Michel Tassé
C’est la période de réchauffement. On se prépare pour un autre gros match…
C’est la période de réchauffement. On se prépare pour un autre gros match…

Alouettes vs Blue Bombers... dans ma rue

CHRONIQUE / Les matchs ne sont pas couverts par les médias. Pourtant, il y a du football à Granby à tous les jours, ou presque. Dans ma rue, les Alouettes sont en action, plus souvent qu’autrement face aux Blue Bombers de Winnipeg.

Mais voilà, vue la situation actuelle, les formations sont réduites au minimum : d’un côté, Éliott, 10 ans, et Bastien, 6 ans; de l’autre, papa Michel, 52 ans.

Généralement, le match est présenté en début d’après-midi, vers 13h. On vient de dîner, on est en forme et ça me permet de prendre un p’tit break dans ma journée.

Éliott et Bastien jouent pour les Alouettes, leur équipe préférée. Moi, je joue pour les Bombers… parce qu’ils ont décidé que je jouais pour les Bombers. Je pense que c’est parce qu’Éliott aime leurs couleurs, mais je ne suis pas sûr. Parfois, je me transforme en joueur des Tiger-Cats d’Hamilton… parce que j’aime leurs couleurs.

Nos matchs m’ont permis de découvrir que j’étais un bon botteur. En tout cas, le ballon va loin quand je le kick. Ça fait courir les p’tits, c’est bon pour eux. Et je dois l’avouer, ça me fait un p’tit buzz à chaque fois de penser qu’avec un peu d’entraînement, je pourrais peut-être même botter chez les pros!

Mais nos matchs ont aussi permis à mes gars de découvrir plein de choses à mon sujet. Comme… que je suis capable de courir. Au souper, l’autre jour, Bastien a dit : «Moi, j’avais jamais vu papa courir avant. Je pensais que ses jambes étaient trop molles!»

Alors, depuis ce fameux souper, je cours à me défoncer à chaque fois que j’ai le ballon. Ils vont voir que je suis capable de courir! Ce qui a toutefois pour effet de raccourcir nos matchs un peu parce que je suis brûlé le temps de le dire…

Parfois, nos matchs sont interrompus par des passants. Parce que dans mon coin aussi, les gens marchent. On arrête la partie, distanciation sociale oblige, question de laisser toute la place aux marcheux. Et on se fait demander : «Pis, qui est-ce qui gagne?» À chaque fois, même quand c’est moi qui mène, Éliott et Bastien répondent que c’est eux… Mais bon, c’est important de donner confiance à ses enfants, non?

Le dernier match a fini 28-6 pour les Alouettes, donc pour mes gars. J’étais pas dedans, je me faisais arrêter aussitôt que j’avais le ballon. Et Éliott lançait aussi bien le ballon que Vernon Adams et Bastien courait aussi bien que William Stanback. Bref, les Bombers en ont mangé une maudite!

Leur récompense? Une cochonnerie du dépanneur. Leur petite Coupe Grey de confinement. Ils étaient contents. Ça a mis du soleil dans une autre journée où, on l’oublie parfois, on exige aussi beaucoup de nos enfants en leur interdisant de voir leurs amis et en limitant leurs sorties au strict minimum. Non, y’a pas juste pour les parents que c’est difficile présentement.

Mais le confinement apporte de petits moments privilégiés. N’oubliez pas de me le rappeler, lorsque la vie aura repris son cours normal, si vous avez l’impression que ça fait longtemps que vous entendu parler des furieux matchs des Alouettes et des Blue Bombers dans ma rue…