Miguel Fortin a rarement eu le même alignement sous la main deux matchs de suite cette saison.

Inquiétants Maroons

Début octobre, j’écrivais que les Maroons étaient partis pour offrir une belle saison à leurs partisans. Ils avaient remporté trois de leurs quatre premiers matchs et ça regardait plutôt bien, merci.

Un peu plus de trois mois plus tard, les Maroons inquiètent. À quelques semaines du début des séries éliminatoires, ils viennent de perdre trois matchs de suite, eux qui jouent à peine pour ,500 (9-8-3). Et ils ont signé deux victoires consécutives qu'une seule fois depuis le mois d’octobre.

Samedi, les Maroons ont perdu un gros match, un match qu’ils étaient condamnés à gagner, d’autant plus qu’il était joué à la maison. En s’inclinant face au Cap-de-la-Madeleine (et même s’ils ont récolté un point), ils sont aujourd’hui menacés de devoir disputer le premier tour éliminatoire, le très dangereux deux de trois qui peut envoyer une équipe en vacances en une petite fin de semaine. Ils ont encore leur sort entre leurs mains, c’est vrai, mais ça ne garantit absolument rien compte tenu de leurs performances en dents de scie.

S’ils l’avaient emporté en fin de semaine, les Maroons auraient mis un pied dans le top 4 du classement de la Ligue de hockey senior AAA du Québec, ce qui leur aurait permis d’espérer avoir l’avantage de la glace au deuxième tour des séries tout en s’assurant pour ainsi dire d’éviter la redoutable première ronde. Là, tout est à refaire avec deux matchs à jouer, deux matchs sur la route en plus.

Remarquez que de jouer à l’aréna Jacques-Chagnon n’est pas gage de succès pour les joueurs de Miguel Fortin quand on sait que l’équipe n’a remporté que cinq de ses 11 matchs à domicile cette saison. Heureusement, leurs partisans sont fidèles, eux qui étaient encore au nombre de 500 samedi dernier malgré le mauvais temps.

Mais au hockey senior, il ne faut jamais prendre les amateurs pour acquis. On imagine que les dirigeants des Maroons le savent.

Pourquoi ?

Mais voilà, comment expliquer les difficultés des Maroons à coller des victoires ? Bien sûr, on dira qu’il existe une parité intéressante au sein de la LHSAAAQ, que n’importe qui peut battre n’importe qui un soir donné. Certains disent même qu’il y a le Bellemare de Louiseville (18-1-1)... et les autres pris dans le même paquet. Mais il y a plus.

Le taux d’absentéisme pour des raisons autres que des blessures a fait mal aux Maroons comme l’expliquait Miguel Fortin la semaine dernière. Un taux d’absentéisme qui a fait en sorte que l’équipe a rarement eu le même alignement deux matchs de suite (en fait, est-ce déjà arrivé ne serait-ce qu’une fois ?), ce qui complique grandement les choses quand vient le temps de créer une quelconque chimie sur la patinoire et dans le vestiaire. Mais c’est bien souvent le lot du hockey senior.

Certains n’ont pas été impressionnés non plus par les transactions effectuées par Miguel Fortin et Daniel Roy, surtout lorsque les joueurs acquis ne se sont pas présentés à Waterloo. Mais les Alexis Guilbault, Jordan Bernier et Patrick Tremblay, clairement, vont aider l’équipe.

On pourrait aussi parler de certains joueurs qui ont eu de la difficulté à maintenir le rythme après un départ très prometteur.

Pour toutes ces raisons — et probablement d’autres —, les Maroons n’ont pas connu les succès qu’on anticipait en début de saison. Mais puisque les résultats en séries font foi de tout dans le sport, ils peuvent encore sauver leur campagne.

Reste qu’ils inquiètent, les Maroons. Et que je ne gagerais pas ma voiture sur eux présentement.