Contenu commandité
Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

JJB

50 ans de l’école Jean-Jacques-Bertrand

Le 25 mai prochain, l’école secondaire Jean-Jacques-Bertrand de Farnham célébrera son 50e anniversaire lors d’un grand événement réunissant les cohortes de 1969 à 2019. Découvrez, dans ce cahier spécial, le portrait de cet établissement hors du commun et de tous ceux et celles qui ont contribué à lui forger une réputation sans égale!

Bonjour, je m’appelle Gaétan Brault et je suis fier d’être le dixième directeur de cette magnifique école secondaire. L’école Jean-Jacques-Bertrand est riche en histoire et en succès. 

J’ai eu la chance de rencontrer et de connaître les neuf directeurs qui m’ont précédé. Ils ont tous laissé des traces positives.

Au fil des ans, j’ai eu le privilège de travailler comme adjoint auprès de sept d’entre eux. Ce sont des hommes attachants, des gens travaillants et de grands leaders.

JJB

L’école Jean-Jacques-Bertrand tatouée sur le cœur

Président du comité organisateur de la fête du 50e anniversaire de l’école Jean-Jacques-Bertrand qui se déroulera le 25 mai prochain, monsieur François Audette travaille d’arrache-pied à l’organisation de ce grand événement depuis près de deux ans ! Lui-même finissant de la cohorte de 1979, M. Audette conserve de merveilleux souvenirs de son passage à cette école. « Pourquoi je m’implique autant pour cette grande fête ? Personnellement, je le fais pour le frère Roch Bourbonnais qui, à l’époque, était mon directeur et qui est encore parmi nous aujourd’hui. Cet homme d’une grande bonté en a marqué plus d’un ! », note l’ancien élève.

Parmi les moments inoubliables de ses années passées à l’école de Farnham, M. Audette souligne fièrement la fois où il a remporté le titre de Monsieur Polyvalente lors du Gala des personnalités de 1979. « J’étais plutôt timide et mes deux meilleurs amis m’ont incité à m’inscrire à ce concours. J’ai été sélectionné parmi les huit finalistes et j’ai dû prendre part à trois épreuves pour finalement être couronné Monsieur Polyvalente », raconte M. Audette en riant. Ce qu’il retient de cette aventure ? Sans doute les encouragements (et les laborieuses leçons de diction !) de sœur Annette Desrosiers, sa marraine pour le concours, qui l’a aidé à prendre confiance en lui et à monter sur la scène devant ses camarades de classe ! 

« Monsieur Paul Trudel a aussi été un enseignant très marquant pour moi. À cette époque, mon idole de jeunesse était Yvon Deschamps et M. Trudel était un homme plein de vie qui me faisait penser à lui. Lorsqu’il écrivait au tableau, il lui arrivait de dépasser et d’écrire sur le mur ! Ça nous faisait tous bien rire à chaque fois », se remémore-t-il. 

S’impliquer pour les autres

Très impliqué au sein de sa communauté, M. Audette croit que la fête du 50e anniversaire de l’école Jean-Jacques-Bertrand sera l’occasion pour tous ceux ayant fréquenté l’établissement de partager leurs plus beaux souvenirs. Celui qui a participé à l’organisation de trois autres retrouvailles de l’école au fil des ans en sait quelque chose puisqu’il a eu la chance de voir bon nombre d’anciens élèves y prendre part avec des étoiles dans les yeux ! « Pour la fête du 50e, il y aura un chapiteau consacré à chacune des décennies au cours desquelles l’école a accueilli des élèves depuis son ouverture en 1969 », souligne le président du comité organisateur. 

Pour orchestrer une fête de cette ampleur, les membres du comité organisateur ont dû faire preuve de beaucoup de débrouillardise afin de retracer le plus grand nombre possible d’anciens élèves et membres du personnel de l’école. « Nous avons envoyé plus de 4 400 invitations par courriel à des gens provenant d’un peu partout à travers le Québec et le Canada… et même en France, en Équateur, à Bali, aux États-Unis, etc. ! », témoigne M. Audette. 

C’est donc un rendez-vous, le 25 mai prochain, à l’école Jean-Jacques-Bertrand !

JJB

50 ans d'histoire

C’est à Farnham, en 1967, qu’a débuté la construction de ce qui allait devenir la toute première polyvalente sur le territoire de la Commission scolaire régionale Honoré-Mercier : la Polyvalente Jean-Jacques-Bertrand. Érigée au coût de 2 809 257 $, et nommée en l’honneur du premier ministre de l’époque, la polyvalente a ouvert ses portes en septembre 1969. Lors de cette première rentrée, 1200 élèves franchissaient les portes de l’établissement, sous la direction du frère Roch Bourbonnais ainsi que de ses deux adjoints, M. Anicet Tessier et frère Jacques Beaulieu.

De polyvalente à école

À l’origine, l’école Jean-Jacques-Bertrand était une « polyvalente ». C’est-à-dire que l’établissement d’enseignement secondaire offrait non seulement à ses étudiants la formation générale, mais également la formation professionnelle. Électricité, menuiserie, mécanique d’ajustage et mécanique automobile étaient au nombre des formations proposées sous forme de classes-ateliers. Quelques années plus tard, le programme d’enseignement professionnel a été abandonné et l’établissement est finalement devenu une « école secondaire » !

Le temps a passé puis les membres de la direction en place ont instauré un tout nouveau programme, le PEI (programme au niveau intermédiaire), offert par l’Organisation du Baccalauréat International. En plus d’être une des premières écoles du Québec à mettre sur pied un tel programme au niveau secondaire, l’école Jean-Jacques-Bertrand a été la toute première de la région à le faire !

Une école qui se démarque

Au fil des ans, l’école s’est démarquée à plusieurs niveaux : lors des examens du Ministère, dans les sports (avec ses équipes de handball féminin et de football) ainsi qu’en musique (avec son harmonie). Ses équipes de Génies en herbe, ses gagnants en art aux différents concours des Caisses Desjardins ainsi que ses gagnants en expression orale et écrite aux concours du Club Optimiste ont également contribué à la renommée de l’école.

Mais toutes ces réalisations n’auraient été possibles sans l’implication, le dévouement et la compétence de son personnel qui, depuis maintenant 50 ans, transmet aux étudiants le désir de toujours faire de leur mieux pour atteindre rien de moins que l’excellence !

JJB

Frère Roch Bourbonnais: une décennie de dévouement

De 1969 à 1979, la polyvalente Jean-Jacques-Bertrand a été dirigée de main de maître par le frère Roch Bourbonnais. Aujourd’hui âgé de 90 ans, l’ancien directeur s’est confié avec émotion sur ses dix années passées à la direction de l’école. « J’ai toujours été heureux de côtoyer la jeunesse. Je n’ai que de beaux souvenirs puisque c’était toute ma vie. Lorsque j’étais avec les jeunes, j’avais toujours mon sourire », confie-t-il.

Une figure marquante pour les jeunes de JJB

Tout au long de sa carrière, le frère Roch Bourbonnais a marqué le quotidien de centaines de jeunes par sa présence et sa grande écoute. « En tant que directeur d’école, je me faisais un devoir d’être auprès des élèves le plus souvent possible. J’étais donc très rarement dans mon bureau puisqu’il ne servait qu’à régler les petits problèmes qui pouvaient survenir à l’occasion », raconte M. Bourbonnais. L’homme au grand cœur a donc bâti au fil des ans une solide relation de partage et de confiance avec ses étudiants.

Parmi les valeurs qu’il a transmises aux élèves, certaines lui tenaient particulièrement à cœur : le dévouement et le don de soi. « Je leur ai appris que, pour être heureux dans la vie, il fallait absolument savoir rendre service aux gens », souligne le frère Bourbonnais. L’ancien directeur a aussi toujours préconisé la pratique du sport chez les jeunes. Ainsi, chaque nouvelle année, lui et son équipe organisaient des courses dans le gymnase de l’école afin que les élèves gardent la forme. « Le gymnase était toujours rempli d’élèves. Durant ces activités, je leur demandais de garder le sourire aux lèvres et de faire en sorte que je ne perde pas le mien », rapporte en riant M. Bourbonnais.

Le 25 mai prochain, M. Bourbonnais ne ratera pas l’occasion de célébrer en grand le 50e anniversaire de l’école Jean-Jacques-Bertrand et d’écrire une autre page d’histoire pour cette véritable institution farnhamienne. Parions que les anciens étudiants des cohortes de 1969 à 1979 seront heureux de revoir leur ancien directeur après toutes ces années !

JJB

François Desrochers: un enseignant passionné

Originaire de Verdun, M. Desrochers enseigne depuis maintenant 30 ans au sein de l’école Jean-Jacques-Bertrand. « C’est le fruit du hasard qui m’a amené à enseigner dans cette petite école de Farnham. En fait, à l’époque, j’avais posé ma candidature auprès de plusieurs établissements d’enseignement et c’est à l’école Jean-Jacques-Bertrand que j’ai décidé de me poser », raconte le professeur en univers social. Au cours de sa carrière, M. Desrochers a enseigné plus d’une matière. De la géographie à l’histoire, en passant par le monde contemporain et l’éducation financière, le professeur a approfondi plusieurs domaines avec ses étudiants. Il a également eu l’occasion d’enseigner la morale et la religion, sans oublier les fameux cours d’éducation au choix de carrière et de formation personnelle et sociale !

Les jeunes, une priorité !

Très impliqué au sein de l’école Jean-Jacques-Bertrand, M. Desrochers a à cœur le bien-être des jeunes. « Tout ce que je fais, c’est pour eux », souligne l’enseignant. À titre d’exemples, M. Desrochers œuvre depuis près de 20 ans à la Fondation éducative Jean-Jacques-Bertrand, organisme qui a pour mission d’amasser des fonds pour soutenir le développement des élèves, et s’occupe de la gestion du tournoi Génies en herbe depuis belle lurette !
Il est également très impliqué au sein du programme d’éducation intermédiaire (anciennement appelé programme d’éducation internationale) depuis plus de 10 ans. En plus d’accueillir les jeunes inscrits au PEI, il visite les écoles primaires pour promouvoir le programme et forme les professionnels de différentes écoles inter-médiaires. M. Desrochers est même allé en Europe afin de participer à la réalisation d’un guide sur le sujet et a offert des formations à Casablanca, au Maroc.

Un véritable climat familial

Faire partie du groupe d’enseignants de l’école Jean-Jacques-Bertrand, c’est faire partie d’une grande famille ! Comme le souligne M. Desrochers, l’ambiance qui règne dans cette école est plutôt rare au niveau secondaire. « Tout le monde connaît tout le monde. Même si je n’enseigne pas à tous les élèves, ils me connaissent tous. C’est l’avantage de travailler dans une petite école », affirme-t-il. Entre les murs de l’école, on peut remarquer une atmosphère familiale et beaucoup de complicité entre enseignants et élèves. « Lorsque de nouveaux professeurs arrivent dans l’équipe, ils sont surpris de voir qu’à chaque dîner, beaucoup d’élèves viennent nous voir à nos bureaux. Ici, nous sommes comme une grande famille et il y a beaucoup d’entraide », conclue l’enseignant d’expérience.

JJB

Ross Lemke: véritable légende du football

Monsieur Lemke a fait ses premiers pas en enseignement en 1967, à l’école St-Romuald de Farnham, tout juste avant l’arrivée des polyvalentes au Québec. Deux ans plus tard, il a joint les rangs du corps enseignant de la polyvalente Jean-Jacques-Bertrand à titre de professeur d’anglais. « À l’époque, je me souviens d’avoir dit à notre directeur, frère Roch Bourbonnais, que l’enseignement de l’anglais c’était bien, mais que ma réelle passion était le football. Je lui ai donc demandé s’il était possible de créer une équipe à l’école et l’idée a lentement fait son chemin », raconte M. Lemke. Lorsque l’équipe civile de Farnham a cessé ses activités en 1971, le passionné de football a saisi l’occasion pour récupérer son équipement et enfin créer ce qui allait officiellement devenir Les Astérix de la polyvalente Jean-Jacques-Bertrand !

Le football pour aider son prochain

Il y a plusieurs années de cela, M. Lemke a appris une terrible nouvelle : le jeune fils d’un de ses anciens joueurs était atteint de leucémie. Il s’est tout de suite demandé comment il pourrait faire pour « aller à la guerre » contre cette maladie et c’est ainsi qu’il a instauré une tradition avec ses joueurs, celle de participer au Défi têtes rasées Leucan tous les deux ans. Depuis, l’entraîneur et ses joueurs ont participé à pas moins de cinq défis. Chaque fois, ils ont amassé entre 7 000 et 8 000 $ qui ont permis d’offrir des services aux familles d’enfants atteints de cancer et d’investir dans la recherche clinique. « Pour moi, cet engagement est une façon de faire réaliser à mes joueurs qu’ils sont en santé et qu’ils peuvent contribuer à aider ceux qui n’ont pas cette chance », poursuit M. Lemke.

Reconnu par la population de Farnham

L’automne dernier, des parents de joueurs de football de l’école Jean-Jacques-Bertrand ainsi que près d’une centaine d’anciens joueurs ont organisé une grande fête surprise à M. Lemke afin de souligner ses 45 ans à titre d’entraîneur. « Les anciens ont fait une présentation pendant le match et c’était très émouvant », souligne celui qui a consacré une grande partie de sa vie au programme de football de l’école. Mais ce n’était pas là la première démonstration de reconnaissance de la part de la population de Farnham. En 2012, suite à la demande de parents, la commission scolaire a en effet renommé le terrain de football de l’école JJB au nom du célèbre entraîneur !

Il n’y a pas à dire, le football coule dans les veines de M. Lemke ! Celui qui a entraîné pas moins de trois générations de footballeurs est devenu une véritable légende à l’école Jean-Jacques Bertrand et dans la région de Brome-Missisquoi ! 

JJB

José St-Onge: pour l’amour de la musique !

Depuis plus de 25 ans, M. José St-Onge partage avec ses élèves son amour inconditionnel pour la musique. Véritable passionné, ce trompettiste chevronné enseigne la musique en plus de diriger les quatre harmonies et le stage band de l’école Jean-Jacques-Bertrand avec son collègue Pascal Martin. Cette année seulement, près de 350 jeunes de la première à la cinquième secondaire se sont inscrits en musique, ce qui représente près du tiers des élèves de l’école. Ce n’est pas surprenant puisque le dynamique professeur sait très bien « vendre » sa matière !

« Chaque année, nous produisons deux spectacles en plus d’offrir une prestation lors du bal des finissants. Nous participons également au concours Solistes et petits ensembles de Victoriaville de même qu’au MusicFest Québec avec les différents ensembles », souligne fièrement M. St-Onge. Fort occupés, les jeunes musiciens ont de qui tenir ! Très actif dans le milieu musical, José St-Onge est non seulement trompettiste au sein du Cercle Philharmonique- de Saint-Jean-sur-Richelieu-, mais aussi pour l’Harmonie Calixa-Lavallée de Sorel-Tracy. 

En plus de cette passion, le musicien d’expérience est mordu de football ! « Je suis le coordonnateur du programme pour Les Lions, Les Gaulois et Les Astérix, les trois équipes de l’école. Je suis également responsable du protocole de gestion des commotions cérébrales. Cela veut donc dire que j’effectue le suivi avec les jeunes qui ont subi une commotion, et ce, peu importe le sport qu’ils pratiquent et peu importe si la commotion a eu lieu à l’école ou non », poursuit-il. 

Une école où il fait bon vivre !

Aux dires de M. St-Onge, l’école Jean-Jacques-Bertrand offre l’opportunité aux professeurs de pouvoir créer de solides liens avec les élèves puisqu’elle n’est ni trop grande, ni trop petite. « C’est très chaleureux comme milieu. Je m’y sens comme à la maison », affirme-t-il. Une seule visite à cette magnifique école de Farnham suffit pour voir qu’elle est habitée par des passionnés de l’éducation. « Ici, les gens ne comptent pas leurs heures. Du concierge à la direction, tout le monde est dévoué à la même cause, celle du bonheur de nos élèves. Les jeunes qui fréquentent l’école Jean-Jacques-Bertrand sentent qu’on les aime et c’est ce qui constitue la clé du succès de notre établissement », conclut M. St-Onge.

JJB

Lucien Laliberté: inspiré par la réussite

Monsieur Lucien Laliberté a œuvré plus de 30 ans au service des jeunes de l’école Jean-Jacques-Bertrand, d’abord en orientation scolaire, puis à titre de directeur adjoint et directeur. Les gens de la région et du milieu de l’éducation connaissent aussi M. Laliberté pour avoir été l’instigateur du programme intermédiaire de l’institution de Farnham. « Ce programme est l’aboutissement d’une longue réflexion et il n’est surtout pas le rêve d’un seul homme. C’est aussi le rêve d’un milieu qui a cru en lui ! », souligne l’ancien directeur. Il aura fallu près de huit années de préparation, de séances d’information et de discussions avec les acteurs du milieu avant que le programme ne voie le jour, en 1999.

Pour qu’une telle initiative puisse prendre forme, il était très important que le milieu, les parents ainsi que le personnel enseignant embarquent dans l’aventure. « Tout cela a demandé beaucoup d’investissement et de préparation de la part des enseignants », poursuit-il. Le programme intermédiaire a donc été implanté en commençant par la première secondaire pour ensuite s’étendre graduellement à tous les niveaux. 

Le PEI, une philosophie de vie

Beaucoup plus qu’un simple programme d’études, le programme d’éducation intermédiaire a pour but de développer chez les jeunes la curiosité intellectuelle, les connaissances et la sensibilité nécessaires pour contribuer à bâtir un monde meilleur, dans un esprit d’entente mutuelle et de respect inter-culturel. En plus de faire l’apprentissage d’une troisième langue, les jeunes qui y participent doivent également s’impliquer auprès des leurs. Ils sont aussi amenés à s’ouvrir sur le monde et aux autres par le biais d’activités d’apprentissage, par l’enrichissement de certaines matières et par l’engagement communautaire.

Après avoir accompli au fil des ans plusieurs projets et réalisations en collaboration avec le personnel enseignant, M. Laliberté est fier d’avoir fait partie d’un milieu où tous étaient dévoués à la cause de l’éducation. « Il n’y a rien de plus gratifiant que de voir nos anciens élèves réussir, et ce, peu importe le domaine dans lequel ils travaillent », conclue-t-il.

JJB

Au service de la jeunesse

La Fondation éducative Jean-Jacques-Bertrand s’est donné pour mission d’amasser des fonds pour soutenir le développement des élèves. Ainsi, chaque année, un souper-conférence est organisé et les fonds amassés lors de cet événement sont utilisés à différentes fins. Au fil des ans, plusieurs projets ont vu le jour, tels l’achat de matériel scolaire et récréatif, l’aménagement d’un local spécialisé pour les élèves vivant avec un trouble envahissant du développement ou encore l’installation d’un mur d’escalade dans le gymnase de l’école. Différentes mesures ont également été mises en place afin de prévenir la cyberintimidation chez les jeunes, tandis qu’une patinoire extérieure a été construite en partenariat avec la ville de Farnham.

Des bénévoles au cœur d'or

Une telle fondation ne peut exister sans la présence de nombreux bénévoles ! Ces derniers, qui ont à cœur le bien-être des élèves, mettent tout en œuvre afin que les jeunes puissent s’épanouir pleinement à l’école Jean-Jacques-Bertrand. Puisqu’ils sont nombreux à s’impliquer auprès des jeunes, le souper-conférence annuel est aussi le moment tout indiqué pour souligner en grand leur engagement et leur dévouement. Chaque année, un bénévole s’étant démarqué au sein de la Fondation se voit remettre un prix Honoris Causa, une marque de reconnaissance inestimable pour sa grande contribution auprès des jeunes de l’école.

Des personnalités unies pour la cause

Plusieurs conférenciers de renom ont été approchés pour partager leur expérience lors du souper-conférence annuel de la Fondation. L’an dernier, monsieur Patrick Charlebois, ancien élève de l’école Jean-Jacques-Bertrand, est venu raconter comment il a réussi à accomplir un véritable exploit : courir 10 marathons en 10 jours dans 10 provinces ! Au cours des années précédentes, les participants ont pu également profiter de la présence du célèbre journaliste et animateur Pierre Bruneau, de l’explorateur Bernard Voyer, de l’athlète olympique Bruny Surin et du chanteur, auteur-compositeur, musicien, acteur et réalisateur Dan Bigras. Ces derniers ont été au nombre des personnalités invitées ayant contribué à cet événement des plus attendus, année après année.