Patrick Duquette
Le Droit
Patrick Duquette
Des milliers de personnes se rassemblent un peu partout au Québec afin de manifester contre le port du masque obligatoire.
Des milliers de personnes se rassemblent un peu partout au Québec afin de manifester contre le port du masque obligatoire.

À la merci d’un complotiste

CHRONIQUE / Ils ont tous attrapé la COVID.

Josianne Roy, son conjoint, ses 2 enfants, ses parents de près de 70 ans…

Le satané virus les a infectés les uns après les autres. La petite famille au grand complet.

La faute à qui?

À un anti-masque, prétend la dame de Ripon.

Josianne est convaincue d’avoir été infectée par un conspirationniste qu’elle côtoyait dans son milieu de travail à Gatineau.

Un collègue qui clamait haut et fort que le virus n’existait pas, que toute cette histoire de pandémie n’est qu’une arnaque savamment orchestrée par les pouvoirs publics…

«Je me suis fait infecter par une personne qui ne croyait pas au virus, en plus d’omettre de se tenir à 2 mètres, de porter un masque et de mettre en place des mesures sanitaires (au travail)», confie-t-elle au bout du fil.

Josianne en a long à dire contre les conspirationnistes de tout acabit. «À tous ceux qui pensent que le virus est un complot, bien laissez-moi vous dire que vous êtes dangereux et dans le champ pas à peu près. Je suis malade, nous sommes malades!», a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

L’ironie suprême?

Le collègue complotiste lui-même a été frappé de plein fouet par le coronavirus. Comme disait le capitaine Bonhomme: «Les sceptiques seront confondus, dus, dus, dus…»

À LIRE AUSSI: Infectée par une personne qui ne croyait pas au coronavirus?

Mais ce n’est même pas une consolation pour Josianne.

Depuis mercredi, elle s’inquiète pour son père âgé à la santé fragile. Il est parti pour l’hôpital en ambulance, mercredi matin.

Obésité, diabète, apnée du sommeil: il souffre de différents maux qui le rendent particulièrement vulnérable à la COVID.

«S’il fallait qu’il meure…» laisse échapper Josianne sans terminer sa phrase.

Oui, s’il fallait qu’il meure? À qui la faute?

Est-ce qu’on pourrait parler de négligence criminelle, s’interroge Josianne, quand l’insouciance des uns met en danger la santé, voire la vie des autres?

Une maudite bonne question.

Mais une question toute théorique puisqu’on ne pourrait prouver hors de tout doute que la mort d’une personne âgée de Ripon est directement attribuable à l’insouciance d’un complotiste de Gatineau.

Quand les anti-masques manifestent quelque part, à Québec, Montréal ou Ottawa, les experts en santé publique s’inquiètent de l’absence de barrières sanitaires lors de ces rassemblements.

Mais c’est difficile d’en mesurer les conséquences concrètes. Parce que les éclosions, s’il y en a eu, apparaissent sur les courbes une ou deux semaines plus tard quand tout le monde a oublié la manifestation…

C’est tout le contraire dans l’histoire de Josianne.

Le lien entre l’absence de barrières sanitaires et l’infection à la COVID de toute une famille voire de tout un milieu de travail est évident, direct, éloquent.

Il nous rappelle que même si la vaste majorité des gens respecte les consignes sanitaires, on demeure tous plus ou moins à la merci d’un complotiste qui se fout des règles.