François Gendron reproche aux médias d’avoir largement contribué à discréditer le rôle des députés.

«Le député, c’est de la schnoutte!»

CHRONIQUE / Après 42 ans à l’Assemblée nationale, le doyen des élus, François Gendron, reproche aux médias d’avoir largement contribué à discréditer le rôle des députés. «Le député, c’est de la schnoutte» aux yeux des médias, a déclaré M. Gendron, dans une entrevue à La Presse canadienne. Selon lui, les médias sont coupables de ne pas inviter les élus à commenter l’actualité politique, et d’inviter à la place une horde de «commentateux» de tout acabit «qui polluent les ondes».

Je ne sais pas à qui en particulier M. Gendron faisait référence, mais ce n’est pas très gentil pour ses anciens collègues comme Rémy Trudel, Louise Beaudoin, ou Yves-François Blanchet, qui comptent parmi les nombreux «ex» de la politique qui sont régulièrement invités à commenter l’actualité.

Cela dit, M. Gendron a raison sur un point : il n’y a pas beaucoup de place pour les députés dans le paysage médiatique accaparé par les chefs de parti et les ministres du gouvernement. Et c’est vrai que l’espace-temps accordé au commentaire politique, depuis une décennie ou deux, a souvent été donné à des anciens politiciens qui prennent toute la place. Au lieu de rechercher l’expertise chez les députés, les recherchistes des médias se tournent souvent vers ces politiciens d’une autre époque, parce qu’ils sont disponibles et qu’ils sont censés savoir. 

Mais s’il faut partager les reproches de François Gendron, il faut aussi regarder du côté des élus. Leur problème, c’est que les partis politiques ne leur laissent pas beaucoup de liberté dans leurs relations avec les médias. Si vous appelez au bureau du député X ou Y, peu importe la couleur du parti, il y a de fortes chances qu’un apparatchik du bureau du chef vous rappelle pour savoir de quoi vous désirez causer. Et si le sujet est le moindrement controversé, le député se fera dicter une «ligne de presse» ou se fera dire de ne pas retourner l’appel. 

Quand vous avez gagné leur confiance, certains députés vont accepter de vous parler, à la condition que ce soit off the record. Mais ce n’est pas ainsi qu’ils vont se faire valoir ou se faire connaître du public.

Le fait est qu’il est très difficile pour la plupart des élus de traiter avec les journalistes. Certains en ont une peur bleue, d’autres sont maladroits, et les audacieux qui osent nous parler risquent de se retrouver en porte à faux avec les politiques officielles du parti ou de leur chef.

Il y a pourtant des exceptions à la règle. C’est là que les élus qui désirent être plus que de «la schnoutte» devraient prendre modèle. J’ai encore en mémoire le cas de l’ancien député libéral fédéral Jean-Claude Malépart au début des années 80. Ce n’était pas le plus éloquent ni le plus instruit, mais il avait une grande qualité, soit d’exprimer tout haut, même devant Pierre Elliott Trudeau, ce qu’il ressentait de la part de ses concitoyens. Il n’y avait pas de game politique avec lui, simplement l’expression franche et honnête de son opinion.

Plus près de nous, le caquiste Simon Jolin-Barrette a rapidement fait sa place auprès des médias en provoquant des rencontres et en affichant son ouverture. Ce n’est pas tout le monde qui a cette capacité et qui jouit d’une telle confiance, mais son cas démontre que c’est possible, à la condition d’y mettre le temps et les efforts. 

Ce n’est pas facile de communiquer efficacement dans le monde médiatique actuel, dominé par «les clips» de 10 ou 15 secondes. Des clips qui ne trouvent leur place dans les bulletins de nouvelles que si leur auteur place son parti ou le gouvernement dans l’embarras. Le reproche que François Gendron fait aux médias est donc partiellement mérité, mais il ne couvre qu’un côté de la réalité.