Patrick Duquette
Le Droit
Patrick Duquette
Des élus d’Ottawa favorisent la connexion du tramway gatinois à leur réseau par un tunnel sous la rue Sparks.
Des élus d’Ottawa favorisent la connexion du tramway gatinois à leur réseau par un tunnel sous la rue Sparks.

A-t-on besoin d’un tramway?

CHRONIQUE / De mémoire, je n’ai jamais connu une rentrée scolaire aussi peu congestionnée sur nos routes.

Pas de cohue sur les ponts. Moins de trafic sur les grands boulevards et aux abords des écoles…

Ma foi, cette pandémie présente certains avantages!

Alors la question se pose ces jours-ci.

Avec la nouvelle réalité du télétravail, a-t-on encore besoin d’un tramway pour relier l’ouest de Gatineau au centre-ville d’Ottawa?

Réponse: oui.

C’est plate, mais c’est ainsi.

À court terme, pas de doute, le télétravail désengorge nos routes. Il libère des sièges dans les autobus de la Société de transport de l’Outaouais.

Un autobus de la Société de transport de l'Outaouais

Vrai aussi que le télétravail, devenu la norme depuis l’apparition du virus, est là pour rester.

Les travailleurs y ont pris goût. Même si l’abus de rencontres Zoom finit par donner la nausée…

Cela dit, c’est seulement une fraction des travailleurs qui demeurera en télétravail.

D’après ce qu’on entend au gouvernement fédéral, 15 % des fonctionnaires de la région d’Ottawa-Gatineau travailleront de la maison après la pandémie.

Le reste retournera au boulot, comme avant.

Alors oui, en circulant à Gatineau ces jours-ci, on a l’impression que la pandémie a effacé les bouchons de circulation à Aylmer et dans le Plateau.

C’est tentant d’en conclure que la région pourrait se passer du tramway de 2,1 millards proposé par l’administration du maire Pedneaud-Jobin.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Il s’en trouve déjà pour dépenser tout cet argent ailleurs. Dans un nouvel hôpital, de nouveaux CHSLD…

Mais la plate réalité, c’est que les choses reviendront à peu près à la normale quand un vaccin aura terrassé le méchant virus.

Le développement immobilier reprendra sa vitesse de croisière dans l’ouest de Gatineau. Des milliers de fonctionnaires retourneront dans leurs bureaux du centre-ville — ne serait-ce que pour éviter de faire mourir les petits commerces qui dépendent d’eux pour survivre.

Très vite, l’auto solo reprendra ses droits sur les boulevards Taché, du Plateau et des Allumettières, où la congestion atteignait déjà un point critique avant le virus.

À mesure que les choses rentreront dans l’ordre, le projet de tramway dans l’Ouest s’imposera à nouveau comme une stricte nécessité.

Comme je disais: plate de même.

Ceci dit, la pandémie fait gagner du temps à tout le monde.

Et du temps, il en faudra pour planifier l’arrimage du tramway de Gatineau avec le réseau de transport en commun d’Ottawa.

C’est un projet qui s’annonce déjà comme le plus complexe au Canada.

La présidente de la STO, Myriam Nadeau, a résumé l’enjeu: la solution d’un problème gatinois se trouve dans une autre ville, dans une autre province…

La présidente de la STO, Myriam Nadeau

On pourrait se trouver dans une situation surréaliste: Gatineau et le gouvernement du Québec qui paient pour un chantier se déroulant essentiellement en Ontario.

Le conseiller d’Ottawa, Mathieu Fleury, propose d’instaurer une table de gouvernance regroupant des élus de tous les paliers de gouvernement.

C’est à considérer, même si le résultat risque d’être cacophonique.

Déjà, des élus d’Ottawa favorisent la connexion du tramway gatinois à leur réseau par un tunnel sous la rue Sparks.

Une option attrayante, certes, mais qui fera exploser les coûts. Chose certaine, on n’a pas fini d’entendre parler du tramway…