Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Olympiques de Gatineau vont affronter l’Armada de Blainville-Boisbrand dans leur dernier match de la saison régulière vendredi. L’enjeu risque d’être le troisième rang de la division ouest de la LHJMQ. Ici, Andrew Coxhead (17) des Olympiques ne lâche pas Blake Richardson (19) d’une semelle dans un duel de la semaine dernière à Drummondville.
Les Olympiques de Gatineau vont affronter l’Armada de Blainville-Boisbrand dans leur dernier match de la saison régulière vendredi. L’enjeu risque d’être le troisième rang de la division ouest de la LHJMQ. Ici, Andrew Coxhead (17) des Olympiques ne lâche pas Blake Richardson (19) d’une semelle dans un duel de la semaine dernière à Drummondville.

LHJMQ: semaine déterminante dans la division ouest

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les jeux sont faits. L’horaire est maintenant complet. Les emplacements des derniers environnements protégés de la saison régulière de la LHJMQ sont aussi connus.

Dans la division ouest, la course pour les deuxième et troisième positions sera palpitante jusqu’à la fin. Pour les Olympiques de Gatineau, le sprint final prendra place à Sherbrooke jeudi et vendredi.

Le deuxième rang leur sera difficilement accessible, mais les Gatinois tiendront leur sort entre leurs mains pour la troisième position puisqu’ils vont d’abord affronter le Phoenix de Sherbrooke à leur 30e match de la saison pour ensuite disputer leur 31e et dernier match contre l’Armada de Blainville-Boisbriand, un rival direct pour l’obtention des rangs deux et trois.

Encore mieux, les Olympiques auront l’avantage du dernier changement de joueurs puisqu’ils seront considérés comme l’équipe «locale» dans les deux matches de l’environnement protégé du Palais des sports Léopold-Drolet.

Avec deux matches à jouer pour les équipes du Québec en saison régulière, la seule certitude dans la division ouest, c’est que les Foreurs de Val-d’Or seront les champions avec leur pourcentage de victoire de ,853. Drummondville occupe le deuxième rang à ,641 et va compléter son calendrier en Abitibi en affrontant les Huskies de Rouyn-Noranda et les Foreurs. L’Armada est tout près à ,617 et les Olympiques sont quatrièmes à ,586 et ils ne peuvent pas descendre plus bas. Ce classement est appelé à changer complètement selon les résultats de la dernière semaine d’activités.

Mathématiquement, avec deux victoires, les Olympiques ont encore une chance d’accéder au deuxième rang pour obtenir un laissez-passer au premier tour des séries avec les Foreurs, mais pour y arriver, il faudrait que les Voltigeurs perdent leurs deux matches en temps réglementaire en Abitibi.

Le match clé pour les Olympiques, c’était celui qu’ils ont perdu 5-2 jeudi soir contre les Voltigeurs à Drummondville. L’important à présent, c’est de doubler l’Armada au passage afin d’éviter une confrontation avec les redoutables Foreurs dans l’éventualité d’une victoire au premier tour des séries éliminatoires.

Même s’il a essayé de diminuer l’importance d’accaparer le deuxième rang après la défaite de ses Olympiques contre les Voltigeurs jeudi soir, Louis Robitaille pouvait difficilement prétendre qu’il ne visait pas un laissez-passer au premier tour des séries. Après tout, il a utilisé son gardien numéro un quatre fois en six soirs la semaine dernière.

Ça va jouer du coude entre les Olympiques et l’Armada de Blainville-Boisbriand dans le dernier match de la saison vendredi. La semaine dernière, Métis Roelens (61) ne faisait pas de quartier à Alexis Gendron (12) sur cette séquence.

«Oui, ça aurait été plaisant de prendre le deuxième rang, mais il y a tellement d’impondérables cette saison. Dans une saison où nous avons joué 29 matches, est-ce que nous jouons réellement pour une position au classement? Nous sommes toujours au stade de l’apprentissage. C’est important de grandir en tant qu’équipe pour arriver fins prêts en séries. Avec mes années d’expérience dans le hockey, je ne pense pas que ça donne quelque chose de choisir sa position au classement en fonction des séries.»

Dans cette saison hors du commun où les équipes n’ont pas joué autant de matches qu’à l’habitude pour roder leurs machines, il pourrait même s’agir d’un certain avantage de jouer plus de matches lors d’une première ronde éliminatoire.

«Plus de matches? Moins de matches? Il faut juste jouer de la bonne façon. Dans les séries, quand tu gagnes une série en quatre matches au lieu de sept, tu te sauves trois matches. Veut-on jouer plus ou moins de matches? C’est une question difficile à répondre. Oui, le laissez-passer est utile parce qu’il t’assure de participer au deuxième tour des séries. En même temps, je ne pense pas que nous jouions que pour ça (jeudi). Nous voulons simplement grandir comme équipe.»

Défi relevé pour Hartley

Alors que le deuxième rang de la division ouest était à l’enjeu entre les Voltigeurs et les Olympiques jeudi dernier, l’entraîneur-chef drummondvillois Steve Hartley n’est pas passé par quatre chemins pour affirmer qu’il tenait absolument à gagner contre Gatineau pour solidifier son emprise sur le second rang. Pour lui, les avantages sont nombreux à obtenir un laissez-passer au premier tour des séries.

«Notre but est de nous assurer de nous donner le meilleur rang possible. Nous jouons déjà du hockey de séries en ce moment. Les quatre matches de la dernière bulle (contre les Olympiques et l’Armada) étaient un avant-goût des séries et ils allaient avoir un impact direct sur le classement. Un laissez-passer nous permettrait d’avoir un peu plus de temps pour récupérer des joueurs blessés comme William Dufour et Maveric Lamoureux. Quand tu as un bye, tu n’as pas de nouvelles blessures et de suspensions. J’ai toujours coaché pour avoir le meilleur rang possible pour notre équipe et c’est ce que nous faisons présentement.»