Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Des tics et un pianiste

Isabelle Légaré

Des tics et un pianiste

CHRONIQUE / Assis au piano, Jean-Michel Blais est nulle part ailleurs qu’à l’intérieur de lui-même. Les yeux concentrés sur une partition ou fermés pour laisser libre cours à l’improvisation, il est ici et maintenant. Pendant que ses mains dansent sur les touches du clavier, c’est tout son être qui se livre à une sorte de méditation. Les tics s’arrêtent. Gilles de la Tourette s’éclipse.

D’emblée, Jean-Michel Blais insiste pour me dire qu’il ne veut surtout pas passer «pour quelqu’un qui ne l’a pas eu facile dans la vie»...

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Centenaire entre deux vagues

Isabelle Légaré

Centenaire entre deux vagues

CHRONIQUE / La pandémie n’a pas le sens de la fête. Quelle rabat-joie! Lorsqu’on a 100 ans, une vague de COVID-19 peut également entraîner un vague à l’âme. Ce n’est pas un virus, mais c’est tout aussi sournois. À en perdre le goût de souffler des bougies.

Yolande Lemay a eu 100 ans le 13 avril dernier, au plus fort du confinement. Sa famille avait prévu se réunir pour souligner l’événement. Elle a dû se raviser pour les raisons qu’on connaît. À la résidence, sans grande surprise, il n’y a pas eu de célébration non plus. Un gâteau d’anniversaire a été livré à la nouvelle centenaire, mais derrière sa porte close.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
De nouveau réunis

Isabelle Légaré

De nouveau réunis

CHRONIQUE / Loin des yeux, loin du cœur? Pas toujours. Séparés par la pandémie et la frontière canado-américaine, Steven Ross et Jessica Taleff sont de nouveau réunis... et en quarantaine. Un mal pour un bien. Ils ont du temps à rattraper.

Steven, 34 ans, est originaire de La Tuque. Jessica, 28 ans, a grandi près de la ville d’Oaks, en Pennsylvanie. Ils sont en couple depuis novembre 2018, mais travaillent ensemble depuis 2017.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Les deux maisons d’Aline

Isabelle Légaré

Les deux maisons d’Aline

CHRONIQUE / L’une est aux abords du magnifique lac des Piles. L’autre offre un panorama sur la majestueuse rivière Saint-Maurice, surtout à l’automne, lorsque se dénudent enfin les arbres entourant la demeure.

Aline Chrétien a rendu son dernier soupir dans la première, un havre de tranquillité où il fait bon vivre, en toute saison.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Le don de Dominique à Hélène

Isabelle Légaré

Le don de Dominique à Hélène

CHRONIQUE / Le groupe sanguin de Dominique Boucher est B+, celui d’Hélène Fournier, A+. Ce n’est pas parce que les deux femmes sont incompatibles qu’elles ne peuvent pas être des amies, des vraies qui n’hésitent pas à poser un geste qui vient du cœur. Donner un rein par exemple.

C’est ce que s’apprête à faire Dominique. Dans plus ou moins une semaine, elle fera don d’un de ses reins à un pur inconnu afin qu’Hélène puisse à son tour recevoir un rein d’un parfait étranger.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Le combat inachevé

Isabelle Légaré

Le combat inachevé

CHRONIQUE / Élianne Picard est à bout de souffle. Chaque phrase lui demande un effort, lui gruge de l’énergie. La préposée aux bénéficiaires a failli mourir au combat. La COVID-19 s’est emparée de ses poumons.

Cela fait plus de cinq mois que la femme de 55 ans a dû être plongée dans un coma artificiel au terme duquel elle s’est réveillée la vie sauve, mais la santé hypothéquée. Physiquement et psychologiquement. Tout a changé et certainement pas pour le mieux.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Le bon docteur

Isabelle Légaré

Le bon docteur

CHRONIQUE / Un jeune homme entre dans la petite pièce faisant office de cabinet de médecin. Une jambe dans le plâtre, il se déplace à l’aide de béquilles. Une fracture du talon en s’amusant à sauter dans des marches en béton...

«Le reste, la santé mentale, ça va? L’anxiété, pas si pire?»

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Chantal et ses «p’tits Simard»

Isabelle Légaré

Chantal et ses «p’tits Simard»

CHRONIQUE / «Ça valait la peine que tu te déplaces hein?»

Chantal Mandeville éclate de rire en voyant ma tête. Je ne sais plus où regarder. Je serais malvenue de parler pour René et Nathalie, mais j’ose penser que si les «p’tits Simard» entrent ici un jour, eux aussi auront la mâchoire décrochée à la vue de tous ces objets à leur effigie.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Dans la bulle de Marie

Isabelle Légaré

Dans la bulle de Marie

CHRONIQUE / N’entre pas qui veut dans la chambre de Marie. Pas même sa mère. Lorsque la femme de 38 ans regarde de biais par la fenêtre, elle réussit à apercevoir des amies venues lui faire des bye-bye du stationnement de l’hôpital, mais impossible pour celles-ci de monter à l’étage. Au mieux, ses chums de filles lui font livrer des sacs de jujubes, des magazines ou son matelas de yoga. Tout est désinfecté avant de lui être remis en mains propres. Marie comprend. On ne niaise pas avec ce qui rôde dehors.

Elle a demandé à ne pas être identifiée pour des raisons qui lui appartiennent. De toute façon, ce n’est pas le but de cette chronique de savoir de qui il s’agit exactement. Marie a accepté que je franchisse la porte de la petite pièce qui lui sert de refuge afin que je puisse mettre un visage sur ceux et celles qui sont isolés entre quatre murs.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
La foire aux malheurs

Isabelle Légaré

La foire aux malheurs

CHRONIQUE / Un malheur ne vient jamais seul, dit le proverbe que Samuel Guimont voudrait bien faire mentir. Mais voilà, ce n’est pas aussi simple que ça en a l’air. Pour dire les choses franchement, je suis tentée de lui donner raison lorsqu’il avance l’hypothèse voulant que cette maison n’était peut-être pas faite pour lui finalement.

Il l’a achetée en juillet 2013. Samuel n’avait que 23 ans. Il en a 30 aujourd’hui. Mécanicien industriel à l’usine WestRock de La Tuque, celui qu’on surnomme Sam était plutôt fier de devenir l’heureux propriétaire de cette demeure à deux étages du secteur de La Bostonnais.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Quand les fraises changent une vie

Isabelle Légaré

Quand les fraises changent une vie

CHRONIQUE / Conseil du jour aux adolescents et à leurs parents. Ne jamais minimiser l’impact du premier emploi d’été. Il arrive que des fraises changent une vie, offertes en casseau ou en gelato. En voici pour preuve la recette infaillible de David Vaudrin et de Victoria Alice Ramirez.

Commençons avec David, 35 ans, puisqu’il est à la genèse de cette histoire où Victoria Alice, 24 ans, entre toutefois rapidement en scène.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Qui perd gagne

Isabelle Légaré

Qui perd gagne

CHRONIQUE / Si, pour certains, le confinement a été synonyme de sédentarité et de kilos en trop, Marc H. Plante a quant à lui perdu du poids et gagné un état de bien-être dont il n’entend plus se priver. Conversation sur le pouvoir libérateur de la marche.

On ne réagit pas tous de la même façon à cette pandémie qui nous est tombée dessus le printemps dernier. En ce qui concerne l’ancien député de Maskinongé, elle aura eu au moins ceci de salutaire. Plutôt que de rester chez lui à taper du pied en attendant que ça passe, il a enfilé ses vieilles espadrilles et est sorti arpenter sa ville.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Et vous, le moral?

Isabelle Légaré

Et vous, le moral?

CHRONIQUE / Cinq mois plus tard, la question se pose. Comment ça va?

Ce n’est pas tout de se laver régulièrement les mains, de maintenir une distance de deux mètres avec les autres et de porter le masque dans les endroits publics. Il faudrait idéalement garder le sourire là-dessous.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Tombée du ciel

Isabelle Légaré

Tombée du ciel

CHRONIQUE / Chuter dans le vide. Qui ne s’est pas déjà réveillé en sursaut, soulagé de constater que ce n’était qu’un mauvais rêve? Lylianne Loyer est réellement tombée du ciel avant de s’écraser sur le sol.

Le cauchemar de tout parachutiste, la voilure qui s’ouvre mal. Pire encore, le parachute de secours qui refuse également de se déployer.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Survivre à Alexandre

Isabelle Légaré

Survivre à Alexandre

CHRONIQUE / Il s’est écoulé vingt ans. Pour Sylvie Girard, c’était hier. Le temps est suspendu depuis que son fils a été enlevé, agressé sexuellement, martyrisé et assassiné.

Le soir, il lui arrive de s’endormir sur le divan du salon, devant le téléviseur allumé. L’appareil meuble le silence, la noirceur et sa pensée.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Sous la cendre, une mosaïque du bonheur

Isabelle Légaré

Sous la cendre, une mosaïque du bonheur

CHRONIQUE / La maison du bonheur renaîtra. Nancy Moffatt s’en fait la promesse. Cette phrase a même été écrite du bout de son doigt, sur un miroir recouvert de suie.

L’objet trônait dans une salle de bain qui n’existera plus dans quelques jours. Nancy l’a appuyé contre un arbre, devant sa demeure sérieusement endommagée par un incendie survenu le 23 juin dernier, en mi-journée, à Trois-Rivières.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
L’été sans étincelles

Isabelle Légaré

L’été sans étincelles

CHRONIQUE / À force de tourner en rond dans son appartement, Louis Morin a décidé de repeindre le salon. Pendant qu’il s’applique à donner des coups de pinceau, le hamster dans sa tête pense, calcule et angoisse un peu moins. Il essaie en tout cas.

«Je fais du ménage pour m’occuper l’esprit.»

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
La confiance volée

Isabelle Légaré

La confiance volée

CHRONIQUE / Bertrand Pruneau, 84 ans, s’est fait voler sa marchette. Dommage pour lui, direz-vous, mais ce n’est quand même pas une voiture. Il n’y a pas de quoi en faire un drame, encore moins une histoire. Un déambulateur, c’est facile à remplacer, par un flambant neuf ou un modèle usagé.

Sans doute, mais ce n’est pas de cela qu’il sera question ici.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
La couleur de Tammara

Isabelle Légaré

La couleur de Tammara

CHRONIQUE / Tammara Thibeault n’est ni tout à fait noire, ni tout à fait blanche. Sa couleur est la combinaison parfaite de sa mère et de son père. Une teinte lumineuse.

«Je suis le produit de quelque chose de beau. UNITÉ ET AMOUR.»

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Un maire et son père

Isabelle Légaré

Un maire et son père

CHRONIQUE / Ce dimanche comme à chaque fête des Pères, Jean-Guy Dubois ira voir le sien, Paul de son prénom. Il lui apportera une gerbe de fleurs qu’il déposera sur sa pierre tombale, au cimetière.

Le maire de Bécancour est surpris que je lui propose une entrevue dans le cadre de cette chronique, lui qui a davantage l’habitude de me suggérer des noms de concitoyens qui auraient peut-être, m’écrit-il, une «bonne histoire» à raconter. Mais lui?

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Son amour d’un métier contagieux

Isabelle Légaré

Son amour d’un métier contagieux

CHRONIQUE / C’était le 19 mai dernier, à 11h10. Marie-Josée Frappier était en train de faire manger un résident lorsqu’une collègue l’a avisée qu’elle était demandée au téléphone. Spontanément, la préposée aux bénéficiaires a pensé à l’une de ses filles en fin de grossesse. Avait-elle déjà accouché?

«Pour qu’on m’appelle à la job, il faut que ce soit une urgence. J’ai mon cellulaire sinon. On peut me texter.»

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Revenir sur ses pas

Isabelle Légaré

Revenir sur ses pas

CHRONIQUE / Marlène Tremblay n’avait plus d’énergie. Une promenade de quinze minutes dans les rues de son quartier lui demandait énormément d’efforts. Son moral n’en menait pas large non plus. Le cancer du sein était de retour, onze ans après qu’elle ait été éprouvée une première fois. Puis elle a entendu parler d’un défi qui consiste, justement, à mettre un pied devant l’autre.

C’est de cela qu’elle souhaite m’entretenir. De la marche. D’abord et avant tout.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Le message de Danalove

Isabelle Légaré

Le message de Danalove

CHRONIQUE / «Rembarque dans ton char pis décâlisse à Montréal! On n’en veut pas d’immigrants pis du câlisse de Covid icitte!»

Ça heurte, j’avoue. J’aurais pu me limiter à écrire la première lettre du juron suivi de points de suspension. Vous auriez compris le sens du propos, j’en conviens, mais ce sont textuellement les paroles qui ont été balancées au visage de Danalove Vincent, 20 ans.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Les mains dedans

Isabelle Légaré

Les mains dedans

CHRONIQUE / Il est 7h30 que résonne déjà le cellulaire de Lucie Duval. C’est l’hôpital où Claude, 60 ans, a été admis la veille, en fin de journée. Depuis plus d’une semaine, l’homme avait le ventre gonflé, des douleurs abdominales et la diarrhée. À répétition et incontrôlable.

«Il s’est mis les mains dedans...», laisse tomber Lucie qui détaille: «J’en ai trouvée dans son lit. Il en avait même dans les cheveux.»

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Le don d’Émilien, 222 fois

Isabelle Légaré

Le don d’Émilien, 222 fois

CHRONIQUE / Émilien Paillé attend le signal. Il est prêt. L’homme de 86 ans est impatient de reprendre sa routine là où elle a été abruptement interrompue après 222 dons de sang, de plaquettes et de plasma. Si c’était juste de lui, il n’aurait jamais cessé de tendre les bras.

«Je suis barré à cause de mon âge.»

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
La goutte de trop

Isabelle Légaré

La goutte de trop

CHRONIQUE / Marie-France Lemay a beau être une femme vaillante et positive, qui ne se laisse pas aller facilement au découragement, ce vol dont elle a été victime en début de semaine, c’est la goutte de trop.

«Je ne peux pas croire que c’est arrivé!»

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Jusqu’à son dernier souffle

Isabelle Légaré

Jusqu’à son dernier souffle

Gilles Bourassa ne voulait pas mourir seul. En l’absence de ses proches, une main rassurante s’est glissée dans la sienne pendant qu’une voix familière et apaisante lui parlait à l’oreille, jusqu’à son dernier souffle. Chronique d’une mort annoncée, triste et belle à la fois.

Gilles Bourassa est décédé le 9 mai dernier. Depuis le dimanche de Pâques, l’homme de 82 ans se savait atteint de la COVID-19, un diagnostic suivi, quelques jours plus tard, d’un deuxième verdict, aussi impitoyable que le premier.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Une donneuse, une porteuse et une maman comblée

Isabelle Légaré

Une donneuse, une porteuse et une maman comblée

CHRONIQUE / Il ne faut jamais cesser de croire en son rêve, même lorsque le chemin emprunté se révèle long et pénible, à la limite de l’infranchissable. Vanessa Gagné et Simon Aubin-Fortin se sont accrochés à leur désir de fonder une famille et la suite leur donne raison. Voici Rose et Clara ou le récit de leur naissance rendue possible grâce à deux fées. Une donneuse d’ovules et une mère porteuse.

Un beau hasard, l’autre jour, dans mon quartier. Le chien et moi marchions tranquillement sans but précis lorsque nous nous sommes fait dépasser par un couple en patins à roues alignées et aux commandes d’une poussette sportive. Double.

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
Le souvenir réconfortant d’une mère

Isabelle Légaré

Le souvenir réconfortant d’une mère

CHRONIQUE / Pour la fête des Mères de l’an dernier, plusieurs membres de la famille d’Yvette Boisvert s’étaient réunis dans une salle du centre hébergement où la femme résidait depuis deux ans et demi. Enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants avaient mangé du gâteau en compagnie de celle que tout le monde appelait «maman d’amour».

Ce dimanche, Josée Giguère retournera à ce CHSLD, mais n’y entrera pas. Elle se rendra plutôt dans le jardin situé à l’arrière de l’établissement. S’y trouve une statue de la Vierge devant laquelle la fille d’Yvette ira se recueillir à défaut de pouvoir le faire au cimetière.