«Quand on fait de la discipline positive, l’éducation des enfants devient une tâche beaucoup moins lourde parce qu’on voit une économie de temps et d’énergie», affirme la conférencière et directrice adjointe de la Maison des familles Granby et région, Claudine Leroux.

La discipline, c’est positif

CHRONIQUE/ Pour la grande majorité d’entre nous, «discipline» et «positive» ne vont pas de pair. C’est pourtant du contraire que Claudine Leroux tentera de persuader les parents qui assisteront à sa conférence, le 24 avril prochain, à la Maison des familles de Granby et région.

«Quand on fait de la discipline positive, l’éducation des enfants devient une tâche beaucoup moins lourde parce qu’on voit une économie de temps et d’énergie», affirme-t-elle. Tentant, n’est-ce pas?


« Faire de la discipline, c’est encadrer. Et qu’est-ce qu’on met dans nos cadres accrochés sur les murs à la maison? De belles choses, des souvenirs qu’on veut mettre en valeur. »
Claudine Leroux

La directrice adjointe de la Maison des familles explique que le principe de la discipline positive part d’une façon de faire bienveillante et respectueuse. «Il faut se demander pourquoi on fait de la discipline. Trop souvent, le mot est perçu négativement parce qu’on l’associe à «non», à «punition», alors qu’à l’origine, il ramène plutôt à l’éducation. Faire de la discipline, c’est encadrer. Et qu’est-ce qu’on met dans nos cadres accrochés sur les murs à la maison? De belles choses, des souvenirs qu’on veut mettre en valeur. C’est la même chose avec nos enfants. Parce qu’on les aime, il y a moyen de les encadrer de belle façon.»

Pour ce faire, il existe plusieurs trucs, tous basés sur la règle des «5 C». Il faut que les consignes soient CLAIRES et adaptées à l’âge de l’enfant, que les parents soient CONSTANTS dans leurs demandes, COHÉRENTS et CONSÉQUENTS, et qu’il existe un CONSENSUS entre eux, énumère la conférencière.

Petits trucs concrets
Concrètement, elle suggère entre autres d’éliminer les «si», qui fait sonner une consigne comme une menace, voire du chantage, et de le remplacer par «quand». Par exemple, de dire «quand tu auras terminé de ranger tes jouets, on fera une activité ensemble» plutôt que «si tu termines de ranger tes jouets, on va faire une activité ensemble.»

Mettre l’accent sur le comportement attendu de l’enfant plutôt que sur ce qu’on ne veut pas qu’il fasse est également un très bon moyen d’arriver à nos fins, poursuit-elle. «Plutôt que ‘Cours pas!’, on dira ‘Marche!’ Le résultat attendu est le même, mais le message est moins prohibitif», relève-t-elle.

Mme Leroux incite également à ne plus utiliser de punitions, de les remplacer plutôt par des «conséquences logiques» à ses actes. «Le but est de ne pas dévaloriser la personne et de l’aider à comprendre ce qui est attendu d’elle dans l’optique de la faire grandir. Il faut toujours garder en tête ce qu’on veut que l’enfant devienne. Avec les punitions, malheureusement, il apprend surtout à développer des stratégies pour ne plus se faire ‘pogner’...»

21 jours pour changer
Trop beau pour être vrai tout ça? Peut-être, reconnaît la conférencière. «C’est sûr que ça a l’air facile quand j’en parle comme ça, mais ça demande beaucoup de travail au début. On dit que ça prend 21 jours pour changer de comportement. Et il faut se donner le droit à l’erreur. Mais petit à petit, cette façon de faire devient une façon d’être, et on remarque de moins en moins de conflits au sein de la famille.»

Mme Leroux se défend bien de vouloir dicter aux parents quoi faire et comment le faire; elle souhaite plutôt leur donner différents outils qu’ils peuvent ou non utiliser. «Chaque famille est unique et ce qui marche pour l’une ne fonctionnera pas nécessairement pour l’autre. Et puis, chaque parent est expert de son enfant. C’est lui qui le connaît mieux que quiconque. Il suffit de regarder tous ensemble pourquoi un problème est arrivé et d’explorer comment faire pour arriver à une solution pour ne plus qu’il se reproduise.»

Intéressés à en savoir plus? Il reste encore quelques billets pour assister à la conférence — gratuite — de Claudine Leroux sur la discipline positive. Vous pouvez la contacter au c.leroux@mfgr.org.

À vous de jouer!


Chaque semaine notre journaliste aborde des enjeux qui touchent la vie de famille.  Santé, éducation, loisirs, gestion du temps, tout ce qui préoccupe les familles y sera abordé. Vous avez des questions qui demeurent sans réponse, des trucs à partager ou des suggestions de sujets ?


Écrivez-lui au marie-eve.lambert@lavoixdelest.ca