Jean-François Lisée et Philippe Couillard

Campagne de peur contre l'ennemi commun

CHRONIQUE / Si j’avais à parier sur les liens d’amitié potentiels entre les chefs de partis à l’Assemblée nationale, je miserais davantage sur Philippe Couillard et Jean-François Lisée. Parce qu’indépendamment de la campagne électorale à venir et du débat sur la souveraineté, les chefs du PLQ et du PQ sont des intellectuels qui ont probablement plus d’intérêts en commun qu’avec François Legault.

Le chef de la CAQ est un comptable qui se dit pragmatique et qui n’a certainement pas les mêmes lectures que ses deux adversaires. J’irais même jusqu’à dire que malgré les différences d’âge, MM. Couillard et Lisée ont probablement plus d’atomes crochus avec Gabriel Nadeau­-Dubois qu’avec M. Legault.

Mais indépendamment de la chimie entre ces politiciens, c’est la bataille électorale en cours qui définira leurs rapports. Et pour l’une des rares fois dans l’histoire du Québec, libéraux et péquistes ont le même intérêt :  bloquer François Legault. Je dis bien «pour l’une des rares fois», parce que les libéraux et les péquistes ont vécu la même chose aux élections de 2007, quand Mario Dumont a fait une percée et amené l’ADQ aux portes du pouvoir. 

Réélu à la tête d’un gouvernement minoritaire, Jean Charest avait su exploiter le manque d’expérience de l’équipe adéquiste en répétant ad nauseam que Mario Dumont était une «girouette» qui changeait constamment d’avis. 

Sans tomber dans le même sobriquet banni du langage parlementaire, Philippe Couillard utilise la même arme cette année. Dans son bilan de fin d’année, il a réitéré à plusieurs reprises que François Legault change constamment d’idée, selon l’humeur du jour. Pas un mot ou presque contre Jean-François Lisée… On se serait cru dans un univers limité à deux formations politiques. La veille, les deux hommes avaient fait copain-­copain dès le début de la période de questions, Lisée demandant au premier ministre de condamner une déclaration de François Legault sur l’intégration linguistique des immigrants. Une requête à laquelle Philippe Couillard s’est fait un plaisir d’acquiescer…

Ces anecdotes de fin de session annoncent des débats acrimonieux. La meilleure répartie de François Legault vendredi, en réponse à Philippe Couillard, a été la suivante :  «Pourquoi a-t-il volé autant d’idées de la CAQ si ce qu’on propose n’est pas bon?»

L’autre aspect inusité de ce début de campagne est de voir le PQ se lancer dans le même genre de campagne de peur que les fédéralistes utilisaient contre les souverainistes dans le passé. La CAQ est «dangereuse», a répété Jean-François Lisée dans son bilan de fin de session. Il a fait valoir que ce parti n’a jamais gouverné, qu’il fait courir des risques au français, aux programmes sociaux, etc. 

Et quand on lui fait remarquer que François Legault a dirigé deux ministères importants, dont la Santé, sous Bernard Landry, Lisée riposte avec le même argument que Philippe Couillard. Tous deux reprochent au chef de la CAQ d’avoir dilapidé les fonds publics à l’époque, en donnant trop d’argent aux médecins spécialistes.

À moins de changements importants dans les sondages, la campagne électorale se fera donc à deux contre un, et même trois si on tient compte de Québec solidaire. François Legault a donc raison de dire qu’il ne tient pas la victoire pour acquise. Jean­-François Lisée a peut-être un point en disant que c’est la victoire de la CAQ dans Louis-Hébert qui a donné des ailes aux caquistes dans les sondages, rien de plus. Et c’est sans compter les dizaines de millions $ que le gouvernement va dépenser en publicité avant les prochaines élections. La partie n’est pas jouée.