Sports

Combien d’autres Alan Labrosse ?

CHRONIQUE / En quittant le bureau d’Alan Labrosse, samedi soir à l’Autodrome Saint-Eustache­, je me suis posé une question : combien y’aura-t-il d’autres promoteurs de sport motorisé qui, tannés de se battre comme lui, vont finir par baisser les bras ?

Labrosse, qui a vendu son complexe à la Ville de Saint-Eustache, a raconté des choses très intéressantes en fin de semaine. Entre autres celle-ci : « Les moteurs, les courses, le bruit, ce n’est pas dans l’air du temps et la pression se fait de plus en plus forte ».

Si l’air du temps n’est pas favorable aux courses, il n’en reste pas moins que c’était archi plein au NASCAR à Saint-Eustache l’autre soir. Et depuis le mois de juillet, on a plus souvent qu’autrement compté des foules de quelque 4000 spectateurs à l’Autodrome Granby le vendredi. Selon ce qu’on me raconte, l’été a été bon aussi à l’Autodrome Drummond et au RPM Speedway de Saint-Marcel.

Mais même si la popularité du sport motorisé ne se dément pas, il y a plus de pistes de course qui ferment que d’autres qui ouvrent. La tendance est claire.

Personne n’est contre la vertu et, dans un monde parfait, il n’y aurait jamais de bruit, il n’y aurait jamais de poussière et tout serait vert. Mais voilà, ce n’est pas la vraie vie.

À Granby, Dominic Lussier sait que la Ville ne touchera pas à ses droits acquis, mais il se bute à un petit groupe de citoyens qui l’empêche de mettre ses projets de l’avant. À Saint-Marcel, c’est la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) qui met sérieusement en péril l’avenir de son complexe. À Saint-Pie, les gens de Sanair ont eu maille à partir avec la municipalité cet été.

Le lobby de ceux qui en ont contre les courses, ou du moins qui en ont contre le bruit, la poussière (quand on parle de terre battue) et la circulation que ça amène, est puissant. Et les municipalités, parce qu’il est de bon ton de mettre l’environnement en haut de la liste des priorités, ont du mal à trancher et à voir que le sport motorisé fait rouler pour la peine l’économie locale en raison des emplois qu’il génère et du tourisme qu’il attire.

À Granby, ne cherchez pas, il n’y a pas d’événements sportifs qui attirent autant les foules que les courses à l’Autodrome. Pas un. Pas même les Inouk, pas même le Challenger de tennis, pas même le tournoi de hockey bantam. En fait, cherchez les événements, qu’ils soient sportifs, culturels ou autres, qui attirent régulièrement plus de 2000 personnes chez nous. Vous n’en trouverez pas beaucoup.

La saison de course est courte au Québec. Ça commence à la mi-mai et à la mi-septembre, tout est fini. À Granby, on parle d’une soirée par semaine pendant quatre mois… quand il fait beau. Peut-on parler d’exagération ?

À Saint-Eustache, Alan Labrosse était fatigué de se battre. Dans la région, Dominic Lussier, identifié par Labrosse comme un leader qui peut faire la différence en faveur du sport motorisé, semble avoir encore de l’énergie en masse. S’il en aura besoin pour renverser la tendance actuelle, il ne pourra tout faire seul non plus.

Car autrement, il y aura d’autres Alain Labrosse.

Sports

Oui, les Inouk seront encore bons

CHRONIQUE / Ainsi donc, les Inouk entament vendredi soir leur 14e saison dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec. Et comme à chaque mois de septembre à quelques jours du début de la campagne, les partisans se demandent à quoi ils doivent s’attendre de leur équipe préférée.

Depuis que les Inouk ont remporté la Coupe Napa en 2014, j’attends toujours LA mauvaise saison, celle qui démontrera que la troupe granbyenne ne peut échapper éternellement au fameux cycle de la reconstruction. Mais cette saison n’est jamais arrivée, pas même en 2014-2015, alors que les champions en titre avaient perdu de nombreux éléments importants.

Sports

Andrew Ranger est de retour

CHRONIQUE / En remportant l’épreuve de Toronto le week-end dernier, Andrew Ranger a démontré qu’il était sérieux. Qu’il était sérieux… et qu’il était clairement de retour.

Le Granbyen vient de triompher deux fois de suite, une fois sur ovale (Vallée-Jonction) et l’autre fois sur circuit routier. Il a enlevé les honneurs de la moitié des courses depuis le début de la saison en série canadienne de NASCAR et ses performances font en sorte qu’il est premier au championnat, à égalité avec Louis-Philippe Dumoulin.

Sports

Un peu de patience, Adam...

CHRONIQUE / Après avoir fumé le calumet de paix, Adam Dyczka (ou du moins son clan) et Stéphane Patry sont repartis en guerre.

Pour tout vous dire, je voyais venir le nouveau conflit depuis un bout. Depuis que j’avais appris, en fait, que le monde de la boxe s’intéressait sérieusement au Granbyen, soit avant son combat l’opposant à Icho Larenas au Centre Vidéotron de Québec, au début mai.

Sports

Inouk : la dure et plate réalité

Franchement, les derniers jours n’ont pas été faciles.

Depuis mercredi soir, vous avez été nombreux à m’écrire afin de me remettre sur le nez ma chronique d’il y a quelques semaines alors que j’affirmais que les Inouk allaient au minimum atteindre la finale de la Ligue de hockey junior AAA. En fait, les courriels et les messages sur Facebook ont commencé il y a une semaine après que les Granbyens aient perdu leur troisième match face au Collège Français. Les messages sont parfois gentils et parfois beaucoup moins.

Sports

Y’a de ces soirées spéciales...

Je ne me souviens pas au juste du premier match des Expos auquel j’ai assisté avec mon père. Comme il y a eu plusieurs de ces soirées au baseball avec papa, j’ai un tas de souvenirs, mais pas précisément de la première fois.

Mardi soir, j’ai amené Éliott, mon fils de huit ans, au match opposant les Blue Jays aux Cards de St. Louis au Stade olympique. Avant, on avait vu ensemble des rencontres de baseball professionnel à Burlington et à Portland et il m’a bien sûr accompagné plusieurs fois aux Guerriers, notre équipe junior à Granby. Mais à un match des ligues majeures, c’était la première, première fois.

Sports

Inouk: une défaite... et un mal pour un bien

Je n’étais pas au match des Inouk à Longueuil mardi soir. Mais si je me fie au texte de mon collègue Jonathan Gagnon et aux propos de l’entraîneur Patrice Bosch, les Granbyens n’ont pas joué du gros hockey lors du premier affrontement de leur série demi-finale face au Collège Français.

À mon avis, cette défaite a absolument tout d’un mal pour un bien. Le capitaine Gabriel Chicoine a eu beau dire le contraire avant le début de la série, je suis convaincu que les joueurs des Inouk, après avoir battu le Collège Français cinq fois sur six en saison régulière, étaient un peu trop confiants. Depuis mardi soir, ils ne le sont plus. Quand je vous parle d’un mal pour un bien...

Sports

Eugenie et Vasek de retour à Granby?

CHRONIQUE / Les creux de vague font partie de la carrière des joueurs des tennis. Même les plus grands n’y échappent pas.

En 2012, Eugenie Bouchard et Vasek Pospisil ont remporté le Challenger Banque Nationale de Granby, ce qui a constitué un point tournant dans leur carrière. Granby leur a donné confiance et ils ont ensuite accumulé les belles performances partout dans le monde.

Sports

Les Inouk en finale... minimum

C’est dimanche après-midi que les Inouk amorceront leurs séries éliminatoires. À moins d’une catastrophe, il s’agira du premier d’une longue série des matchs présentés au centre sportif Léonard-Grondin d’ici la fin du mois d’avril.

Car les Inouk ont ce qu’il faut pour jouer longtemps ce printemps. Je le dis et je répète : l’édition 2017-2018 est celle qui m’inspire le plus depuis celle qui a remporté la coupe Napa, en 2014.

Sports

Maroons: saison toute croche, fin toute croche

Au hockey, lorsque vous jouez votre dernier match avant la fin du mois de février, il n’y a qu’une conclusion à laquelle vous devez en arriver : vous avez connu une mauvaise saison.

Les Maroons, on va se le dire, ont connu une mauvaise saison. Après un départ pourtant prometteur (fiche de trois victoires et une défaite après deux week-ends), l’équipe n’a réussi à coller deux gains qu’une seule fois du début octobre jusqu’à son élimination face au Condor de Saint-Cyrille. C’est ordinaire.