Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
L'aisance de J.A.M. à s'adapter à des disciplines de rap toutes nouvelles pour lui a certainement joué pour quelque chose dans sa course vers la victoire.
L'aisance de J.A.M. à s'adapter à des disciplines de rap toutes nouvelles pour lui a certainement joué pour quelque chose dans sa course vers la victoire.

La fin des faibles a son roi: J.A.M.

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Retenez ce nom: J.A.M. Le rappeur de 22 ans a été couronné vainqueur de La fin des faibles, compétition de rap francophone, dont la finale toute masculine était diffusée mercredi soir à Télé-Québec. Virtuose des mots, J.A.M. a soulevé l'enthousiasme des juges, lui qui avait frôlé l'élimination en cours de saison.

«L'industrie te dit: on t'accueille à bras ouverts», lui a envoyé l'animateur Pierre-Yves Lord après l'annonce de sa victoire. 

En présence de FouKi, qui a offert une prestation en début d'émission, la compétition a culminé mercredi avec les prestations des deux derniers finalistes, J.A.M. et Monk.e, doyen de la soirée, auxquels se sont greffés leurs trois compétiteurs, LeMind, Woodman et Raccoon, pour l'épreuve collective du cercle. Une compétition vraiment relevée.

Le commanditaire avait imposé un thème, la mission, pour cette dernière bataille épique, disputée dans l'arène du New City Gas à Montréal. Monk.e s'est entre autres amusé à créer des jeux de mots avec les titres des albums des trois juges.

Le jury avait la difficile tâche de désigner un gagnant parmi cinq finalistes, et le calibre était fort. Il s'agissait d'une troisième présence cette saison pour J.A.M., de son vrai nom Jamil Assoum, sauvé à l'étape de la seconde chance. C'est d'ailleurs le finaliste qui avait le moins d'expérience en matière de compétitions.

Son aisance à maîtriser des disciplines qui lui étaient peu familières a certainement joué pour quelque chose dans sa course vers la victoire. «Ça montre que c'est pas parce que t'as jamais fait quelque chose que tu peux pas le faire pour la première fois à la télé», a confié le rappeur d'origine libanaise en introduction.

Pour la finale, il a notamment dû improviser un rap à partir de cinq mots imposés – poubelle, salaire, potable, arachide et radio –, ce qu'il a fait avec brio. Il a également brillé dans l'épreuve a cappella, offrant un discours très personnel. «Est-ce que vous savez combien de fois on m'a tourné le dos? Prêt à critiquer mon art et pointer tous mes défauts? Et avec ma couleur de peau, on veut soit me victimiser ou me faire douter de mes mots», a-t-il scandé sur un ton engagé.

Le trio de juges a été soufflé par sa performance. Koriass a aimé son «contrôle à tout casser», sa «finesse» et ses «rimes riches». «T'es ma découverte de La fin des faibles cette année, de loin», lui a envoyé la rappeur vedette.

«Ça se voit que tu veux réussir, gagner, mais de la bonne façon», a poursuivi Sarahmée, avant que Souldia le proclame «meilleur freestyler» de la compétition, faisant référence à ce style d'improvisation.

Avant La fin des faibles, J.A.M. s'était fait remarquer au Festival de la chanson de Granby en 2019. Le rappeur de la Rive-Sud de Montréal étudie actuellement en stratégie de production culturelle et médiatique à l'UQAM.

Il remporte ainsi le grand prix d'une valeur de 35 000$, incluant l'enregistrement d'un titre en studio, la production d'un vidéoclip et la chance de représenter le Québec à la compétition End of the Weak à New York.

Condensée en huit émissions présentées en un mois à raison de deux par semaine, La fin des faibles constituait une première expérience de compétition de rap francophone à la télévision québécoise. Un pari réussi pour Télé-Québec, qui a misé sur la diversité, en plus de mettre de l'avant un style musical très prisé par le public mais encore trop peu représenté à la télé comme à la radio. Seules quatre candidates ont réussi à se glisser parmi les 16 participants.

L'équipe d'Urbania pouvait difficilement trouver trois juges plus passionnés par leur art, tout comme l'animateur, convaincant et investi dans ce projet. Pour le diffuseur, il est encore trop tôt pour annoncer une deuxième saison de La fin des faibles.

Les quatre premiers épisodes ont réuni en moyenne 75 000 téléspectateurs, selon les données confirmées de Numeris, qui incluent les enregistrements. La série a par ailleurs été visionnée 111 000 fois sur la plateforme vidéo de Télé-Québec, ce qui en fait la deuxième émission la plus visionnée sur le site en mars, derrière Passe-Partout, ce qui n'est pas rien.

J.A.M. sera de la dernière émission de la saison de Belle et Bum, samedi exceptionnellement à 22h, à Télé-Québec.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.