Chronique

Zombies municipaux

Il est vraiment étonnant d’entendre l’Union des municipalités du Québec (UMQ) réclamer l’intervention du gouvernement québécois pour s’attaquer au myriophylle à épi, cette espèce aquatique envahissante appelée « plante zombie » qui détériore la qualité de plusieurs lacs au Québec. Étonnant, parce que rares sont les municipalités qui se soucient vraiment de la santé de leurs plans d’eau…

On critique à raison les gouvernements fédéral et provincial pour le peu de ressources financières accordées à leur ministère de l’Environnement. Aussi, les premiers ministres y nomment presque toujours des ministres juniors ou sans envergure. C’est un bon indice que la protection de l’environnement ne figure pas dans les priorités étatiques.

Opinions

Délinquance et recyclage

CHRONIQUE / On assiste à une grave crise dans l’industrie du recyclage du papier au Québec. Sans solution rapide et durable, elle risque de nous ramener 30 ans en arrière, au moment où les premières collectes sélectives ont été mises sur pied dans des municipalités québécoises, et de décourager les gens à poursuivre leurs efforts de recyclage.

L’accumulation de ballots de papier dans des cours des centres de tri, comme celles de Montréal et de Récupération 2000 à Cowansville, pourrait se conclure par leur enfouissement si aucun débouché n’est trouvé. Plusieurs doutent déjà que les matières déposées dans les bacs bleus soient bel et bien recyclées. Acheminer du papier dans un dépotoir donnerait de la crédibilité à leurs soupçons. La confiance des citoyens envers les municipalités et les entreprises de recyclage serait lourdement et possiblement altérée à jamais.

Opinions

La déchéance d’une étoile

CHRONIQUE / On assiste depuis 18 mois à la triste fin d’une carrière politique, celle du député de Brome-Missisquoi Pierre Paradis. Une grande carrière, en fait. Parce que l’homme, au fil de ses 37 années passées à l’Assemblée nationale, a été un excellent député ainsi qu’un brillant et habile ministre. Il connaissait ses dossiers, savait comment les faire cheminer dans la machine étatique, excellait en communication et était doté d’un incroyable flair.

Toute la famille libérale, exception notable de Jean Charest et de Daniel Johnson, vénérait Pierre Paradis. Il était une étoile dans leur constellation politique. Sa déchéance est d’autant plus dramatique.

Opinions

Saveur immigrante

CHRONIQUE \ On sait que l’immigration occupera une place importante dans la campagne électorale qui s’amorce au Québec. Libéraux, caquistes, péquistes et solidaires formulent depuis quelques semaines des propositions pour améliorer l’accueil et l’intégration sociale et économique de nos nouveaux compatriotes. Certaines propositions ont du mérite. Comme celle du Parti québécois d’encourager des immigrants à s’installer en région.

C’est ce que Joanne Ouellette prône depuis des années. Les régions, soutient la directrice générale de Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SÉRY), doivent être incluses dans la stratégie québécoise d’immigration. D’autant plus, fait-elle valoir, que de bons emplois sont disponibles dans plusieurs régions du Québec. L’accès à l’emploi, soutient-elle, est l’un des principaux facteurs de réussite pour l’intégration des nouveaux arrivants.

Opinions

À qui appartient Desjardins ?

Les membres des caisses Desjardins sont-ils les propriétaires de celles-ci ? Quand on pose la question aux administrateurs de ces établissements, ils nous assurent que c’est le cas. Mais des doutes subsistent.

Sur le site internet du Mouvement Desjardins, on peut lire ceci (j’ai surligné en gras les passages clés) :

Chronique

Choisir sa loyauté

CHRONIQUE \ La liberté de parole est fragile. Celle d’association tout autant. Qu’une commissaire scolaire fasse l’objet d’une plainte en déontologie parce qu’elle a partagé sur Facebook un reportage paru dans La Presse + exposant les idées de la Coalition avenir Québec sur l’avenir des commissions scolaires vient nous rappeler toute la fragilité de notre démocratie.

Marie-Josée Cornay, qui est commissaire-parent à la commission scolaire du Val-des-Cerfs, devrait pouvoir exprimer publiquement ses idées politiques sans crainte qu’on cherche à la faire taire.

Actualités

La taxe SQ

CHRONIQUE / Dure semaine pour les contribuables granbyens. Plusieurs se sont pointés à l’hôtel de ville lundi pour dénoncer les hausses de salaire de 17,5 % et de 15 % que se sont respectivement accordés les conseillers municipaux et le maire. Ils ont appris le soir même que le gouvernement du Québec n’aidait pas la Ville à payer ses services policiers alors que d’autres municipalités obtenaient de gros coups de main financiers pour s’offrir les services de la Sûreté du Québec.

Comble d’iniquité, les Granbyens, et tous les contribuables dont les villes possèdent leur propre sûreté municipale, paient en plus les coûts de la SQ par l’entremise des impôts qu’ils envoient chaque année au gouvernement provincial.

Opinions

Journaux et démocratie

Cette chronique, je l’avoue d’emblée, me plonge dans un immense conflit d’intérêts. Elle porte sur ma profession que j’ai l’honneur et la chance d’exercer depuis 26 ans. Ça fait que je ne devrais même pas l’écrire. Mais l’enjeu de fond est trop important pour que je passe mon tour : l’avenir de la presse écrite et son rôle dans la démocratie.

Les médias sont le quatrième pouvoir, dit-on. Ils sont là pour exercer une forme de contre-pouvoir au monde politique. De tous les médias, la presse écrite, et ça va sonner un peu présomptueux, est en première ligne de cette mission de surveillance de nos politiques et de nos institutions. Certes, la télévision et la radio contribuent également à informer les gens. Ce sont néanmoins les médias écrits qui, la plupart du temps, mènent la charge. C’est particulièrement vrai en région. Les médias électroniques suivent en reprenant tous les jours à leur compte les reportages parus dans la presse écrite. Leur travail et leur présence n’en demeurent pas moins cruciaux.

Opinions

Hausses justifiées, primes à éliminer

Il n’y a rien de scandaleux dans la décision des élus municipaux de Granby d’augmenter leur salaire. Ils ne commettent pas un hold-up au grand jour, comme semblent le croire bien des citoyens. Les conseillers méritent de voir leurs émoluments être majorés de 17,5 % tout comme le maire mérite que le sien soit haussé de 15 %. Que tout ça suscite de la frustration chez des gens ne peut servir d’argument pour dénoncer le tout.

On l’a déjà écrit ici et on le réitère : les élus municipaux sont sous-payés quand on considère toutes les responsabilités qui leur incombent. C’est particulièrement vrai dans les petites municipalités. Le problème est que le barème des salaires des élus contenu dans la Loi sur le traitement des élus municipaux est une insulte aux milliers de femmes et d’hommes qui occupent des postes électifs.

Opinions

Frapper son Waterloo

C’est toute une victoire que les citoyens de Waterloo ont remportée vendredi en sauvant le CHSLD Horace-Boivin. En lieu et place d’une fermeture de l’établissement et du transfert de ses résidants dans un CHSLD à Granby, l’endroit sera plutôt rénové au coût de 4,8 millions de dollars.

Certes, le nombre de places diminuera de 43 à 22. On est loin, cela dit, d’un gain en demi-teinte. La solidarité des citoyens fait que toute la communauté sort soudée de cette affaire. Ils en auront besoin pour continuer à défendre leurs droits à des services de santé de proximité.