Steve Bergeron

Chronique covidéoscopique

CHRONIQUE / Depuis le début de la crise du coronavirus, j’ai reçu plusieurs questions sur le genre du mot «COVID-19», que certains journalistes, politiciens ou autres intervenants emploient tantôt au masculin, tantôt au féminin, ce qui irrite certains lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs.

Je vais commencer par faire appel à votre indulgence. Lorsqu’une nouvelle réalité survient, il est normal qu’il faille un certain temps d’adaptation pour la nommer correctement, et encore plus quand le choc est aussi brutal que ce que nous vivons en ce moment. N’oubliez pas non plus que, la majorité des communications médiatiques se faisant en anglais sur cette planète, il faut également s’assurer de traduire correctement certains concepts.

Heureusement, le Grand dictionnaire terminologique (GDT) veille au grain: «Le terme "COVID-19" (de "coronavirus disease 2019") est la désignation officielle retenue en février 2020 par l’Organisation mondiale de la santé.» Et comme «disease» signifie «maladie» en français, il est dès lors apparu que le genre serait féminin en français.

Si vous préférez l’appellation non abrégée, on parle de «maladie à coronavirus 2019». L’acronyme n’a toutefois pas été traduit (ç’aurait pu être quelque chose comme MCOVI-19). Le GDT accepte aussi «pneumonie de Wuhan».

Quant au nom officiel du virus, qui n’est presque jamais utilisé par les médias, c’est le «SRAS-CoV-2», «SRAS» étant l’acronyme de «syndrome respiratoire aigu sévère» (vous comprenez maintenant pourquoi ce mot est masculin). Il faut dire que le terme «coronavirus» désigne une catégorie de virus, dont faisait également partie le CoV-SRMO (syndrome respiratoire du Moyen-Orient, «MERS» en anglais) qui a frappé la péninsule arabique en 2012.

Lucie Bégin de Chicoutimi se demande aussi s’il faut parler d’isolement ou d’isolation en ce moment, puisqu’elle a entendu les deux mots employés à propos des mesures de confinement.

C’est le mot «isolement» qu’il faut utiliser pour désigner la «séparation d’un individu (ou d’un groupe d’individus) des autres membres de la société», explique le Petit Larousse.

Le mot «isolation» doit être réservé à l’«ensemble des procédés mis en œuvre pour empêcher le bruit de pénétrer dans un milieu clos ou d’en sortir (isolation acoustique ou insonorisation) ou pour réduire les échanges thermiques entre une enceinte, l’intérieur d’un bâtiment, etc., et le milieu extérieur (isolation thermique)».

Le hic, c’est qu’«isolement» se traduit souvent par «isolation» en anglais. La confusion est donc fréquente.

Et pour ceux et celles qui se poseraient la question, le mot «covidiot», qui vient d’apparaître sur les réseaux sociaux pour désigner les personnes ignorant les directives de santé publique ou vidant démesurément les tablettes des supermarchés, n’est pas encore officiellement entré dans le GDT…

PERLES DE LA SEMAINE

Quelques perles de petites annonces en ligne colligées par «Infoman». Des fois, Kijiji, c’est pajojo.

«Acoiriome à vandre»

«Exorciseur pour bébé»

«Je suis à la recherche d’une pompe à pourasterigne [power steering].»

«Micro-ondes de camionneur en bonne condition, restant de manger dedans à nettoyer.»

«Sécheuse Maytag 2000 sans élément chauffant. Séchage moins rapide mais beaucoup d’économie d’énergie.»


Questions ou commentaires ? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.