Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Changements dans la «bulle»: des Sags imperturbables

Marc-Antoine Côté
Marc-Antoine Côté
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Le fait que les quatre matchs au calendrier de la prochaine « bulle » à Sherbrooke seront finalement disputés au Phœnix ne change rien aux plans de Yanick Jean. À cette étape-ci de la saison, ses joueurs se concentrent à peaufiner leur propre jeu, sans trop se soucier de l’adversaire à l’autre bout de la glace.

Les Saguenéens devaient initialement affronter deux fois le Drakkar, d’ici mardi prochain, mais le sort en a décidé autrement, alors que deux joueurs de l’équipe de Baie-Comeau ont été déclarés positifs à la COVID-19, jeudi, ce qui empêchera la formation nord-côtière de participer à l’événement. 

Comme le veut le protocole, les joueurs et le personnel du Drakkar seront en isolement obligatoire pour les 14 prochains jours. La ligue et l’organisation resteront en « communication étroite » avec les responsables de la Santé publique de la région de la Côte-Nord.

Le calendrier des matchs s’en voit évidemment modifié. La troupe de Yanick Jean, qui devait affronter Baie-Comeau à deux reprises, disputera finalement ses quatre matchs contre le Phœnix, soit vendredi (19h), samedi (16h), lundi (19h) et mercredi (18h).

Joint au téléphone à la veille du début de cet événement en environnement protégé, l’entraîneur-chef des Bleus accordait peu d’importance à ce changement de plan.

« Honnêtement, ça ne change pas grand-chose. Le focus est vraiment sur notre équipe et non sur les équipes contre qui on joue. On est en mode préparation et on ne peut pas y changer quoi que ce soit. »

Yanick Jean ne croit pas que ces quatre matchs consécutifs face au Phœnix, qui croupit présentement au dernier rang de la conférence, constituent un piège pour sa troupe. Il souligne d’ailleurs que les adversaires de vendredi ont repris du poil de la bête, dernièrement, et que leur récolte de 12 points au classement est loin d’être représentative de leur niveau de jeu.

« Ils jouent pour ,500 dans leurs dix derniers matchs. La seule raison qu’ils sont derniers au classement, c’est à cause de leur début de saison. Ils jouent du bon hockey en 2e moitié de saison, ils jouent des matchs serrés soir après soir. Pour moi, Sherbrooke, ce n’est pas une équipe de dernière position. »

Lorsque les Saguenéens fouleront la glace du Palais des Sports Léopold-Drolet, vendredi soir, ils mettront fin à une séquence de 12 jours sans jouer. Depuis sa victoire éclatante de 3-0 face aux Remparts, le 7 mars dernier, l’équipe n’a pas eu à apporter de grand ajustement lors des entraînements. 

Il s’agit plutôt de développer les bonnes habitudes.

« On ne travaille pas sur notre système, on travaille vraiment sur nos habitudes de travail à l’intérieur du système, à l’intérieur de notre structure », conclut Yanick Jean.

Outre Félix Lafrance et Thomas Belgarde, respectivement à l’écart pour une fracture à une main et une fracture au poignet, il n’y aura aucun absent dans le camp des Sags à Sherbrooke. Matej Kaslik et Matteo Mann sont tous deux prêts à réintégrer l’alignement.