Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Dara (Sarah Sutherland) tente de reconquérir le cœur de sa fille après deux ans d'absence.
Dara (Sarah Sutherland) tente de reconquérir le cœur de sa fille après deux ans d'absence.

Comme une maison en feu: secrets de famille ** 1/2 [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / Jesse Noah Klein a beau y mettre tout son cœur, Comme une maison en feu (Like a House on Fire) souffre des faiblesses de son scénario, de son manque de crédibilité et l’antipathie qu’on ressent pour son personnage principal. Il pourrait toutefois s’avérer une curiosité pour les admirateurs d’Hubert Lenoir — le chanteur et musicien y tient son premier (petit) rôle au cinéma.

Le réalisateur anglo-montréalais parie que le spectateur acceptera la prémisse : lorsque Dara (Sarah Sutherland), hospitalisée pendant deux ans pour des problèmes de santé mentale non identifiés, revient à la maison, non seulement une autre a pris sa place, mais Thérèse (Dominique Provost-Chakley) est enceinte de sept mois !

C’est plausible — si on veut vraiment y croire. Pendant son «absence», Dara a refusé que Danny (Jared Abrahamson) et sa fille de deux ans viennent la visiter. Son mari en a pris acte et déduit que la relation était finie…

Même chose avec Jordan (Lenoir), que rencontre Dara dans un parc tout de suite après avoir découvert l’existence de Thérèse. Elle se confie à ce pur inconnu, à peine sorti de l’adolescence, et le suit chez lui…

Rendu ici, si ça vous intéresse : Lenoir n’ayant que quelques scènes à défendre, on se retiendra de poser un jugement définitif sur ses talents d’acteur. Il se débrouille, manifestement à l’aise devant la caméra (on s’en serait douté), qui l’aime en retour. On verra bien s’il accepte un jour un rôle plus consistant.

Pour ses débuts d'acteur au cinéma, Hubert Lenoir Lenoir n’a que quelques scènes à défendre avec Dara.

Pour en revenir Dara, celle-ci tente de reconquérir Danny et, surtout, de regagner la confiance de sa fille qui ne la reconnaît plus. Dans un cas comme dans l’autre, elle s’y prend très mal!

C’est assez pathétique, en fait. Tout comme sa visite revancharde à sa mère.

Même en se forçant, on n’éprouve que peu de sympathie pour ses crises de nerfs — Sarah Sutherland en fait d’ailleurs trop à maintes occasions. La chose aurait mieux passé avec de la retenue.

La réalisation fébrile et naturaliste de Klein, avec la caméra portée, souvent proche, n’est pas en cause. La même recette, au fond, que Toujours ensemble (2017), qui était plus solide.

Malgré ses efforts, le film souffre de son petit budget et de sa direction d’acteurs approximative.

Il arrive qu’on fasse des miracles avec pas grand-chose. Pas cette fois.

Comme une maison en feu est présenté en vidéo sur demande à compter du 30 mars.

Au générique

Cote : ** 1/2

Titre : Comme une maison en feu

Genre : Drame

Réalisateur : Jesse Noah Klein

Acteurs : Sarah Sutherland, Jared Abrahamson, Hubert Lenoir

Durée : 1h37