Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Marie-Christine Bonneau
La Voix de l'Est
Marie-Christine Bonneau
Parmi ces amateures de peinture, on reconnaît l’épouse du maire de Granby, Frances Boivin, troisième à partir de la gauche.
Parmi ces amateures de peinture, on reconnaît l’épouse du maire de Granby, Frances Boivin, troisième à partir de la gauche.

Le Musée des beaux-arts de Granby [GALERIE PHOTOS]

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / C’est depuis 1914 que la Galerie nationale du Canada, aujourd’hui le Musée des beaux-arts du Canada, supporte un programme d’exposition itinérante afin de promouvoir les arts à travers tout le pays. À la fin des années 1940, l’ouverture de musées municipaux et régionaux devient un des objectifs de l’organisme fédéral. Saisissant l’occasion au vol, le maire Horace Boivin, soutenu par un groupe d’individus bien connu à Granby, met sur pied un projet de centre d’exposition en arts visuels en partenariat avec la Galerie nationale. Et c’est en juin 1950 que le Musée des beaux-arts de Granby - Granby Museum of Fine Arts ouvre finalement ses portes.

Pendant les cinq premières années de son existence, c’est dans deux salles de l’hôtel de ville que le Musée présente ses trente-huit expositions. Grandement impliquée au sein du Musée, la Galerie nationale en organise une quinzaine surtout consacrées à l’art canadien, conformément à son mandat, mais elle présente aussi deux expositions de reproductions d’œuvres de Van Gogh, Cézanne, Gauguin et Renoir. Parmi les autres organismes participants, le Royal Canadian Academy offre aux citoyens de Granby quelques expositions itinérantes.

Le Musée des Beaux-arts de Granby devient ainsi un point de ralliement pour les œuvres de plusieurs grands artistes canadiens, comme James Wilson Morrice, Paul-Émile Borduas, David Brown Milne, Ozias Leduc et Emily Carr, pour ne nommer que ceux-là.

Parmi ces amateures de peinture, on reconnaît l’épouse du maire de Granby, Frances Boivin, troisième à partir de la gauche.

Cependant, les conditions muséales offertes par l’hôtel de ville sont loin d’être adéquates : « Plusieurs œuvres du musée local ne donnent qu’une idée très imparfaite du peintre, la salle est exiguë, inadéquatement éclairée », peut-on lire dans La Voix de l’Est. Conscients de ces graves lacunes, les représentants du Musée et de la Ville de Granby profitent, en 1954, du déménagement du bureau de poste pour acquérir l’édifice et y installer le musée. L’édifice, nommé « Maison des arts », est inauguré en 1955 par le gouverneur général Vincent Massey. Il héberge, en plus du Musée, la bibliothèque municipale, le service des loisirs, une troupe de théâtre et un cercle littéraire.

Installé dans ses nouveaux locaux, le Musée expose pour la première fois les œuvres abstraites d’un groupe montréalais formé, entre autres, de Jean-Paul Mousseau, Rita Letendre, Paterson Ewen, Ulysse Comtois et Fernand Leduc. Mais l’avant-gardisme de ces artistes ne plaît guère aux visiteurs et la direction du Musée préfère retourner à la présentation de peintures figuratives d’artistes canadiens connus, comme le Groupe des Sept ou la Relève de Montréal. Bien entendu, on réserve une place de choix aux œuvres des artistes locaux et régionaux. D’ailleurs, le Musée ne présente pas seulement des expositions de peinture, mais aussi des céramiques, des photographies, des sérigraphies, des pièces d’orfèvrerie et de la tapisserie.

Cascade d’événements malheureux

Pendant plus d’une décennie, les administrateurs et les bénévoles du Musée des Beaux-arts de Granby feront tout en leur pouvoir pour que l’art devienne accessible au plus grand nombre. Malheureusement, en 1962, le Musée perd sa directrice générale, au moment même où la Ville annonce son intention de le déménager afin de reloger la bibliothèque. On propose alors au musée de retourner exposer à l’hôtel de ville, ce qui éviterait à la municipalité les frais de sa relocalisation. Cette cascade d’événements malheureux a tôt fait d’émousser la bonne volonté des bénévoles et l’intérêt de la population. C’est ainsi qu’après douze ans d’activité, plus de 90 expositions et des milliers de visiteurs, le Musée des Beaux-arts de Granby fermait définitivement ses portes.

Les informations sont tirées de Claude GIBEAULT, Histoire du Musée des Beaux-arts de Granby/ Granby Museum of Fine Arts, 1950-1962, Montréal, Département d’histoire de l’art, 1995, 35 p.