Mauvaise conduite

CHRONIQUE / Le matin, je suis souvent l’une des premières à me pointer au bureau. Chaque fois, et c’est comme ça depuis des années, je me stationne au même endroit : dans la première case des espaces qui se trouvent au centre du stationnement. (Dans une salle de cours aussi j’avais cette tendance à toujours m’asseoir à la même place. Au spinning, je prenais toujours le même vélo, etc. La psychologie de l’espace propose sans doute une explication à ce drôle de phénomène...)

Bref, un jour, un collègue s’est pointé à mon bureau pour me dire que j’avais garé mon véhicule « un peu trop collé » sur la ligne jaune côté conducteur.

« Eh la la ! Entre toé pis moé, il doit y avoir des choses pires que ça dans’vie, non ? », que je lui ai lancé dans l’espoir qu’il comprenne clairement que je n’allais pas déplacer mon auto d’un iota.

Non, mais elle vient d’où cette obsession du stationnement parfait ?

La ligne, je ne la chevauchais pas, je la frôlais. Nuance !

Bien sûr, cette anecdote m’a rappelé que j’avais eu besoin d’un deuxième examen pratique pour obtenir mon permis de conduire. La première fois, en me stationnant de reculons, j’avais justement « frôlé » une des deux voitures entre lesquelles j’essayais de me glisser...

Vingt-six ans se sont écoulés depuis l’obtention de mon permis. Avec le temps, mes parallèles et mes stationnements à 90 degrés de reculons sont devenus im-pec-ca-bles. Bon. Je n’ose toujours pas entrer dans ma cour de reculons avec notre deuxième véhicule, un fourgon d’une quinzaine de pieds, mais c’est pour une question de « respect ». Ce camion, c’est l’outil de travail de mon chum. Pas vrai que je vais écoper d’une facture du paintshop pour l’avoir égratigné sur toute sa longueur sur la belle clôture Frost qui nous sépare de notre voisin !

Que voulez-vous, l’art de se stationner, certains le maîtrisent mieux que d’autres.

Une Américaine qui, justement, avait très mal calculé son affaire en se garant entre deux lignes dans un supermarché, a fait réagir les internautes l’été dernier. Une fois revenue à sa voiture, elle a découvert une note accrochée à son pare-brise. Autour du dessin d’une tortue à colorier, il était écrit : « Beaucoup d’enfants de trois ans ont du mal à rester à l’intérieur des lignes. Peut-être que si vous vous entraînez avec cette tortue, cela améliorera votre façon de vous garer. »

En espérant en trouver l’auteur, la jeune femme a publié une photo du message sur Twitter en demandant « Qui a laissé ça sur ma voiture, je veux juste discuter. »

Sa petite bévue est vite devenue virale. Son tweet cumule aujourd’hui plus de 62 000 likes et plus de 22 000 partages.

Pourquoi toutes ces histoires de stationnement cette semaine ?

À cause d’une petite carte retrouvée récemment dans ma voiture.

Souvent, mon père emprunte mon auto, qui permet plus d’espace, pour son travail. La carte, c’est clair qu’elle s’adressait à lui : plus cowboy et moins respectueux des règles de sécurité routière que moi.

Bonjour, il se donne des cours dans l’art de stationner sa voiture... Essayer (sic) de faire mieux la prochaine fois ok ! Un ami ?

Voilà le « gentil » message que portait la petite carte que j’ai découverte dans mon compartiment de rangement entre ma carte Inspire et celle qui me donne droit à un café glacé gratuit chez McDo.

— P’pa, quelqu’un t’a remis une belle carte pour la qualité de tes stationnements ?, que je lui ai demandé en riant.

Même pas !

Cette carte passive-agressive, c’est une des dames qu’il conduit bénévolement à leurs rendez-vous médicaux qui lui a remise. Pourtant, il n’enjambait pas le trottoir avec mon char, pas plus qu’il prenait deux cases de stationnement pour lui tout seul.

Non. Le petit mot cartonné, elle lui a donné juste pour le faire rire. Des cartes comme celle-là, elle en a tout un paquet et, souvent, elle s’amuse à en semer sur les pare-brise de cabochons qui se stationnent tout croche dans la cour... de sa résidence pour personnes âgées !

Cette dame ne possède pas d’auto et sans doute pas plus de permis de conduire.

Qui sait, elle ne s’est peut-être jamais retrouvée derrière un volant ! Malgré tout, elle reproche aux autres leur mauvaise conduite.

Effectivement, ça, c’est très drôle.