Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
Indissociables de la franchise Mammouth, Sarah-Jeanne Labrosse et Pier-Luc Funk ont proposé encore une fois une heure réjouissante qui faisait du bien.
Indissociables de la franchise Mammouth, Sarah-Jeanne Labrosse et Pier-Luc Funk ont proposé encore une fois une heure réjouissante qui faisait du bien.

Bal Mammouth: un beau petit party

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Le feu vert a beau avoir été donné pour la tenue de bals des finissants, celui de Télé-Québec allait avoir lieu de toute façon. Bien plus que de servir de situation de rechange, le deuxième Bal Mammouth a permis vendredi soir de célébrer après une année scolaire difficile et de conclure un cycle en regardant vers l'avenir. Mieux vaut un beau petit party que rien du tout.

Indissociables de la franchise Mammouth, Sarah-Jeanne Labrosse et Pier-Luc Funk ont proposé encore une fois une heure réjouissante, avec la complicité de finissants du secondaire, pierre angulaire de ces 60 minutes de célébrations.

L'émission produite par France Beaudoin, qui sera rediffusée mercredi à 22h30, réunissait plusieurs des figures marquantes de la dernière année, que ce soit Rita Baga, Mathieu Dufour, la reine du lipsync, Ariel Charest, Charlotte Cardin, Safia Nolin, Pierre-Yves Roy-Desmarais, et même la directrice de l'Académie, Lara Fabian, dans une apparition surprise.

Témoignages de finissants de plusieurs régions du Québec et sketchs humoristiques étaient entrecoupés de numéros musicaux, dont l'un des plus beaux sur la nouvelle chanson Rien de plus grand signée Étienne Coppée, interprétée dans un parc avec des noms comme Jay du Temple, Lunou Zucchini et Queenie.

Roxane Bruneau et son À ma manière, véritable hymne de ce Bal Mammouth 2021, a ouvert l'émission de belle façon avec Émilie Bierre, Zara Sargsyan et Alice Déry.

Très rythmés, les blocs témoignages étaient tous sympathiques et révélateurs. J'ai quand même été surpris des réponses à la question: préférez-vous l'école à la maison ou en présentiel? Eh non, ce ne sont pas tous les élèves qui s'ennuyaient des bancs d'école.

Entendre les finissants raconter leurs souvenirs du secondaire et constater tout le chemin parcouru avait quelque chose de touchant. «Ne plus se soucier du jugement des autres» résumait bien l'ensemble et on doit s'en réjouir.

Toujours ingrat de juger un contenu dont on n'est pas le public cible. J'ai peut-être moins vibré que l'an dernier, mais il faut dire que nous étions alors dans un autre tout autre état d'esprit, incertains de ce qui nous attendait; le Bal Mammouth avait alors agi comme un baume sur nos déceptions et nos inquiétudes.

Reste que l'initiative aura été l'une des belles qu'aura permises la pandémie. Le Bal Mammouth survivra-t-il au déconfinement et au retour des bals des finissants?

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Pier-Luc Funk arbore la «robe-beigne» en clin d'oeil à Marie-Mai, alors que Sarah-Jeanne porte sa robe de finissante.