Pierre Petroni aurait eu l’idée du tournoi à la ronde qui sert de premier tour des séries dans la LHJAAAQ.

Une formule compliquée… et totalement inintéressante

CHRONIQUE / À 24 heures du début des séries éliminatoires dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec, ils sont encore une moyenne gang à ne pas comprendre grand-chose à la formule du premier tour, le fameux tournoi à la ronde impliquant 12 des 13 équipes du circuit.

C’est pas simple, c’est vrai, mais c’est surtout totalement inintéressant comme formule.

Sérieusement, est-ce que quelqu’un s’attend à ce qu’il y ait une quelconque hausse d’intérêt à travers les arénas de la LHJAAAQ au cours des deux prochaines semaines ? Y aura-t-il un spectateur de plus qu’à l’habitude au centre sportif Léonard-Grondin, dimanche, pour voir les Inouk face à la 12e équipe au classement ? En fait, il risque d’y avoir encore moins de monde qu’à la normale !

Avouons-le, la LHJAAAQ est un circuit qui suscite peu ou pas d’intérêt dans les médias nationaux et où les arénas sont vides à peu près partout. Mettons que ce n’est pas ce fameux tournoi à la ronde opposant les meilleures équipes aux pires qui va exciter le public.

Et on ne parlera même pas du nombre de matchs que ça va ajouter à l’équipe qui va remporter la Coupe Napa et qui va ensuite représenter la LHJAAAQ au tournoi de la Coupe Fred-Page. Après avoir disputé 48 rencontres en saison régulière, les champions pourraient facilement, en faisant un calcul rapide, en avoir joué 24 de plus en très peu de temps en séries.

Paraît-il que c’est Pierre Petroni, grand patron du Collège Français de Longueuil, qui a eu l’idée du tournoi à la ronde. Petroni est un grand entraîneur et un homme particulièrement brillant. Mais ça, on va se le dire, c’est pas sa meilleure…

Un traumatisme

À Granby, en plus, les amateurs de hockey ont aussi vécu un véritable traumatisme qui n’est toujours pas guéri, plus de 30 ans plus tard. Quand on parle de tournoi à la ronde en séries, chez nous, ça rappelle de très mauvais souvenirs.

Au printemps de 1987, les Bisons de Pierre Turgeon étaient favoris pour tout gagner après avoir amassé 100 points en saison régulière. Mais la LHJMQ avait instauré un tournoi à la ronde et les joueurs de Réal Paiement avaient été une des quatre équipes éliminées dans ce qui constituait le tout premier tour des séries…

Après toutes ces années, ils sont nombreux à en parler encore à l’aréna.