Le Clap Sainte-Foy a rouvert ses portes vendredi matin.
Le Clap Sainte-Foy a rouvert ses portes vendredi matin.

Réouverture des cinémas: l’optimisme à l’affiche à Québec [VIDÉO]

Plongées dans le noir en permanence depuis plus de trois mois, les salles de cinéma ont recommencé à s’animer sous le feu des projecteurs, vendredi matin. Au Clap, le personnel affichait un large sourire sous leur masque de protection, heureux de voir revenir au bercail les irréductibles du septième art, ces derniers au septième ciel à l’idée de retrouver le plaisir du grand écran et l’odeur du pop-corn.

Pour l’ancien cinéma de la Pyramide, ce 3 juillet représentait en quelque sorte la prise deux d’un tournage qui venait à peine de s’amorcer. Le Clap Sainte-Foy avait inauguré ses installations dernier cri le 6 décembre. À la mi-mars la pandémie obligeait au grand confinement.

Ce n’était rien pour démoraliser le fondateur et copropriétaire du Clap, Michel Aubé, rencontré vendredi matin, alors qu’il veillait à peaufiner les derniers détails de la réouverture au public. Le coup a été dur à encaisser, mais l’optimisme reste à l’affiche.

«On était sur une lancée. La réponse du public était au-delà de nos espérances, puis est arrivé ce que l’on sait, mentionne-t-il. Mais on repart avec le même enthousiasme. Notre clientèle nous a fait savoir qu’elle serait au rendez-vous.»

Protection maximale

La réouverture des salles se fait évidemment sous haute sécurité sanitaire. Masques pour le personnel, gel hydroalcoolique et distanciation sont à l’honneur. Chaque salle peut accueillir un maximum de 50 spectateurs. Deux bancs libres sont exigés entre chacun d’eux. En outre, une consigne maison demande aux gens de laisser l’accoudoir de leur siège abaissé, après leur départ, pour indiquer l’endroit à désinfecter.

Une heure s’écoulera entre chaque projection afin de «faire le ménage complet des salles», indique la directrice des opérations, Nella Cuglietta. «On demande aux gens de se ramasser pour éviter que le personnel ait à toucher aux pailles ou aux  mouchoirs. On veut protéger nos clients, mais aussi nos employés.»

+

Michel Aubé, fondateur et copropriétaire du cinéma Le Clap, entrevoit avec optimisme le retour des cinéphiles dans les salles.

+

Vaste choix de films

Pour cette première semaine de reprise des activités, Le Clap Sainte-Foy a décidé de mettre 21 films différents au menu. «Étant donné qu’on ne savait pas ce que les gens voulaient, on a décidé de tout donner, explique Michel Aubé. Des films porteurs, à l’affiche lors de la fermeture, comme Portrait de la jeune fille en feu, sont ramenés à l’horaire, en combinaison avec quelques nouveautés (Docteur?, C’est ça le paradis?) et classiques des dernières décennies (Pulp Fiction, Inception,…)

«Tous les distributeurs, sauf Disney, ont mis leurs catalogues à notre disposition. Il y a des bijoux là-dedans. Je pourrais booker Citizen Kane si je voulais. Beaucoup de ces films n’étaient pas accessibles avant la COVID. Ils nous ont dit : “Pigez, allez-y gaiement...”»

Michel Aubé entrevoit un «gros buzz» pour la projection, une fois par semaine, d’un épisode de la saga Harry Potter. «Je reçois aussi beaucoup de demandes pour Le seigneur des anneaux.»

Clients heureux

Huguette Houde, une ancienne employée de librairie, a été parmi les premiers de la douzaine de clients à se pointer au Clap pour assister aux projections de l’avant-midi. Son choix s’est arrêté sur le film québécois 14 jours, 12 nuits. «Je me suis ennuyée. Je déteste regarder des films à la télé. J’aime les voir sur grand écran.» Même si elle portait le masque, dont elle comptait se départir une fois assise dans la salle, la dame de 70 ans confie que ce n’est pas la crainte du virus qui va l’empêcher d’assouvir sa passion du cinéma en salle.

Un autre habitué des lieux, Claude Brindamour, le visage sous protection lui aussi, n’a pas hésité à revenir dans son cinéma favori. En ce jour de réouverture, son choix s’est arrêté sur le long-métrage Brumes d’Islande. «Je regarde beaucoup de films à la télévision, mais ce n’est pas le même plaisir que de le voir sur grand écran.» 

Denis Saint-Maurice est pour sa part passé acheter deux billets pour les représentations, plus tard en journée, de Star Wars: Le réveil de la force et Wonder Woman. «Je viens au moins une fois par semaine. C’est ma sortie, mon divertissement.»

Moral de fer

Au cinéma Cartier, sur l’avenue du même nom, la reprise des activités s’est faite sur le bout des pieds. Lors du passage du Soleil, en milieu de matinée, sur les cinq films projetés, un seul l’était avec public: deux personnes pour 14 jours, 12 nuits — un beau casse-tête mathématique, avouons-le...

«C’est très calme, mais les vendredis sont toujours tranquilles, confie une employée. On a reçu beaucoup de téléphones. On sent que les gens ont hâte de revenir.»

Sur la Rive-Sud, le propriétaire du Lido et Des Chutes, Sylvain Gilbert, était lui aussi à pied d’œuvre pour accueillir à nouveau ses clients. Sur l’heure du midi, un peu moins de 200 spectateurs avaient acheté un billet pour une représentation dans l’un ou l’autre de ses cinémas.

«Pour l’instant, on vend seulement par Internet, mais à parti de lundi, je vais peut-être vendre des billets sur place. Ce n’est pas tout le monde qui peut acheter avec son ordinateur», explique-t-il lors d’une conversation téléphonique, précisant que sa clientèle régulière compte de nombreuses personnes âgées. À son grand bonheur, la quasi-totalité de son personnel est de retour au travail «avec un moral de fer».

La fabrication de sa grille-horaire est aussi composée d’un mélange de films déjà à l’affiche au moment de la fermeture, et d’autres plus anciens. «J’ai pris ce que je jouais le 15 mars et j’ai ajouté ce qui a bien marché, comme Bad Boys 2, 1917 et Il pleuvait des oiseaux», précise M. Gilbert.

Cineplex a également rouvert vendredi les portes de son cinéma de Sainte-Foy. La succursale de Beauport reprendra ses activités plus tard en juillet. Puisque la billetterie est fermée pour le moment, les spectateurs doivent se procurer leurs billets en ligne ou aux kiosques libre-service. En plus des mesures sanitaires et de distanciation, le port du masque est recommandé.