Contenu commandité

Grands prix de la relève d’affaires du RJCCQ

La diversité à l’honneur pour le 27e Gala

Le Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ) a souligné ce vendredi 14 juin l’excellence des jeunes gens d’affaires et entrepreneurs de la province lors du 27e Gala Les Grands Prix de la Relève d’Affaires.

Présenté par la Banque Nationale, le gala s’est déroulé sous la présidence de M. Patrick Lemelin, vice-président Agriculture et Agroalimentaire à la Banque Nationale et a remis 14 prix, en plus de réunit plus des convives venus des quatre coins de la province, de Havre-Saint-Pierre à Gatineau en passant par le Saguenay et Terrebonne.

«Au vue de la qualité des finalistes, le futur du Québec est entre de bonnes mains. Il est important de reconnaitre l’apport considérable des jeunes gens d’affaires à notre économie et à leur offrir le soutien, l’accompagnement et la visibilité, essentiels à leur éclosion et au déploiement de leur plein potentiel, et ce au travers de la province», a ajouté M. Maximilien Roy, président-directeur général du RJCCQ.

Plusieurs dignitaires et personnalités influentes du monde des affaires étaient présents pour l’occasion. Parmi ces derniers, Mme Danièle Henkel, présidente et fondatrice des Entreprises Danièle Henkel inc., Mme Isabelle Dessureault, mentor international et membre d'Anges Québec et M. Younes Boukala, Conseiller – District J.-Émery-Provost, Arrondissement Lachine. La soirée a été animée de mains de maître par Mme Meriem Idrissi Kaitouni, conseillère principale en affaires publiques et corporatives chez Edelman Montréal.

Les 14 lauréats ont été honorés pour leur leadership, leurs réalisations, leur esprit d’innovation et leur parcours sans faille.

Découvrez Les lauréats du Gala Les Grands Prix de la Relève d’Affaires 2019:

Telus

Du bénévolat qui fait du bien au cœur

La salle paraissait sombre, froide et vide; l’inquiétude était à son comble. Annick Thibault attendait patiemment. Quelques heures plus tôt, elle avait embrassé sa fille avec l’arrière-pensée que ceci pouvait peut-être être la dernière fois. Même si les statistiques étaient positives quant à la triple-opération à cœur ouvert que subissait présentement sa fille, cette pensée négative ne cessait de gruger ce qui lui restait d’énergie. C’est à ce moment qu’une bénévole de la Fondation En Cœur passa lui porter une couverture, lui apportant du même coup un peu de réconfort.

L’histoire se termine bien. La petite Ariane, après avoir passé huit heures sur la table d’opération, déborde aujourd’hui d’énergie. Après cette quatrième intervention médicale, elle peut enfin grandir et s’épanouir comme tous les autres enfants de trois ans. Comme sa maman, Ariane est née avec une malformation cardiaque. 

Donner au suivant

«Je vais toujours garder un souvenir positif des bénévoles et du soutien que l’on nous donne comme parents avec un enfant hospitalisé. En Cœur est présent dans notre quotidien depuis la naissance de ma fille qui fut opérée à six jours de vie. Leur aide, autant financière que morale, est inestimable. Comme maman, j’avais aussi envie de m’engager pour la cause et de donner au suivant», souligne Annick.

Depuis 2017, Annick, qui occupe aussi un poste à temps plein comme analyste chez TELUS, participe à l’organisation de l’événement Courir 6H en Cœur. Celui-ci a permis l’an dernier d’amasser un montant de plus de 45 000$ à Rimouski grâce à une course ou une marche de six heures. Annick souligne que cette durée n’a pas été choisie au hasard: «Elle correspond au temps moyen d’une chirurgie à cœur ouvert chez un enfant pendant laquelle son petit cœur doit être arrêté pour être réparé.»

«On associe souvent les maladies cardiaques aux adultes, mais plusieurs enfants en souffrent, et ils sont parfois dépistés avant même la naissance. Un enfant sur 100 naît avec une malformation au cœur nécessitant un suivi médical », ajoute-t-elle. 

La passion d’Annick est contagieuse et plusieurs de ses collègues à TELUS lui prêtent main-forte dans son bénévolat, dont sa complice Mélissa Bérubé: «L’engagement communautaire d’Annick est plus qu’inspirante! Elle le fait pour la Fondation En Cœur, mais elle n’hésite pas à embarquer dans d’autres causes. Je trouve plus qu’admirable qu’une maman de deux enfants redonne autant et sans compter.»

Branché les Défis du Parc

La course des Défis du Parc vue par la Société Laurentide

Une cyclosportive, un triathlon, de la marche et un parcours de course à pied… ce ne sont pas les défis sportifs qui manquent aux Défis du Parc! Cette année, pour la 13e édition, les adeptes de course auront d’ailleurs le bonheur de découvrir un nouveau site exceptionnel pour la tenue du volet course à pied des Défis du Parc. Une grande première pour l’organisation et le parc national de la Mauricie. Fière ambassadrice du programme en entreprise des Défis du Parc, la Société Laurentide prendra part à ce défi en compagnie d’une cinquantaine de ses employés. Pour ces derniers, cette course c’est…

Une occasion unique de courir en forêt

Vous n’êtes pas un adepte de vélo ou de triathlon? Les Défis du Parc ont la solution pour vous avec une course de 8 km en sentier qui longe le Lac-Édouard. Accessible pour les coureurs de tous les niveaux, cette course qui se déroulera le 8 septembre est ainsi l’occasion unique de courir en forêt à travers un parcours bucolique. Le tout sans oublier les nombreux avantages qu’offre cette course : cadeau souvenir, ravitaillements, navettes, accueil festif, photo souvenir, repas chaud à l’arrivée, ainsi qu’une bonne bière de la microbrasserie du Trou du Diable ou du Broadway. Alors, qu’attendez-vous pour vous lancer ce défi et découvrir les beautés de la nature du parc national de la Mauricie?

Une dynamique d’entreprise sans pareil

Depuis quelques années déjà, la Société Laurentide accorde une grande importance à la santé de ses employés. Pour ce faire, l’organisation qui participe au programme en entreprise des Défis du Parc s’est donné comme mission il y a deux ans de rassembler le plus d’employés possible afin de participer à ce défi, en plus de leur fournir un plan d’entraînement pour se préparer à cette course. Selon la directrice des ressources humaines chez Laurentide, Sylvie Lefort, au fil des entraînements, c’est un véritable esprit de rassemblement et de camaraderie qui se dégage au sein de l’entreprise. Pour les employés, c’est ainsi l’occasion toute désignée de se rassembler dans un cadre différent du travail, et qui sait, de tisser de nouveaux liens entre eux

La persévérance : c’est l’affaire de tous

C’est le lundi 10 juin dernier que le Complexe sportif Artopex, en association avec son partenaire Mercedes-Benz Granby, présentait la conférence du fondeur Alex Harvey à la population de la région. Cet athlète, maintes fois médaillé, est venu raconter son parcours à l’assistance, comptant un grand nombre d’élèves de la région, afin de livrer un message important sur la persévérance et la poursuite de ses rêves.

Cette conférence proposée par le Complexe sportif Artopex, organisme sans but lucratif, est en lien direct avec les valeurs qu’il met de l’avant, soit un mode de vie sain et actif. Au-delà d’offrir des installations pour accommoder les différentes formations sportives et les écoles de la région, il se veut un acteur de premier plan de la région en mobilisant les acteurs socio-économiques à s’impliquer dans ce projet de société.

Pour réaliser un événement de cette ampleur, offert gratuitement, il faut l’aide de partenaires qui croient à cette mission. C’est sans hésiter que Mercedes-Benz de Granby a accepté de s’associer au projet qui reflète les valeurs déjà bien enracinées au sein de son entreprise. Déjà impliqué humainement et financièrement auprès d’organismes sportifs, M. Jean-François Frenette, directeur général de Mercedes-Benz croit que chacun a un rôle à jouer pour encourager, motiver et soutenir la jeunesse. « La persévérance est un sujet qui nous touche beaucoup » dit-il et Alex Harvey est le meilleur modèle d’un gars de chez-nous qui a mis les efforts nécessaires pour atteindre ses objectifs.

Branché Les Défis du Parc

Le triathlon des Défis du Parc vu par la Rose Martine de Montigny

Fondé il y a huit ans en marge des Défis du Parc, afin d’inciter davantage de femmes à prendre part à cet événement sportif d’envergure, le mouvement Les Roses ne cesse d’attirer de nouvelles adeptes. En effet, ce sont près de 1 000 femmes à travers le Québec qui ont intégré l’activité physique dans leur vie au fil des ans grâce à ce mouvement. Parmi elles, Martine de Montigny s’apprête à participer à la deuxième édition du triathlon des Défis du Parc au sein des Roses. Désormais fière ambassadrice de ce mouvement, pour Martine de Montigny, le triathlon des Défis du Parc c’est…

Un événement sportif unique

C’est bien connu, les Défis du Parc sont reconnus pour leur cyclosportive. Mais saviez-vous que c’est également l’endroit par excellence pour prendre part à un triathlon dans le décor enchanteur du parc national de la Mauricie? Cet événement sportif, c’est d’ailleurs celui que s’apprête à vivre la Rose Martine de Montigny. La mère de famille est d’ailleurs d’avis que le triathlon est une expérience à vivre une fois dans sa vie. Pourquoi? Demandez-lui et elle vous répondra qu’il faut le vivre pour toutes les petites attentions qui font plaisir, pour l’organisation qui pense à tout, pour l’encadrement sans pareil et pour le décor majestueux… toutes des petites choses qui, selon elle, poussent les participants à se dépasser et à relever de nouveaux défis.

Vivre un moment privilégié en famille

Vivre un événement unique, une expérience de groupe et s’accomplir sont évidemment de très bonnes raisons pour participer au triathlon des Défis du Parc. Mais au-delà de toutes ces raisons, Martine de Montigny l’avoue, pour elle, participer à ce défi d’envergure représente d’abord et avant tout un moment privilégié qu’elle peut partager avec son fils Victor. En effet, son fils participe également au triathlon des Défis du Parc. En plus de s’entraîner avec lui tout au long de l’année, la mère de famille soutient que les Défis du Parc ne seraient pas ce qu’ils sont si elle ne pouvait franchir la ligne d’arrivée avec son fils.

Une expérience de groupe extraordinaire

Lorsqu’on demande à Martine de Montigny ce que le triathlon des Défis du Parc représente pour elle, elle est catégorique : il s’agit d’une expérience de groupe extraordinaire à vivre une fois dans sa vie. Bien plus qu’un simple défi personnel, les Roses, c’est un mouvement sportif où un fort sentiment d’appartenance se développe entre les femmes du groupe. Pratiques, entraînements de groupe, tout y est pour permettre de vivre la force de l’équipe. Cette famille tissée serrée qui lui fait vivre des moments magiques tout au long de l’année, Martine de Montigny soutient qu’elle ne l’échangerait pour rien au monde, puisque c’est avec elle qu’elle vivra ses plus beaux moments en septembre prochain.

Branché les Défis du Parc

Les Défis du Parc vus par Luc Arvisais

Présentés dans le décor enchanteur du parc national de la Mauricie, les Défis du Parc ne cessent de surprendre par la qualité de leurs événements sportifs dignes des plus hauts standards. Depuis quelques années, des ambassadeurs ont été désignés afin de représenter cet événement unique en Mauricie. Cycliste chevronné reconnu pour parcourir plusieurs milliers de kilomètres par été sur son vélo, Luc Arvisais est de ce nombre pour la 13e édition de l’événement, lui qui prendra part pour une 12e fois à la cyclosportive des Défis du Parc. Véritable mordu de vélo, pour Luc Arvisais, les Défis du Parc représentent…

Un rendez-vous annuel entre amis

Lorsqu’on demande à Luc Arvisais ce que les Défis du Parc évoquent pour lui, ce qui ressort d’emblée est sans aucun doute le fait que le défi est un rendez-vous annuel entre amis. Pour lui, les Défis du Parc, c’est quatre amis, une cyclosportive et des émotions fortes pour clore l’été de la bonne façon. En effet, de solides amitiés naissent entre plusieurs cyclistes qui reviennent année après année. C’est d’ailleurs le cas du quatuor sportif. Mais au-delà du rendez-vous annuel lors de la cyclosportive, ces derniers s’entraînent également ensemble à de nombreuses reprises au cours de l’été afin de joindre l’utile à l’agréable. 

Un objectif de fin de saison accessible

Bien plus qu’une rencontre entre amis, Luc Arvisais est également d’avis que les Défis du Parc représentent pour les cyclistes un bon objectif de fin de saison. Lorsqu’on sait que la cyclosportive se déroule en parcours montagneux, et ce, sur une longue distance, on se doute facilement qu’une préparation rigoureuse est nécessaire. Par contre, comme le dit si bien le slogan de l’organisation «À ta façon», le défi sportif demeure tout de même accessible à tous, alors qu’un parcours de 57 km est proposé aux cyclistes. Luc Arvisais avoue être du même avis, lui qui estime que chacun est encouragé à faire le défi à son rythme, afin de terminer la saison de vélo en beauté.

La Voix de l'Est félicite la Chambre de commerce Haute-Yamaska

La Voix de l’Est tient à féliciter chaleureusement la Chambre de commerce Haute-Yamaska pour la tenue de l’édition 2019 de son gala annuel des Prix Distinction qui a eu lieu le 10 mai dernier, au Centre des congrès de Granby.

En plus d’avoir offert une édition haute en couleur et festive, les organisateurs ont su rendre hommage avec brio aux entreprises, aux organismes et personnalités de la région lors de cet événement des plus réussis. Soulignons que l’événement a fracassé cette année un record de participation avec près de 500 convives présents au gala.

Félicitations pour cette superbe soirée !

Infirmières auxiliaires

Infirmières auxiliaires au soutien à domicile: une solution pour améliorer l’accès aux soins

Depuis six ans, l’infirmière auxiliaire Mélanie Roussel se déplace chez ses patients afin de leur offrir des soins pour le CISSS des Laurentides (Centre intégré de santé et de services sociaux). Dans un contexte de vieillissement de la population, le soutien à domicile prend de plus en plus d’importance. L’infirmière auxiliaire, autonome dans son plein champ d’exercice, devient une partenaire incontournable pour dispenser ces soins et les améliorer.

Tous les matins, l’infirmière auxiliaire se présente au bureau pour aller chercher son itinéraire de personnes à visiter. «Le nombre de patients dépend de la distance entre chacun d’eux. À Montréal, il est possible d’en rencontrer encore plus parce qu’ils sont plus près», explique la professionnelle.

Dans son travail, elle exerce plusieurs activités professionnelles, notamment les soins reliés aux traitements de plaies à la suite d’une chirurgie, des soins palliatifs, l’administration de médicaments et de l’enseignement. Plus largement, les infirmières auxiliaires peuvent, entre autres, contribuer à l’évaluation de la personne ou à la vaccination, en plus d’effectuer des prélèvements sanguins. Elles prodiguent un large éventail de soins directs aux personnes dans de nombreux secteurs, prêtant ainsi main-forte à l’ensemble de l’équipe interdisciplinaire.

Au quotidien

Dans l’exercice de ses fonctions, Mélanie Roussel rencontre des patients pour dispenser tant des soins de courte durée qu’à plus long terme, tout dépendant de l’évaluation faite par le médecin ou l’infirmière. En se rendant au domicile de ses patients, elle arrive à créer rapidement un lien avec ces derniers.

«Le soutien à domicile, c’est le plus beau secteur parce que tu n’as qu’un patient à la fois. Tu peux te concentrer et prendre le temps avec lui», décrit l’infirmière auxiliaire. Selon elle, l’ouverture et la patience comptent parmi les qualités essentielles d’une bonne infirmière auxiliaire. «Ça fait partie de notre ADN!» ajoute cette professionnelle.

«C’est tellement valorisant de prendre soin des autres! Pour les patients, tu es parfois la seule visite de la semaine. Tu es leur héros du jour. On est tellement apprécié, et ça, après 20 ans de carrière, ça fait vraiment du bien», enchaîne-t-elle.

Chemin parcouru

Au fil du temps, Mélanie Roussel a été témoin de toute l’évolution entourant sa pratique dans les différents secteurs où elle a travaillé. Aujourd’hui, elle voit d’un bon œil le chemin parcouru et a confiance que de grandes avancées attendent la profession.

«En 20 ans, mon champ d’exercice a explosé, insiste-t-elle. Le changement est en train de se faire. Notre rôle est en train d’évoluer et je vais tout faire pour continuer de m’impliquer afin que tous travaillent en harmonie», s’engage-t-elle.

Métaslim

5 suppléments naturels qui favorisent la perte de poids

Quelques kilos en trop? L’arrivée du beau temps est le moment idéal pour se prendre en main et s’activer au grand air. Pour conserver sa motivation, on se fixe des objectifs réalistes et on cultive la bienveillance envers soi. On peut aussi puiser dans la nature pour se donner un coup de pouce. Voici quelques suppléments naturels qui favorisent la perte de poids. Les produits MetaSlim de webber naturals offrent des suppléments nutritionnels formulés pour aider à atteindre ses objectifs-minceur sans avoir à sacrifier sa santé. Ils ont été testés pour assurer toute la pureté et la puissance qu’un produit naturel peut offrir.

Garcinia Cambogia : coupe faim le plus vendu au Canada
Garcinia Cambogia de Webber Naturals est un produit normalisé de manière à contenir 60% d’acide hydroxycitrique (AHC), un composé connu pour ses effets sur la régulation de l’appétit, la diminution des fringales et la réduction du stockage des calories sous forme de graisse corporelle, favorisant ainsi une gestion de poids saine et durable. L’AHC inhibe l’enzyme qui convertit les glucides en graisse et en sucre.
Diminue l’appétit et limite les fringales.
Supplément de gestion de poids étudié en clinique.

L’Association de la construction du Québec

Les prix Construire récompensent le savoir-faire québécois

L’Association de la construction du Québec (ACQ) vient de remettre ses Prix Construire à des entreprises qui contribuent, par la qualité de leurs travaux, au rayonnement du savoir-faire québécois. Le plus important regroupement patronal de l’industrie de la construction est fier de récompenser des membres qui font évoluer les standards de qualité dans leur domaine de compétence.

«Recevoir un prix Construire est un honneur. Les récipiendaires se préparent avec soin et fébrilité. C’est un peu leurs Oscars. Il y a du prestige à être choisi pour recevoir un de ces prix. Ils distinguent des entrepreneurs qui donnent l’exemple aux autres, non seulement par la qualité de leur projet, mais aussi parce qu’ils rehaussent les standards de l’industrie», explique Annie Hulmann, chef de service - Communications à l’ACQ – Provinciale.

Les prix Construire

Que ce soit les prix provinciaux, régionaux ou résidentiels, les 22 trophées décernés chaque année par l’Association de la construction du Québec soulignent des compétences hors du commun, des projets particulièrement innovants ou soignés, tout comme un savoir-faire qui contribue à l’élévation de la qualité de l’exécution des travaux.

Une attention particulière est portée sur le respect des procédures, sur la qualité des documents administratifs ou encore sur les aspects de développement durable et d’intégration au milieu. «C’est la crème de la crème des entrepreneurs qui sont honorés», ajoute Mme Hulmann.

Chantier d’importance, exportation, prévention en santé et sécurité, la palette des trophées provinciaux met en valeur les différentes facettes de l’industrie de la construction. En effet, le trophée Construire se conjugue au féminin récompense, par exemple, une entreprise qui a démontré un leadership proactif et un souci d’intégrer les femmes au sein de son équipe dans un contexte de non-discrimination et d’égalité dans un milieu de travail respectueux de tous les employés.