et de la variabilité géné­tique), le développement durable et l’édu­­cation. Il y en a 18 au Canada, quatre seulement au Québec. Charlevoix est la seule à être habitée.