Mon ami... Mary Poppins

CHRONIQUE / « Maman, il serait temps que tu reviennes. Papa est vraiment gossant. En plus, il a passé la journée avec une de tes robes sur le dos et a insisté pour que je l’appelle Claudine. Il a dit que ça allait être notre petit secret. Reviens pis ça presse. »

Cet « appel à l’aide », je l’ai lu sur Facebook au retour des Fêtes. Il était accompagné d’une photo, celle d’un beau bébé joufflu de sept mois, l’air tristounet, tenant une pancarte sur laquelle on pouvait lire le mot HELP. Le E inversé.

J’ai ri à m’en décrocher la mâchoire.

Le papa de ce petit bonhomme tout neuf fait partie des hommes les plus drôles que je connaisse. Avoir un enfant n’allait pas mettre un frein à son imagination débordante ni à son humour parfois déstabilisant. Au contraire.

Cette mise en scène impliquant son fils n’était d’ailleurs pas sa première. Un jour, il l’a couché sur une tablette du garde- manger pour en faire le « gardien du manger ».

Avec les boîtes contenant — j’imagine — les plus gros cadeaux de Noël de 2018, il a fabriqué quelque chose qui se voulait... une déneigeuse. Seule la tête du petit brille au centre du « bricolage ».

« Maman ! Papa m’a fabriqué une déneigeuse et il m’a dit d’aller enlever la neige dans la cour pendant qu’il est à la taverne avec ses chums ! Il m’a dit de te dire qu’il est aux toilettes si jamais tu appelles... » C’est le mot qui accompagnait le cliché.

Ce que le duo publie fait chaque fois ma journée.

À première vue, en pensant au poupon ainsi exploité contre son gré, on est porté à se dire « pauvre p’tit loup d’amour ». Mais après, on rit aux larmes.

Ses images, bien qu’à plus petite échelle, rappellent celles de Dave Engledow. Depuis que sa fille Alice est au monde, le photographe américain reproduit de façon complètement folle et colorée des scènes de la vie quotidienne à prendre au deuxième degré. C’est hilarant. Il a d’ailleurs publié le livre Confessions of the World’s Best Father qui contient toute une série de photos plus loufoques les unes que les autres. Dans chacune, jamais il n’oublie d’inclure au décor sa tasse de café sur laquelle on peut lire World’s Best Father. C’est savoureux.

Tu es un bon papa. C’est exactement ce que j’ai tenu à écrire à mon ami.

J’aime les papas joueurs. Pas ceux qui dépensent le budget familial au casino. Ceux qui « jousent » pour vrai ! Les papas qui ne se prennent pas au sérieux.

Peut-être est-ce parce que mon père est de ceux-là. Si, du haut de mes deux ans, je voulais monter sur le capot de la voiture, il me faisait monter sur le capot de la voiture. Et, comme le veut une certaine fable œdipienne voulant que notre conjoint soit le reflet de notre père, je suis tombée sur un autre joyeux fou. Lui et notre petite ont creusé une ornière autour de la table à dîner tellement ils y ont joué à la tag.

C’est beau de voir aller les papas avec leurs enfants. Ils font des folies, ce que nous, les mamans, faisons peut-être moins. On est comme ça. À chacun ses forces. L’important, toutefois, est de laisser aller les papas là où, justement, nous les mères allons plus rarement.

Généralement, et sans surprise, le père engagé amène son enfant à se développer plus rapidement au niveau moteur, et prône la découverte et l’exploration de son environnement, rappelle un article sur la ressource web Vie de parents.

Imaginez maintenant l’effet d’un père créatif, bricoleur et un brin désaxé sur l’imaginaire d’un enfant.

Mary Poppins peut aller se rhabiller !

J’ai décidé de vous montrer la publication qui m’a fait le plus rire dans cette joyeuse série. Peut-être est-ce parce qu’elle contient les deux plus belles choses du monde entier à mes yeux, soit les pieds potelés d’un bébé et une paire de souliers, mais elle m’a fait craquer. Complètement. Je pense même avoir pleuré de rire.

« Maman part pour la journée et papa reste seul avec l’enfant. Maman est persuadée que tout ira bien. Maman a une belle naïveté », pouvait-on lire juste au-dessus.

On est le 15 janvier. La fête des Pères est dans six mois. Pile. Cette douce folie père-fils me pousse donc à souhaiter une bonne fête des Pères à tous les papas de mon entourage.

Vous me trouvez décalée ?

Entre vous et moi, on a déjà vu pire.