Entre les lignes

Le pourquoi du pourquoi

Entre l’âge de 2 et 10 ans, un enfant pose en moyenne 288 questions par jour. Et, souvent, ce sont vers les mamans que les petits ont le réflexe de se tourner pour adresser leurs nombreuses interrogations.

Dans un magasin, les mères doivent répondre à une dizaine de questions. À la lecture du soir, c’est neuf questions une après l’autre. Pendant le repas, ce chiffre monte à 11 !

Entre les lignes

Ce qui se passe dans notre tête...

Pendant qu’on essayait de voir nos enfants danser lors d’une présentation-spéciale-admission-générale récemment, ma voisine de droite, que je ne connaissais pas et qui faisait environ 5 pieds et quatre pouces, s’est gentiment retournée vers son conjoint, placé juste derrière elle, pour vérifier si celui-ci voyait bien. Il mesurait au moins six pieds.

La scène était tellement drôle que je n’ai pu m’empêcher d’y ajouter mon grain de sel. (Je savais que j’avais affaire à une femme capable d’en prendre. Ça se sent ces affaires-là.)

Entre les lignes

Pas le temps de niaiser!

CHRONIQUE / Nos cernes et la longueur du poil sur nos jambes nous le rappellent quotidiennement, mais voilà qu’une étude vient de confirmer qu’en prenant compte des obligations familiales, les mères qui ont un emploi à l’extérieur à temps plein ne cessent pratiquement jamais de travailler. Sauf quand elles dorment.

Pour faire une histoire courte, c’est comme si on avait deux emplois à temps complet et que nos semaines de travail comptaient entre 98 et 100 heures.

Entre les lignes

Le passé... et le futur proche

Les personnes âgées possèdent souvent une belle spontanéité. Ils sont purs. J’adore ça !

Après avoir lu ma chronique portant sur mon angoisse de savoir le slow en perte de vitesse au sein des générations qui me suivent, une dame m’a appelée la semaine dernière. Une dame de Québec, mais pistoloise d’origine. (J’insère des gentilés dans mes chroniques juste pour faire plaisir à mon père !)

Entre les lignes

Le slow en perte de vitesse

Dimanche soir, on finissait de souper.

Hard to say I’m Sorry de Chicago jouait en sourdine et ces questions sont soudainement montées en moi : le slow existe-t-il encore ? Qu’advient-il du slow ?

Entre les lignes

D’un iceberg à l’autre

Un auteur a déjà écrit que « Les gens sont des icebergs [...]. Sous la surface gît une énorme masse de non-dits, de douleurs et de secrets. Personne n’est vraiment ce qu’il paraît. »

Derrière ce qui est apparent se cachent aussi de drôles d’histoires. Des passions ou des talents insoupçonnés.

Entre les lignes

Tout cuit dans le bec

En 2016, un Québécois sur trois disait manger au resto au moins une fois dans la semaine.

Pour ma tribu et moi, c’est le vendredi que ça se passe. Grâce à l’addition « paresse », « fatigue » et « manque flagrant d’inspiration », ce soir-là, les chaudrons, les spatules et le kit de cuillères en bois restent rangés.

Opinions

Printemps sportif

CHRONIQUE / Quand vous manquez d’inspiration pour le souper, vous arrive-t-il de vous tourner vers vos enfants pour avoir leur son de cloche, tout en préparant vos arguments pour le moment fatidique où ils vous répondront : « Du McDooooo ! » ou encore, un autre grand classique, « Du Subwaaaaayyyyy ! » ?

Dans la même veine, alors que je cherchais un sujet pour ce billet, j’ai décidé de demander conseil à un de mes lecteurs.

Opinions

Direct dans le mur

CHRONIQUE / « Quand vous donnez une tablette ou un smartphone à votre enfant, en réalité, c’est comme si vous lui donniez une bouteille de vin ou un gramme de cocaïne. »

Dans l’art de distribuer des claques en pleine face aux parents, on peut dire que Mandy Saligari, une spécialiste des dépendances (addictologue, comme le disent si bien les Français), remporte la palme.

Actualités

Coupée du monde

CHRONIQUE / Une bonne dormeuse. Voilà ce que je suis.

Un test rapide sur Internet m’a confirmé que je faisais partie de cette joyeuse catégorie. Je suis de ceux qui se glissent sous les draps sans trop se soucier de l’heure — avant 22 h quand même. Je prends normalement moins de 30 minutes pour m’endormir et, après une nuit de huit heures et plus de sommeil, je me réveille fraîche comme une rose !