Qui pourrait diriger la Santé sous un gouvernement de la CAQ? Qui pourrait affronter Gaétan Barrette (photo) et Diane Lamarre du PQ? demande notre chroniqueur Gilbert Lavoie.

Et le ministre de la Santé sera...

CHRONIQUE / Le congrès de la Coalition avenir Québec, qui se tient en fin de semaine à Lévis, dirigera inévitablement les regards vers les élus susceptibles de faire partie de l’équipe ministérielle d’un éventuel gouvernement caquiste. Et s’il est vrai que François Legault a mis en place un groupe de travail pour préparer la transition, la première question qui devrait tarauder ses membres est la suivante: qui pourrait et voudrait succéder à Gaétan Barrette à la tête du ministère de la Santé?

On sait déjà que ce ministère est un «tue monde» en raison de sa complexité et de l’impossibilité de satisfaire totalement la clientèle. Mais ce qui est pire encore, c’est que si les libéraux perdent le pouvoir au profit de la CAQ, le critique de l’opposition libérale en santé risque fort d’être nul autre… que Gaétan Barrette!

En décembre dernier, le ministre a déclaré au Soleil qu’il allait se battre pour sauver sa réforme du système de santé jusqu’à la fin d’un prochain mandat en 2022, même s’il doit le faire à partir des banquettes de l’opposition. «On peut faire bien des choses à partir de l’opposition», avait-il expliqué…

Vous croyez que ce serait «du gâteau» pour le prochain ministre de défendre l’action de son gouvernement devant Gaétan Barrette?

La semaine dernière, le ministre a surpris tout le monde en ressuscitant le poste de Commissaire à la santé qu’il avait aboli. Je miserais un gros 20 $ sur l’hypothèse suivante: devant la perspective d’une victoire de François Legault aux élections, les libéraux ont jugé que les études du Commissaire à la santé seront une épine au pied du prochain ministre. Vous allez me dire que les libéraux ne sont pas machiavéliques à ce point? Pas tous, mais Gaétan Barrette… peut-être! Après tout, il a déjà démontré sa capacité de montrer les muscles lorsqu’il négociait avec le gouvernement pour le compte des médecins spécialistes. Or la négociation, ça implique des stratégies parfois surprenantes.

Retour à la question de départ: qui pourrait diriger la Santé sous un gouvernement de la CAQ? Qui pourrait affronter Gaétan Barrette et Diane Lamarre du PQ? Parce qu’il ne faut pas l’oublier, Mme Lamarre. Elle connaît le domaine, et elle a démontré devant Gaétan Barrette qu’elle n’a pas peur d’affronter la tempête.

La première réflexion à laquelle devrait se livrer François Legault est la suivante: faut-il être médecin pour diriger le ministère de la Santé? Après avoir tellement critiqué le «gouvernement de docteurs» de Philippe Couillard, ce serait plutôt délicat d’en nommer un autre à la Santé. Il faut être avocat pour devenir ministre de la Justice, mais la Santé n’a jamais eu de telles exigences pour ses titulaires. 

François Legault était fier de sa prise en janvier, lorsqu’il a annoncé que le Dr Lionel Carmant, neurologue à l’hôpital Sainte-Justine, se joignait à la CAQ. Mais le médecin n’avait pas encore décidé s’il serait candidat aux élections, et il n’a pas l’expérience politique généralement requise pour prendre la direction d’un ministère aussi lourd. Gaétan Barrette aussi était un nouveau venu à l’Assemblée nationale, mais il faisait de la politique depuis longtemps à la tête du syndicat des médecins spécialistes…

Généralement, les gouvernements se tournent vers des gestionnaires de grande expérience pour prendre la direction d’organismes ou d’institutions en difficulté. Mais j’ai beau regarder, je ne vois personne de ce calibre dans la députation actuelle de la CAQ. François Legault a déjà été ministre de la Santé. Il pourrait faire comme Robert Bourassa qui a dirigé les Finances de 1970 à 1973, du haut de son siège de premier ministre…

Je blague, évidemment!