M. Lucien Laliberté

JJB

Lucien Laliberté: inspiré par la réussite

Monsieur Lucien Laliberté a œuvré plus de 30 ans au service des jeunes de l’école Jean-Jacques-Bertrand, d’abord en orientation scolaire, puis à titre de directeur adjoint et directeur. Les gens de la région et du milieu de l’éducation connaissent aussi M. Laliberté pour avoir été l’instigateur du programme intermédiaire de l’institution de Farnham. « Ce programme est l’aboutissement d’une longue réflexion et il n’est surtout pas le rêve d’un seul homme. C’est aussi le rêve d’un milieu qui a cru en lui ! », souligne l’ancien directeur. Il aura fallu près de huit années de préparation, de séances d’information et de discussions avec les acteurs du milieu avant que le programme ne voie le jour, en 1999.

Pour qu’une telle initiative puisse prendre forme, il était très important que le milieu, les parents ainsi que le personnel enseignant embarquent dans l’aventure. « Tout cela a demandé beaucoup d’investissement et de préparation de la part des enseignants », poursuit-il. Le programme intermédiaire a donc été implanté en commençant par la première secondaire pour ensuite s’étendre graduellement à tous les niveaux. 

Le PEI, une philosophie de vie

Beaucoup plus qu’un simple programme d’études, le programme d’éducation intermédiaire a pour but de développer chez les jeunes la curiosité intellectuelle, les connaissances et la sensibilité nécessaires pour contribuer à bâtir un monde meilleur, dans un esprit d’entente mutuelle et de respect inter-culturel. En plus de faire l’apprentissage d’une troisième langue, les jeunes qui y participent doivent également s’impliquer auprès des leurs. Ils sont aussi amenés à s’ouvrir sur le monde et aux autres par le biais d’activités d’apprentissage, par l’enrichissement de certaines matières et par l’engagement communautaire.

Après avoir accompli au fil des ans plusieurs projets et réalisations en collaboration avec le personnel enseignant, M. Laliberté est fier d’avoir fait partie d’un milieu où tous étaient dévoués à la cause de l’éducation. « Il n’y a rien de plus gratifiant que de voir nos anciens élèves réussir, et ce, peu importe le domaine dans lequel ils travaillent », conclue-t-il.

Pour consulter le cahier spécial préparé par La Voix de l'Est dans son intégralité, cliquez ici.