Cégep de Granby

Témoignage de Vincent Marissal

Ancien journaliste et chroniqueur agissant aujourd’hui sur la scène politique, M. Vincent Marissal décrit ainsi le Cégep de Granby où il a fait ses études en Sciences humaines dans les années 90.

« Le Cégep, sans exagération, a totalement changé ma vie. Je me souviens très bien du jour de fin août où je suis arrivé ici, dans mon auto. J’avais 20 ans, j’avais la main droite sur la clé dans le contact, qui me disait « Redémarre l’auto et va-t’en d’ici, tu peux gagner ta vie sans aller à l’école » et j’avais la main gauche sur la poignée de porte qui me disait : « Sors, va étudier. » Heureusement, la main gauche a gagné et j’ai étudié ici deux ans, deux ans formidables que j’ai beaucoup aimés, que je n’ai jamais regrettés. De tout mon parcours postsecondaire, dont trois ans d’université, deux ans de cégep, c’est certainement les deux ans de cégep dont je garde les
meilleurs souvenirs. »

Un message aux futurs étudiants

Aller au cégep, c’est le début de l’âge adulte, le début de la liberté. Vous n’êtes pas obligé d’y être, personne ne peut vous obliger à choisir un chemin ou un autre, mais vous avez aussi la possibilité de vous investir dans une communauté, dans une société, une microsociété qu’est le cégep et de choisir ce que vous voulez faire. Vous êtes là par choix, mais avec un encadrement extraordinaire, qui va vous permettre de vous épanouir. C’est le début de la liberté. C’est un luxe incroyable. 

C’est bien connu que, en région, les cégeps sont des pôles culturels et économiques extrêmement importants et je souhaite un sincère bon 50e au Cégep. »

CONSULTEZ LE CAHIER DANS SA VERSION INTÉGRALE ICI.