Marc Lecourtois, psychologue œuvrant en santé mentale-jeunesse pour le CIUSSS de l’Estrie – CHUS.
Marc Lecourtois, psychologue œuvrant en santé mentale-jeunesse pour le CIUSSS de l’Estrie – CHUS.

MARQUE EMPLOYEUR

Ingénieur de l’âme ou comment reconstruire des bases solides

Capitales Studio
Une réalisation du service de la promotion
Si on avait dit à Marc Lecourtois, lorsqu’il a fait son entrée au cégep à l’âge de 17 ans, qu’il deviendrait psychologue, il aurait été le premier à en être surpris puisque, à cette époque, il voulait à tout prix devenir ingénieur en informatique. Mais voilà, son choix de carrière a pris une toute autre orientation le jour où il s’est inscrit à un cours optionnel en psychologie. «Ça a été un véritable coup de cœur. J’ai tout de suite su que je voulais travailler dans ce domaine. Je voulais comprendre les relations humaines, les émotions qui habitent les gens.»

«Au début, je souhaitais devenir professeur de psychologie, mais au fur et à mesure, je me suis réorienté vers la pratique de la psychologie au quotidien. Et, dès mon entrée à l’université, j’ai pris la décision de m’impliquer auprès des enfants et des adolescents afin de comprendre leurs troubles de développement, leurs problèmes de santé mentale. Je voulais développer une expertise pour être capable de les aider», affirme Marc, psychologue œuvrant en santé mentale-jeunesse. Faisant référence à son désir premier de devenir ingénieur, celui-ci aime bien d’ailleurs se définir comme un «ingénieur de l’âme».

Bien sûr, certaines qualités sont requises pour exercer la profession de psychologue. Des qualités humaines telles que la sensibilité, l’empathie, l’ouverture à l’expérience de l’autre, l’écoute et la capacité à communiquer sont essentielles, autant avec la clientèle qu’avec les membres de l’équipe interdisciplinaire, mais il faut, comme le spécifie Marc, «une bonne dose de curiosité, le désir de comprendre, l’esprit d’analyse, aimer la résolution de problèmes et, surtout, apprécier travailler avec les gens.»

Une carrière à multiple volets

À l’université, il fait un premier stage en pédopsychiatrie à Shawinigan puis, en 2004, il réalise son internat, lors de ses études doctorales, en psychiatrie et pédopsychiatrie au CIUSSS de l’Estrie – CHUS, CLSC de la Haute-Yamaska (Notre-Dame) de Granby, lieu où il exerce toujours sa profession. Au cours de la décennie 2010, sa carrière progresse rapidement. En 2012, il devient superviseur de stages ainsi que formateur et commence à donner des conférences sur la problématique des troubles anxieux chez les enfants. En 2018, il assume la responsabilité de chargé de projets pour le programme Santé mentale jeunesse et, enfin, en 2019, il devient spécialiste en activités cliniques (SAC).

Un milieu riche sur le plan humain

Marc est très heureux d’évoluer dans un milieu qui lui permet de rencontrer des jeunes et des familles qui vivent souvent des problématiques complexes pour lesquelles l’expertise d’un psychologue est requise. «J’aime le réseau de la santé et des services sociaux. C’est un milieu riche qui offre un éventail très large d’opportunités et de défis cliniques. L’environnement dans lequel je travaille me permet également de pouvoir partager la richesse des expertises cliniques des collègues», indique-t-il.

Les psychologues ou neuropsychologues au CIUSSS de l’Estrie – CHUS peuvent aussi travailler avec d’autres clientèles que celle de Marc. Ils peuvent faire partie de diverses équipes ayant des missions toutes aussi stimulantes que variées, particulièrement auprès de la clientèle jeunesse. Ils peuvent également actualiser leur profession avec des adultes ou des personnes aînées. Par exemple, certains œuvrent en déficience physique, en santé mentale et dépendance ou avec des usagers présentant des difficultés neurocognitives. De plus, les psychologues en cours d’internat peuvent se voir offrir d’intéressantes opportunités d’emplois rémunérés en cours d’études au sein de notre organisation.


« J’aime le réseau de la santé et des services sociaux. C’est un milieu riche qui offre un éventail très large d’opportunités et de défis cliniques. »
Marc Lecourtois

Un impact significatif

Le psychologue tient aussi à souligner à quel point il est fier d’évoluer dans une organisation qui reconnaît le niveau d’expertise et l’importance de sa profession. «Le CIUSSS de l’Estrie − CHUS est un milieu stimulant qui peut répondre aux besoins des professionnels. Ça fait 15 ans que j’y travaille et jamais je n’ai remis en question mon choix de travailler dans le réseau de la santé et des services sociaux.» 

Ses meilleurs souvenirs, il les compte au nombre d’enfants, d’adolescents et de familles qu’il a eu la chance d’aider. «Mon plus grand bonheur, c’est lorsque j’observe des réactions et des changements de comportement parfois subtils chez mes patients. Par exemple, lorsqu’à l’occasion de sa dernière visite, un jeune m’adresse un regard sincère ou m’offre une poignée de main ferme alors qu’il était réticent à recevoir des services au départ.» Marc ajoute qu’il apprécie particulièrement voir des parents et leur enfant devenir très complices dans son bureau alors qu’ils éprouvaient des difficultés à communiquer à l’origine. «Je sais que j’ai eu un impact significatif sur une vie lorsqu’un espoir de changement quasi inexistant devient, en cours de route, des plans pour la vie future et le développement d’une estime de soi plus forte chez un jeune. Ça n’a pas de prix pour un psychologue comme moi», termine-t-il avec enthousiasme.

Cette profession vous interpelle?

Le CIUSSS de l’Estrie – CHUS est toujours à la recherche de personnes de cœur pour œuvrer notamment dans le domaine de la psychologie et de la neuropsychologie. Vous souhaitez faire partie de notre équipe? Visitez besoindevous.ca pour voir toutes les possibilités d’emplois.

Le CIUSSS de l’Estrie – CHUS en chiffres

  • 1er employeur en Estrie
  • 19 000 employés
  • 89 psychologues
  • 101 points de service