Michel Tassé
Les joueurs et les joueuses de soccer pourront-ils oui on non pratiquer leur sport préféré cet été ?
Les joueurs et les joueuses de soccer pourront-ils oui on non pratiquer leur sport préféré cet été ?

Le monde du sport n’y comprend plus rien

CHRONIQUE / Je revenais de l’épicerie lorsque j’ai entendu la nouvelle à la radio : le gouvernement Legault demande à ce que tous les événements culturels et sportifs soient annulés jusqu’au 31 août. 

Ouch!

Ça, c’était vers 16h. Mais les heures qui ont suivi ont donné lieu à du solide n’importe quoi. Du genre: les petites ligues de baseball et de soccer, entre autres, sont exemptées. Ou les équipes professionnelles comme les Alouettes, l’Impact et le Canadien ne sont pas touchées non plus, pour autant qu’ils évoluent devant des gradins vides. Et pour finir: les événements réunissant moins de 250 personnes pourraient finalement avoir lieu.

Sur l’heure du souper, à la maison, ça n’arrêtait pas. Il n’y avait pas assez d’appareils pour parler à tout le monde. J’appelais des organisateurs et des athlètes et des entraîneurs m’appelaient et on se posait tous la même question: qu’est-ce que tu comprends de tout ça? Et personne n’avait de réponse.

Le gouvernement Legault doit préciser sa position au cours des prochaines heures ou en début de semaine. C’est à espérer parce que, pour l’heure, on n’y comprend rien!

Bien sûr, tout le monde, absolument tout le monde, est affecté par la crise de la COVID-19. Mais le milieu sportif, on s’entend, en mange une maudite. Il ne se passe plus rien et les lendemains s’annoncent difficiles, sinon très difficiles. En fait, il n’est même pas garanti que toutes les équipes et tous les événements vont survivre à la crise.

Oui, le monde du sport est magané. Les gens s’accrochent au moindre espoir. Mais là, on joue avec eux. Et ils méritent mieux. 

S’il n’y a pas de sport cet été, tous vont comprendre. La santé d’une population, on le répète, doit passer avant la tenue d’un match de baseball ou de football. Mais il faudrait que les choses soient claires. Au fond, c’est tout ce que les sportifs demandent.