Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
Charles-Antoine Crête s'était fait dire par son orienteur qu'il devrait faire un clown ou un chauffeur d'autobus scolaire.
Charles-Antoine Crête s'était fait dire par son orienteur qu'il devrait faire un clown ou un chauffeur d'autobus scolaire.

Chef en pandémie: tout pour survivre

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / La restauration est en crise. Le mot n'est pas trop fort. Le documentaire Chef en pandémie arrive à point, alors qu'on ne sait toujours pas quand les restos pourront rouvrir.

Charles-Antoine Crête, chef-propriétaire du Montréal Plaza avec Cheryl Johnson, ne sait pas ce qu'il adviendra de son restaurant, une fois que la pandémie sera derrière nous. «Tout le monde est dans marde», dit-il au début de ce documentaire sur sa façon à lui de passer au travers de cette crise. Tournée de mars à septembre, l'oeuvre d'une heure est diffusée mercredi à 20h à Télé-Québec.

Tourné à la façon d'un docu-vérité par Marie-Philippe Gilbert et Van Rokyo, Chef en pandémie donne la mesure du gouffre auquel les restaurateurs doivent faire face. On les voit se démener pour éviter la fermeture définitive et on comprend leur impression de pédaler dans le vide. Entre perdre 100$ par jour à rester fermé ou 500$ par jour à ouvrir, quoi choisir?

Dès les premières semaines après la fermeture en mars dernier, Crête se relève les manches et invite son équipe à confectionner 4000 sandwichs par semaine pour l'Accueil Bonneau. Même le maître d'hôtel met la main à la tranche de pain blanc. Puis, on trouve des trucs à manger devant la télé durant le confinement, on transforme une pièce du resto en épicerie de prêt à emporter. Entre tout ça, on tente de rassurer les employés, qui craignent pour leur avenir.

Introduit par un ourson en peluche ayant la voix de Guy Nadon, le documentaire est à l'image du Montréal Plaza, un endroit unique de la rue Saint-Hubert où le personnel, comme la clientèle, festoie et porte des déguisements mis à la disposition de tous. J'y ai moi-même déjà fini la soirée en costume de banane et une photo en témoigne.

Charles-Antoine Crête s'était fait dire par son orienteur qu'il devrait faire un clown ou un chauffeur d'autobus scolaire. L'amalgame convient parfaitement à ce personnage singulier, un OVNI parmi les chefs québécois, qui va jusqu'à faire flamber un rouleau de papier de toilette dans la poêle. Cet humour l'a servi au cours des derniers mois, même si sa colère n'est pas moins grande.

Son mentor et ami Normand Laprise nous apparaît sous un tout autre jour dans le documentaire. On est loin des Chefs! Il en vient aux larmes lorsqu'il repense au confinement, lorsqu'il anticipe avec pessimisme l'automne qui s'en vient et qui pourrait être fatal pour plusieurs. «Si je fais faillite, je ne recommence pas en restauration. J'ai tout donné», confie-t-il, peiné. L'assurance du juge des Chefs! a disparu.

«Fuck les arcs-en-ciel!» lance un Charles-Antoine Crête excédé, après trois mois de fermeture. Plus tard, en plein été, il dira: «On a quand même le droit d'avoir du fun à un moment donné!» Le Montréal Plaza ouvrira à peine quelques semaines avant la seconde fermeture des restaurants. Tout ça pour ça.

J'ai beaucoup fréquenté les restaurants durant l'été. J'y allais pour encourager les propriétaires et leur personnel mais aussi pour voir du monde et parce que j'en avais marre de cuisiner. Tous les restos que j'ai fréquentés ont déployé de gros efforts pour créer un espace sécuritaire. Même si la plupart des clients respectaient les règles, j'ai hélas vu des groupes de huit, où les gens arrivaient tous séparément et se faisaient des câlins sans masques. Un exemple flagrant de négligence qui gâchait tous les efforts déployés à gros prix par les restaurateurs. Ouvrir les restos ou les laisser fermés? J'opterais pour la première option, mais je comprends hélas la Santé publique de choisir la deuxième.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.