Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Malgré des périodes de fermeture de salles, le cinéma québécois est parvenu à attirer les cinéphiles en 2020.  
Malgré des périodes de fermeture de salles, le cinéma québécois est parvenu à attirer les cinéphiles en 2020.  

Le cinéma québécois obtient ses meilleures parts de marché en 10 ans

Anne-Marie Gravel
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Le cinéma québécois a obtenu ses meilleures parts de marché en 10 ans en 2020. Malgré une année marquée par les périodes de fermeture et les restrictions liées à la pandémie, les films d’ici ont enregistré de bonnes performances aux guichets.

Le box-office compilé par Cinéac a révélé que les parts de marché du cinéma québécois sont passées de 7,5% à 11,7%. 

Les chiffres rendus publics font évidemment plaisir au comité de relance du cinéma au Québec notamment composé de propriétaires de salles, des distributeurs et des producteurs.

«Les distributeurs seront là dès que le retour en salle sera possible pour soutenir notre cinéma et appuyer une industrie qui a su travailler ensemble à travers cette tempête. L’opportunité de faire plus de place au cinéma québécois a été saisie et nous sommes ravis de constater que le public était au rendez-vous pour voir les films d’ici. Nous travaillerons de près avec les salles afin de conserver, voire d’améliorer ces parts de marché en 2021», affirme Ariane Giroux-Dallaire, vice-présidente de MK2 | Mile End et représentante du comité de relance.

Pour les membres du comité formé en pleine pandémie à l’initiative de l’Association des propriétaires de cinémas du Québec et de la Corporation des salles de cinéma du Québec, les résultats obtenus confirment la solidité de l’écosystème du cinéma québécois. 

« Si on se compare au marché canadien, et même au marché nord-américain, le Québec a prouvé la solidité de son public et de sa cinématographie. Pendant les quelques mois de réouverture, nos salles de cinéma au Québec ont continué de programmer les films québécois et le public était au rendez-vous. C’est un avantage immense par rapport à d’autres marchés. Nous sommes confiants pour 2021, en particulier grâce aux nombreux films québécois qui n’attendent que la réouverture des cinémas», assure Daniel Seguin, vice-président directeur – Exploitation Nationale, Cineplex, et membre du comité relance.

Les Films Séville au sommet 

Cinq longs métrages distribués par Les Films Séville trônent au sommet du palmarès des films québécois en 2020. Mafia Inc (1,367,580 $), Merci pour tout (1,441,551 $ dont 868,531 $ en 2020 puisque le film est sorti le 25 décembre 2019), Target Number One / Suspect numéro un (1,008,768 $ dont 842,215 $ au Québec), Mon cirque à moi (708,260 $) et 14 jours 12 nuits (301,288 $) ont cumulé les meilleures recettes au cours de la dernière année. 

 «Je suis extrêmement fier du travail accompli par mon équipe afin que nos films rayonnent, malgré les défis importants engendrés par la pandémie. Ce ne fut pas une année facile pour le cinéma, mais je suis heureux de voir que plusieurs films québécois ont su rejoindre le public aux quatre coins de la province. Le talent de nos artistes et artisans est au cœur de ces succès et j’aimerais les remercier de leur confiance sans cesse renouvelée. Je tiens également à saluer la résilience des exploitants de salles et de mes collègues distributeurs qui ont dû jongler, comme nous, avec l’incertitude et les fermetures temporaires des cinémas. Les sorties en salle restent notre priorité et je suis convaincu que 2021 sera une année importante pour le cinéma », a déclaré Patrick Roy, président, Les Films Séville.

Rappelons que Suspect numéro un est le premier film québécois projeté en salles lors de leur réouverture en juillet et que Mon cirque à moi a dû être présenté en tenant compte de mesures sanitaires strictes dans les salles de cinéma.