Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Charles Beaudoin verra ses responsabilités augmenter à partir du prochain match des Cataractes, jeudi contre Victoriaville.
Charles Beaudoin verra ses responsabilités augmenter à partir du prochain match des Cataractes, jeudi contre Victoriaville.

Les Cataractes ont leur sort entre leurs mains

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Déjà la fin de saison dans la LHJMQ.

Les Cataractes concluent cette campagne unique dans l’histoire dans l’environnement protégé de Victoriaville, avec des affrontements jeudi face aux Tigres et vendredi face aux Saguenéens.

Ce n’est pas un hasard si ces trois formations ont été regroupées. Elles occupent les trois premières positions de leur division. Il y a le titre de division à l’enjeu, puis le deuxième échelon qui donne aussi le droit à un laissez-passer pour la première ronde des séries.

Présentement, les Saguenéens occupent la première place, un nez devant les Cataractes. Les Tigres sont tout juste derrière. On vous fait grâce de tous les calculs mathématiques reliés à la situation - puisque c’est le pourcentage de victoires qui détache les équipes au classement plutôt que la récolte de points - mais sachez qu’avec deux victoires, les Cataractes seront couronnés champions de division. Et avec une seule victoire, ils vont empocher le deuxième laissez-passer pour la première ronde des séries.

«Comme athlète, tu apprécies avoir ton sort entre tes mains. Nous sommes exactement dans cette position. C’est à nous de faire le travail», tranche le pilote Ron Choules. «On affronte deux bonnes équipes, très bien dirigées, qui ont les mêmes objectifs que nous. Ça ne peut pas faire autrement que de produire du bon hockey. L’adversité sera au rendez-vous, et c’est tant mieux: à l’aube des séries, ça aide de pouvoir te préparer contre les meilleurs. Ç’a beau être cliché, c’est vrai que c’est le genre de match qui te fait grandir.»

Les Cataractes abordent ce week-end sans Anthony Bédard, qui a quitté l’équipe il y a quelques jours. La fougue de l’adolescent de 17 ans risque de manquer au puzzle shawiniganais.

«Mais la santé mentale est plus importante que tout. Anthony se battait avec lui-même concernant l’amour du hockey depuis un bon moment, à ce que j’ai compris. Quand on s’est parlé, je lui ai dit qu’il pouvait m’appeler 24 heures sur 24 en cas de besoin. Il a besoin d’une pause, il faut respecter ça. Je ne serais pas surpris s’il revenait la saison prochaine, mais pour les prochains mois, il va prendre du recul et on le supporte là-dedans, comme on supporte tous nos joueurs.»

«Maintenant, comme équipe, il y a une nouvelle opportunité. Charles Beaudoin a travaillé fort ces dernières semaines. Dans les matchs, à l’entraînement, au gymnase. Il a fait tout ce qu’il fallait. Je suis convaincu qu’il est prêt à saisir cette chance (de revenir dans le top 9)», ajoute Choules.

L’effet domino permet aussi à Anthony Di Cesare de réintégrer l’alignement, lui qui agissait comme 13e attaquant depuis quelques semaines.

«On lui avait expliqué la situation en début de saison. Quand ça arrive, ce n’est pas plus facile à accepter sur le coup, même si tu as été prévenu. Tout le monde était en santé, il fallait faire des choix. Ce n’est pas parce que Anthony ne livrait pas du bon hockey qu’il était retranché. La situation lui permet de revenir. Il saura nous aider, c’est un jeune homme qui a le désir de trouver une façon de contribuer.»