Le député sortant dans Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, le néo-démocrate Guy Caron, arrive quatrième, selon un sondage Mainstreet. Il obtient 15 % des intentions de vote.

Sondage Mainstreet: légère avance du Bloc à Rimouski

Le Bloc québécois détient une légère avance dans Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, d’après un sondage Mainstreet qui décrit aussi une course qui s’annonce complètement folle, avec quatre partis en position de gagner ou à tout le moins de brouiller les cartes.

Le candidat bloquiste Maxime Blanchet-Joncas obtient 29 % des intentions de vote après répartition des indécis, et sa rivale libérale Chantal Pilon suit non loin derrière à 25 %. Mais malgré leur troisième et quatrième place, la conservatrice (Nancy Brassard-Fortin) et le député sortant, le néo-démocrate Guy Caron, obtiennent tout de même une part substantielle des intentions de vote, avec 18 et 15 % d’appuis respectivement.

«L’avantage du Bloc est quand même significatif, mais avoir une avance de 4,2 points quand on n’obtient même pas 30 % des intentions de vote, ça montre à quel point le vote est éclaté», commente Luc Fortin, président de Mainstreet pour le Québec. «Cela dit, ça reste quand même possible de remonter la pente pour les conservateurs d’ici la fin de la campagne, et peut-être même pour le NPD.»

Fait à noter, les appuis du Bloc sont concentrés chez les 18-34 ans (38 % contre 16 % pour les Verts et 14 % pour le PLC), soit un groupe d’électeurs connu pour se rendre moins souvent que les autres dans l’urne le jour du scrutin. Le Bloc mène également sur les libéraux chez les 50-64 ans, mais l’écart (28,5 à 26,5 %) est si mince qu’il est considéré comme une «égalité statistique». Le PLC détient une avance de quelques points dans les autres tranches d’âge.


AbonnezvousBarometre

Décevant pour Guy Caron

Ces résultats doivent par ailleurs être décevants pour M. Caron, poursuit M. Fortin. Pour un député sortant, qui a en plus obtenu une visibilité nationale lors de la course à la direction néo-démocrate, une quatrième place représente un énorme recul. Ses 15 % d’appuis sont toutefois supérieurs au score du NPD ailleurs au Québec et au Canada.

Rappelons que M. Caron avait été élu une première fois lors de la «vague orange» de 2011, et qu’il était parvenu à maintenir son score (43 %) à l’élection suivante, en 2015.

«Ce que je trouve intéressant dans ce sondage-là, ajoute M. Fortin, c’est qu’il a été fait après les propos du maire de Rimouski [Marc Parent, NDLR], qui invitait [le 20 septembre] les gens de sa circonscription à voter pour les candidats qui ont les meilleures chances d’être au gouvernement. Alors pour l’instant, on voit que ce n’est pas ça, le choix que les gens font. […] Il y a quand même plus de 50 % des gens de son comté qui n’adhèrent pas à sa vision des choses», puisque les libéraux et les conservateurs n’obtiennent à eux deux que 43 % des intentions de vote.

Ce sondage a été réalisé par appels automatisés le 23 septembre dernier auprès de 602 adulte résidant dans la circonscription de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les-Basques. Sa marge d’erreur est de ± 4 % 19 fois sur 20.

Précision : une version antérieure de ce texte a été modifiée pour y ajouter des détails sur la méthodologie du sondage, qui avaient été omis. Nos excuses.