Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Presque toute l’équipe des Olympiques de Gatineau est affligée par le virus de la COVID-19. Sept joueurs des Remparts de Québec ont aussi reçu un diagnostic positif du virus.
Presque toute l’équipe des Olympiques de Gatineau est affligée par le virus de la COVID-19. Sept joueurs des Remparts de Québec ont aussi reçu un diagnostic positif du virus.

La COVID-19 ravage les Olympiques

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Un variant de la COVID-19 continue de faire des ravages chez les Olympiques de Gatineau.

Au moins 24 membres de l’organisation ont reçu un diagnostic positif à la suite de la dernière ronde de tests effectués jeudi le 8 avril.

L’entraîneur-chef Louis Robitaille n’a pas échappé à la propagation du virus. Depuis le signalement d’un premier cas le 3 avril, presque toute l’équipe a été affligée par le variant qui serait de souche sud-africaine. D’autres membres du personnel du club ont aussi été incommodés. Malgré la retransmission rapide du virus, une poignée de joueurs a été épargnée. L’alignement des Olympiques compte 25 joueurs.

Toute l’équipe observe actuellement une quarantaine de 14 jours qui va progressivement se terminer vers la fin de la semaine. Il restera à savoir combien pourront reprendre l’entraînement quand cette quarantaine sera terminée. En principe, les séries éliminatoires de la LHJMQ doivent commencer le 23 avril. Dans un communiqué publié lundi après-midi, la ligue a indiqué que rien n’avait changé malgré l’ajout de trois cas positifs chez les Remparts de Québec et deux nouveaux cas chez l’Armada de Blainville-Boisbriand, le dernier adversaire des Olympiques, mais aussi son prochain en séries.

Les Remparts ont maintenant sept joueurs avec des cas positifs, mais leurs deux derniers adversaires avant l’éclosion s’en tirent à bon compte. Il n’y a pas de cas positifs chez l’Océanic de Rimouski et le Drakkar de Baie-Comeau.

Lors de sa dernière mise à jour, la LHJMQ avait signalé 11 cas positifs à la COVID-19 chez les Olympiques. Aux prises avec un variant plus contagieux, la situation du club de l’Outaouais ressemble à celle des Canucks de Vancouver dans la LNH où 25 cas ont été signalés dans l’entourage de l’équipe à la suite d’un premier cas positif à un variant le 30 mars. L’équipe doit reprendre l’entraînement mardi après 14 jours en isolation. Son premier match est prévu pour vendredi.

La LHJMQ et les Olympiques n’ont pas voulu commenter la plus récente éclosion de COVID-19 dans le circuit. La santé et la sécurité de ses membres seront la priorité de la ligue, mais si le club n’est pas apte à amorcer les séries le 23 avril, il ne faudrait pas écarter le scénario de son exclusion des séries de la coupe du Président.

De toute façon, personne n’a encore la tête aux séries en ce moment. Louis Robitaille n’a jamais répondu aux appels du Droit lundi, mais dans un texto, il a dit que le club ne se souciait que de la santé de ses joueurs et de ses familles de pension cette semaine.

Aucun autre club du circuit Courteau n’a été touché aussi durement que celui des Olympiques cette saison. L’Armada de Blainville-Boisbriand avait eu une vingtaine de cas dès le premier week-end de la saison. Son adversaire du moment, le Phoenix de Sherbrooke, avait aussi été touché avec huit cas. Les Tigres de Victoriaville et les Voltigeurs de Drummondville ont également eu des éclosions cette saison, mais avec une demi-douzaine de cas positifs.

Chez les Olympiques, certains joueurs s’en tireraient avec des symptômes mineurs, mais d’autres seraient aux prises avec des effets secondaires beaucoup plus sérieux. Règle générale, on parle de fièvre, de maux de tête, de vomissements, de souffle court, de douleurs à la poitrine et d’une baisse marquée d’énergie.

Il ne sera pas évident de ramener tout ce beau monde en forme de match pour le 23 avril.