Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
La musicienne et chanteuse Inuk, Elisapie, a interpellé le premier ministre François Legault dans une percutante vidéo plus tôt cette semaine.
La musicienne et chanteuse Inuk, Elisapie, a interpellé le premier ministre François Legault dans une percutante vidéo plus tôt cette semaine.

TLMEP: à la mémoire de Joyce

CHRONIQUE / La colère, la révolte, l'incompréhension, la profonde tristesse. Les réactions au traitement odieux accordé à Joyce Echaquan sont vives. La mort atroce de cette femme atikamekw de 37 ans à l'hôpital de Joliette lundi dernier, qui s'ajoute à toutes les autres, aura beaucoup alimenté les discussions dimanche à Tout le monde en parle, parce qu'on n'en parlera jamais assez. Jusqu'à la toute fin, alors qu'Elisapie a simplement souhaité qu'on puisse «sentir qu'on est chez nous».

Réentendre les propos dégradants de l'infirmière et de la préposée à l'endroit de Joyce Echaquan donnait le haut le cœur, mais restait nécessaire pour en saisir toute la gravité. L'affaire a provoqué l'indignation générale et une mobilisation qui encourage l'ethnologue huronne-wendat Isabelle Picard. «On voit que les Québécois ne sont plus derrière nous mais qu'ils marchent avec nous», dit-elle. Or, le public appuie, mais comprend-il vraiment les enjeux des autochtones? Pas nécessairement. «On est la solution pour le futur du Québec, du Canada» croit le Grand chef du Conseil de la nation Atikamekw, Constant Awashish, qui souhaite créer des ponts entre Blancs et autochtones. Pour sa part, le plus cadeau qu'on pourrait se faire, selon la leader autochtone Michèle Audette, serait de «refaire l'histoire» depuis le début, auprès des enfants jusqu'aux aînés. Le trio ne croit pas que la ministre responsable des Affaires autochtones, Sylvie D'Amour, joue le rôle qu'elle devrait jouer. «Est-ce qu'on mettrait un homme à la Condition féminine, ou un anglophone à la langue française?», demande Constant Awashish.

Le Grand chef du Conseil de la nation Atikamekw, Constant Awashish, la leader autochtone Michèle Audette et l'ethnologue huronne-wendat Isabelle Picard.

Révoltée par les circonstances entourant le décès de Joyce Echaquan, Geneviève Guilbault n'a toujours pas voulu parler de racisme systémique, à l'image de son premier ministre, à qui le mot fait peur. «On reconnaît qu'il y a du racisme au Québec», s'est limitée à dire la ministre de la Sécurité publique. «Soyez audacieux, vous l'avez le pouvoir», a répliqué Michèle Audette, alors que le Grand chef Awashish a rappelé que les autres chefs de gouvernement n'avaient pas de mal à reconnaître l'existence de racisme systémique. Mme Guilbault a voulu remercier la population pour son effort du week-end, avec les nouvelles règles en zones rouges. «Je sens que la deuxième vague est dure sur le moral des Québécois et des Québécoises», a dit la vice-première ministre, moins transparente que Christian Dubé sur le même plateau la semaine dernière, préférant laisser le soin à ses collègues de préciser les annonces sur la pratique des sports d'équipes et le port du couvre visage dans les écoles. «On doit laisser sa chance au nouveau commissaire. J'espère que l'UPAC connaîtra des jours meilleurs», a dit la ministre, questionnée sur l'arrêt des procédures contre Nathalie Normandeau, Marc-Yvan Côté et leurs quatre coaccusés.

Geneviève Guilbault a voulu remercier la population pour son effort du week-end, avec les nouvelles règles en zones rouges. «Je sens que la deuxième vague est dure sur le moral des Québécois et des Québécoises».

«Je voudrais saluer les avocats de CHOI qui nous regardent ce soir, y doivent être payés à temps double», a ironisé Régis Labeaume, après la mise en demeure dont la Ville et lui ont été l'objet cette semaine. «C'est pas une radio que j'aime, tout le monde le sait», reconnaît le maire de Québec, qui nie avoir fait un appel au boycott en cessant d'y acheter du temps d'antenne. «Faites ce que vous voulez, nous autres, on n'y est plus.» Il a bien sûr été question des menaces dont M. Labeaume a fait l'objet. «Je me ramasse avec quatre chauffeurs au lieu d'en avoir un», a-t-il dit, presque incrédule. Le maire dit toujours ignorer s'il se représentera aux prochaines élections. «Ça dépend de la journée», a-t-il fait savoir à Dany Turcotte, qui a misé «5 piasses» qu'il ne retournerait pas.

«Je voudrais saluer les avocats de CHOI qui nous regardent ce soir, y doivent être payés à temps double», a ironisé Régis Labeaume.

Selon Pierre-Yves McSween, c'est la culture qui va écoper le plus de l'actuelle pandémie. «T'es le premier affecté et t'es le dernier à revenir sur une scène normale. Un projet artistique ne se crée pas en criant ciseau», rappelle le comptable, auteur, animateur et chroniqueur. Selon lui, plusieurs ont abusé de la PCU et plusieurs ont été poussés à ne pas retourner travailler. «L'erreur qu'on a fait collectivement, c'est d'avoir banalisé la chose», croit-il. Dans son nouveau livre Liberté 45, il suggère de profiter de la vie durant la quarantaine, plutôt que d'attendre à l'âge de la retraite. «Ne te bats plus pour faire 100 000$ à 50 ans; fais 32 000, ne paie plus d'impôt et cache ton argent, puis tu vas sauver de l'impôt et tu vas être 100% légal», a illustré Pierre-Yves McSween, qui rappelle qu'on est chanceux au Québec de pouvoir fréquenter l'université à un prix accessible. «Si vous avez 20 ans, vous lisez ça; si vous avez 60 ans, vous le lisez pas, parce que vous allez réaliser comment vous avez raté votre vie économique», a conclu Guy A. Lepage.

«Ne te bats plus pour faire 100 000$ à 50 ans; fais 32 000, ne paie plus d'impôt et cache ton argent, puis tu vas sauver de l'impôt et tu vas être 100% légal», a illustré Pierre-Yves McSween.

Ce qui désole le plus le Dr François Marquis chez les antimasques, c'est leur déni de la souffrance causée par le virus, un manque de respect flagrant envers les victimes et leurs proches. Le chef des soins intensifs à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont à Montréal, dont on admire l'humanité à De garde 24/7, rappelle les conséquences de la Covid, que ce soit la fonte musculaire, l'extrême fatigue qui empêche certaines victimes de retourner à leur emploi, et la perte d'odorat, que plusieurs n'ont jamais retrouvée. Le Dr Marquis craint que ce soit les jeunes qui occupent le plus les unités de soins intensifs, et en est à se demander si Donald Trump n'a pas inventé sa maladie, tant il manipule toute l'information.

Le Dr Marquis craint que ce soit les jeunes qui occupent le plus les unités de soins intensifs, et en est à se demander si Donald Trump n'a pas inventé sa maladie, tant il manipule toute l'information.

Acquittés d'accusations de production de matériel pornographique, l'auteur Yvan Godbout et l'éditeur François Doucet sont sortis brisés de ce qu'ils appellent tous deux un cauchemar, celui d'avoir été associés à de la pédophilie. Le roman d'horreur Hansel et Gretel décrivait notamment l'agression sexuelle d'une fillette de neuf ans par son père; des gens ont confondu l'auteur avec ses personnages. «Je ne suis pas certain qu'on aurait accusé de pornographie juvénile une auteure féminine. Je me trompe peut-être», a lancé Yvan Godbout, qui s'est demandé si son homosexualité a pu avoir un lien avec son accusation, et qui a tenté de se suicider, tant il était désespéré. Le prix a été énorme aussi pour François Doucet et sa maison d'édition, qui n'est plus ce qu'elle était. Un de ses enfants a aussi attenté à ses jours. Comme son éditeur, Yvan Godbout n'a pas réellement vécu un soulagement à l'annonce du verdict. «Ça a bien adonné que je sois un petit auteur sans envergure», pense le romancier, qui s'est remis tant que mal à l'écriture.

Acquittés d'accusations de production de matériel pornographique, l'auteur Yvan Godbout et l'éditeur François Doucet sont sortis brisés de ce qu'ils appellent tous deux un cauchemar.

Dans la foulée de la mort de Joyce Echaquan, la musicienne et chanteuse Inuk, Elisapie, a interpellé le premier ministre François Legault dans une percutante vidéo plus tôt cette semaine, où elle lui reproche son manque d'écoute. «Au-delà des mots, il va falloir des gestes», réclame l'artiste, qui nous a laissé avec un titre de son plus récent album, Una. «Que justice soit rendue pour Joyce Echaquan», a dit Guy A. Lepage au terme de cette 400e émission de Tout le monde en parle.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.