Denis Gratton
Ce petit quelque chose

Denis Gratton

Ce petit quelque chose

CHRONIQUE / J’ai regardé la moitié d’une période du match de hockey Montréal-Pittsburgh, puis je suis passé à CNN pour l’émission de télé-réalité la plus populaire: Le Donald Trump Show. Les deux étaient ennuyantes…

Le hockey en août… non. Je n’y arrive pas. C’est contre nature.

Denis Gratton
Le masque magique

Denis Gratton

Le masque magique

CHRONIQUE / Suis-je le seul à remarquer un certain relâchement dans les commerces vis-à-vis la pandémie ?

J’ai l’impression que certains propriétaires d’entreprises sont devenus un peu plus permissifs depuis que le masque est obligatoire dans les lieux intérieurs. Et que les clients aussi oublient parfois les consignes de base émises il y a à peine cinq mois.

Avant, on faisait la queue à la porte de l’épicerie, ou de la pharmacie, ou de tout autre commerce. Mais depuis quelques jours, quelques semaines, rares sont les fois que j’ai dû faire la file pour entrer acheter mes bananes ou mes Aspirines.

Avant, un employé avait comme seule et unique tâche de désinfecter les paniers d’épicerie. Aujourd’hui, c’est le «faites-le-vous-même». La bouteille de désinfectant et  le rouleau d’essuie-tout sont sur la table à l’entrée, débrouillez-vous.

Avant, un autre employé s’assurait que chaque client se désinfecte les mains avant de pouvoir entrer dans le commerce. Aujourd’hui, la bouteille est là. À vous de vous en servir ou non.

Avant, certains commerces postaient un employé ou un garde de sécurité à la porte qui avait comme devoir de mener des inquisitions en règle. «Avez-vous voyagé au cours des 14 derniers jours ?», nous demandaient-ils. «Avez-vous été en contact avec quelqu’un qui a contracté la COVID-19 ? ». «Comment vous sentez-vous ?». Et ça se poursuivait jusqu’à ce qu’il soit convaincu que vous ne représentiez aucun danger pour l’humanité.

Aujourd’hui, la seule question qu’on nous pose à l’épicerie est la même qu’avant: «papier ou plastique ?». 

Avant, il fallait suivre les flèches au sol dans les allées du magasin. Et si par malheur et par mégarde vous empruntiez une allée dans le sens contraire de la flèche, vous pouviez être assurés qu’un autre client allait vous le faire remarquer. Ils étaient nombreux à s’improviser «p’tites polices d’allées» et à en retirer un malin plaisir. 

Denis Gratton
Veille de tornade, vous dites?

Denis Gratton

Veille de tornade, vous dites?

CHRONIQUE / Je vous parie que vous avez observé le ciel dimanche après-midi. Que vous l’avez observé à quelques reprises et avec appréhension.

Environnement Canada venait d’émettre une «veille de tornade» pour Gatineau et la grande région de la capitale nationale.

Denis Gratton
Le masque à toutes les sauces

Denis Gratton

Le masque à toutes les sauces

CHRONIQUE / C’était en avril 2012. En plein coeur du «printemps érable» au Québec.

À l’instar de milliers d’autres étudiants en province, des dizaines, voire même des centaines d’étudiants de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) manifestaient près de leur campus du secteur Hull contre la hausse des droits de scolarité.

Denis Gratton
La côlonoscopie

Denis Gratton

La côlonoscopie

CHRONIQUE / Je suis à un âge où certains examens médicaux deviennent nécessaires, inévitables. On devient un tacot en vieillissant. Il roule toujours, le vieux tacot. Oui, il a un peu de rouille, il a vu de meilleurs jours, il émet parfois des bruits mystérieux. Mais il avance, il est fiable. Mais il faut régulièrement vérifier l’engin et chaque petite pièce du mécanisme afin qu’il puisse rouler encore longtemps. Il faut changer l’huile aux 5 000 kilomètres, mettons.

L’un de ces examens à passer à un certain âge est la coloscopie. Ou la côlonoscopie. Les deux s’utilisent et veulent dire la même chose: on vous insère une espèce de caméra dans le corps pour aller visiter vos entrailles.

Denis Gratton
Le «code 699», la suite

Denis Gratton

Le «code 699», la suite

CHRONIQUE / Dans une chronique publiée mercredi sur nos plateformes, je vous ai parlé des congés payés nommés «code 699» que reçoivent certains fonctionnaires fédéraux.

Ces congés sont accordés aux employés du fédéral qui ne peuvent se présenter au travail et/ou qui ne peuvent travailler à distance pour des raisons indépendantes de leur volonté. La pandémie est évidemment l’une de ces raisons.

Denis Gratton
Le «code 699»

Denis Gratton

Le «code 699»

CHRONIQUE / On les classe dans la catégorie «autres congés payés». Dans le jargon de la fonction publique fédérale, ces «autres congés payés» sont aussi connus comme le «code 699».

Quand peut-on utiliser le «code 699» pour justifier une absence au travail ? À quel moment un fonctionnaire fédéral peut-il profiter de cet « autre congé payé » afin d’obtenir son plein salaire sans devoir piger dans sa banque de congés de maladie ou de vacances ?

Denis Gratton
Il faut sauver le petit camion bleu

Denis Gratton

Il faut sauver le petit camion bleu

CHRONIQUE / On l’aime, le petit camion de couleur bleu ciel dans le Plateau. Il cadre tellement bien dans le quartier qu’on ne veut pas le voir partir.

Et pour mettre la cerise sur le sundae, le petit camion bleu vend de la crème glacée. Comment ne pas l’aimer, alors que les canicules se succèdent? Ce petit camion bleu est une oasis dans le désert.

Denis Gratton
Camions fermés pour la saison

Denis Gratton

Camions fermés pour la saison

CHRONIQUE / Francine avait une cuisine de rue dans le secteur Aylmer. Un «camion à patates frites», comme on les appelle. Une petite entreprise familiale qu’elle a exploitée pendant plus de trois ans.

Mais lorsqu’elle a été diagnostiquée avec un cancer, en 2018, elle a vendu son commerce ambulant. Sa lutte contre l’impitoyable maladie allait devenir sa priorité. Et Francine a gagné. Vrai, on ne peut jamais crier «victoire» contre le cancer. Mais Francine va mieux. Beaucoup mieux.

Denis Gratton
Vaincre le « cancer de l’âme »

Denis Gratton

Vaincre le « cancer de l’âme »

CHRONIQUE — LES GRANDES ENTREVUES / Si vous demandez à Benoît Leblanc en quelle année il a fondé le mouvement populaire Itinérance Zéro, il vous répondra : « le soir du 13 décembre 2013 ».

Il s’en souvient très bien. C’est ce jour-là qu’il a reçu son congé de l’hôpital. Quelques jours auparavant, il avait tenté de s’enlever la vie. N’eût été l’intervention in extremis d’un passant, Benoît Leblanc y passait. 

« Je me suis rendu un soir à l’arrière d’un CLSC de Gatineau, j’ai attaché un boyau d’aspirateur au tuyau d’échappement de mon auto et j’ai entré l’autre bout du boyau dans ma voiture, se souvient-il. Je ne voyais plus comment je pouvais vivre normalement. J’ai démarré l’auto, puis j’ai perdu connaissance. C’est un passant qui m’a aperçu, qui a fracassé la vitre d’auto et qui a appelé le 911. Je me suis réveillé à l’hôpital. »

Il ne voyait plus d’issues. Le suicide était devenu le seul remède, la seule solution pour en finir une fois pour toutes avec les crises d’anxiété, d’angoisse et de panique qu’il subissait à répétition depuis des années. Des crises provoquées par une enfance difficile. Mais aussi par le suicide de son meilleur ami avec qui il avait grandi et fait les quatre cents coups dans les rues de Hull. Un ami qui, plus tard dans la vie, était devenu itinérant et sans-abri.  

« On l’appelait Poney, raconte Benoît Leblanc. Il s’appelait Jean-François Poulin. Il était déménagé à Montréal pour un emploi. À l’époque, nous n’avions pas les réseaux sociaux, donc j’ai un peu perdu le contact avec lui. Mais sa famille m’a raconté que ça n’avait pas fonctionné à son emploi à Montréal, qu’il avait de la difficulté à payer ses loyers. Puis Poney a commencé à consommer de la drogue et de la boisson. Il a fait de la prostitution masculine. Il s’est ramassé à la rue, il a été embarqué dans la roue et il ne voyait plus la porte de sortie. Il s’est pendu, c’était en 1997. »

« À ses funérailles ici à Hull, je me souviens d’avoir dit à sa mère et à sa sœur : “un jour, il faudra se pencher sur le problème des sans-abri. On essaie de les aider, mais on n’y arrive pas”. Je venais de perdre mon ami. C’était lourd. Très lourd. Je l’avais perdu pour quelque chose que je ne comprenais pas. »

Denis Gratton
«I went to the market»

Denis Gratton

«I went to the market»

CHRONIQUE / «Services en français: combat de tous les instants dans le marché By», titrait-on dans notre édition d’hier.

On apprenait dans ce texte que les clients francophones du marché By ont de plus en plus de difficultés à se faire servir dans leur langue aux kiosques des maraîchers, des vendeurs de fleurs, de souvenirs et de «gugusses» de toutes sortes.

Denis Gratton
Marcel D’Amour, le père

Denis Gratton

Marcel D’Amour, le père

CHRONIQUE / Je n’avais jamais rencontré Marcel D’Amour. J’étais enfant à Vanier lorsqu’il était maire de Hull (de 1964 à 1972). Je ne le connaissais que par l’histoire de la Ville de Hull et par nos archives que j’avais consultées pour en savoir un peu plus sur lui avant de l’interviewer. J’ai lu sur son rôle clé dans la construction des édifices fédéraux dans le Vieux-Hull, sur le gâchis de «l’affaire Dasken», sur la mort dramatique de sa fille, Marie, et le décès accidentel de son autre fille, Louise, l’aînée de ses sept enfants.

Des amis hullois me disaient qu’il avait été un maire très controversé. Et «controversé» est un mot poli ici. D’autres affirmaient qu’il avait été un maire exceptionnel pour la Ville de Hull.

Denis Gratton
«Monast des sources»

Denis Gratton

«Monast des sources»

CHRONIQUE / Le dépanneur Monast de Buckingham n’est plus.

Dimanche dernier, le propriétaire, Michel Monast, a fermé les portes de son commerce qu’il a acquis en 2000, il y a 20 ans. Bientôt, la Ville de Gatineau démolira le bâtiment et la nature reprendra sa place sur ce terrain devenu vacant.

Denis Gratton
La météo d’hier à aujourd’hui

Denis Gratton

La météo d’hier à aujourd’hui

CHRONIQUE / « Il me semble qu’il ne faisait pas chaud comme ça quand nous étions jeunes.—Bien sûr que oui, Manon. Il faisait aussi chaud.—Peut-être, Denis. Mais on n’avait pas des canicules interminables comme celle des derniers jours.—On avait d’aussi longues canicules qu’aujourd’hui. Et je ne sais pas pour toi, mais chez nous, nous n’avions pas de climatiseur.—Chez nous non plus. Mais comment faisait-on pour endurer cette chaleur ?

—Nous étions jeunes, Manon. On s’en fichait de la chaleur. On s’arrosait avec le boyau. On allait à la pataugeoire du quartier. On se bourrait de pop-sicles. On s’amusait. On en profitait. C’était l’été, c’était tout ce qui comptait.

Denis Gratton
De mon ami Louis à la friperie

Denis Gratton

De mon ami Louis à la friperie

J’ai reçu des nouvelles de Louis Gohourou. Vous le connaissez? Non? Moi non plus.

Mais il m’a écrit — ou il m’a réécrit, devrais-je dire —- hier matin. J’avoue que j’étais un peu mal à l’aise puisque je ne me souvenais pas du tout de son premier courriel. Mais il m’a vite pardonné en m’écrivant «qu’avec tout ce qui se passe aujourd’hui sur internet, il y a de quoi à avoir des doutes».

Denis Gratton
Le masque ou le pont?

Denis Gratton

Le masque ou le pont?

CHRONIQUE / Les opinions sur le port du masque obligatoire à Ottawa sont partagées, c’est le moins qu’on puisse dire.

Le 15 juillet prochain, les élus d’Ottawa adopteront un règlement municipal qui rendra obligatoire le port d’un couvre-visage dans les lieux publics intérieurs de la grande région de la capitale. Épiceries, cliniques, pharmacies, dépanneurs, banques, centres commerciaux, restaurants… alouette. Si vous voulez entrer, vous devrez être masqués.

Denis Gratton
À vos marques, prêts… masquez !

Denis Gratton

À vos marques, prêts… masquez !

CHRONIQUE / C’est aujourd’hui que ça se passe à Ottawa. C’est aujourd’hui que le port du masque dans les lieux publics intérieurs deviendra obligatoire dans la capitale du pays.

En fait, le port d’un couvre-visage sera d’abord exigé aujourd’hui par la Dre Vera Etches, médecin-chef de Santé publique Ottawa. Puis dans quelques jours — le 15 juillet pour être exact — les élus d’Ottawa voteront sur une motion déposée par le maire Jim Watson pour créer un règlement rendant obligatoire le port du masque dans les endroits publics intérieurs. Et puisque la majorité des conseillers d’Ottawa se rangent toujours du côté du maire Watson, le port du masque deviendra «officiellement» obligatoire dans neuf jours.

Denis Gratton
« Un enfant, ça ne s’oublie pas »

Denis Gratton

« Un enfant, ça ne s’oublie pas »

CHRONIQUE / Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, à Ottawa, a nommé une école en son honneur. Les Sénateurs d’Ottawa de la Ligue nationale de hockey ont nommé un trophée en sa mémoire. Et cette semaine, la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, a décerné à Jonathan Pitre, à titre posthume, la Croix du service méritoire.

L’enfant papillon, comme le monde l’a affectueusement surnommé, ne sera jamais oublié. Il s’est envolé le 4 avril 2018, à l’âge de 17 ans, après avoir lutté toute sa vie contre l’épidermolyse bulleuse (EB), une rare et douloureuse maladie de la peau qui le rendait prisonnier de son corps. Mais sa mémoire, son sourire et son courage vivront à tout jamais dans le coeur de milliers de gens.

Denis Gratton
Quand le troupeau ne passe plus

Denis Gratton

Quand le troupeau ne passe plus

CHRONIQUE / Suivre le troupeau. C’est un peu ça, la fête du Canada à Ottawa.

Ados et jeunes adultes, mes amis et moi nous rendions sur la colline du Parlement et dans le marché By le 1er juillet. On marchait en rond toute la journée en suivant la foule, à midi on allait écouter les discours insipides des dignitaires sur la colline et regarder le spectacle d’artistes souvent méconnus aux chansons rarement entendues, puis on redescendait dans le marché By à la recherche d’une table de patio où nous pourrions nous arrêter prendre un rafraîchissement, lire une bière. Sauf que les chances de trouver une table libre sur une terrasse du marché, un 1er juillet, étaient aussi faibles que de gagner le gros lot à la Lotto Max.

Denis Gratton
La remise ou la rue

Denis Gratton

La remise ou la rue

CHRONIQUE / Joseph-Hugues Bélanger est décédé mercredi dernier. Il était itinérant depuis de nombreuses années, il avait 54 ans. On a retrouvé son corps sans vie dans une remise de la rue Charlevoix dans le Vieux-Hull.

Joseph-Hugues avait fait sa marque à sa façon dans le quartier. Avec ses pousse-pousse qu’il fabriquait lui-même, il sillonnait les rues du Vieux-Hull au grand plaisir des touristes qui y prenaient place. «Plusieurs touristes qui sont passés à Gatineau ont pris une photo avec Joseph-Hugues, a dit Benoît Leblanc, le fondateur et directeur de l’organisme Itinérance Zéro. Mon ami Joseph a marqué l’histoire du Vieux-Hull».

Denis Gratton
Des nouvelles de Gros-Lard

Denis Gratton

Des nouvelles de Gros-Lard

CHRONIQUE / Le confinement a été long et difficile pour plusieurs. Et si les experts disent vrai, la prochaine période de confinement, à l’automne, risque de l’être tout autant, sinon pire.

Y croyez-vous à cette deuxième vague ? Pensez-vous que la «bibitte» reviendra avec plus de vigueur lorsque les arbres changeront de couleurs, que les temps froids reviendront et que la Ligue nationale de hockey annoncera enfin, fin novembre, que la saison 2019-2020 est annulée ?

Denis Gratton
Le dilemme du maire Leroux

Denis Gratton

Le dilemme du maire Leroux

CHRONIQUE / «Vraiment ? On ne le savait pas. Alors on fait quoi, là ? »

C’est un peu la réaction que tout le monde de Russell a eue récemment quand on a appris que Peter Russell, l’homme qu’on a honoré en donnant son nom à ce canton de l’Est ontarien, était un propriétaire d’esclaves du XVIIIe siècle. Un grand « oups ! » collectif a soufflé sur les villages de Russell, Embrun et Marionville. « On fait quoi, là ? »

Denis Gratton
Baisser le siège

Denis Gratton

Baisser le siège

CHRONIQUE / La nouvelle fait réagir, c’est le moins qu’on puisse dire.

Près d’une centaine d’internautes ont émis leur opinion sur le sujet sur la page Facebook du Droit. Et la majorité n’est pas d’accord avec l’initiative lancée par la Ville de Gatineau et rapportée par notre journaliste Mathieu Bélanger dans notre édition de lundi dernier.

Denis Gratton
Le train aux roues carrées

Denis Gratton

Le train aux roues carrées

CHRONIQUE / La ligne 1 du train léger d’Ottawa sera fermée jusqu’à la fin de semaine, apprenait-on dimanche. Et cette fermeture pourrait même être prolongée de quelques jours, soulignait-on chez OC Transpo.

La ligne 1 du train léger, pour ceux qui l’ignorent, est… le train léger. Il n’y a pas d’autres lignes. Pas encore. Donc, pas de train cette semaine à Ottawa (sauf ceux de VIA Rail).

On répare. On corrige. On colmate. On rafistole. Je ne sais trop ce qu’on fait sur les rails et les wagons. Mais chose certaine, ne l’attendez pas, le train ne passera pas.

Une grosse farce, ce train léger. Un gâchis.

Je relisais un texte mis en ligne par Radio-Canada le 13 mai dernier. Un texte dans lequel on a résumé les déboires de ce train léger en un seul paragraphe que voici:

«OC Transpo a fermé la ligne de la Confédération (la ligne 1) pendant une fin de semaine et pendant une autre période de cinq jours pour effectuer des travaux. D’autres fermetures auront lieu cet été. Pour l’heure, GTR (Groupe de transport Rideau) travaille sur la réparation des freins des voitures, le système de suspension caténaire, les défaillances des réchauffeurs d’aiguilles, la puissance de traction des voitures, les portes-passagers, etc.».

La belle affaire, n’est-ce pas ? J’aime bien le «etc.» à la fin de ce paragraphe. Comme si les problèmes du train léger étaient trop nombreux à énumérer. (Comme ses roues qui s’aplatissent lorsqu’il roule, ma préférée).

Et dans ce texte on parle des problèmes qu’on tente de régler… «pour l’heure». Comme dans: «en ce moment». « En ce moment, on tente de régler ces problèmes. On vous reviendra plus tard avec d’autres».

Misère…

En relisant sur les déboires du « O-Train », comme nos amis de l’autre langue officielle l’appellent, je suis tombé sur cet autre article écrit le jour de son inauguration. En le lisant, je me suis dit que l’auteur aurait peut-être dû attendre une journée ou deux avant de monter à bord de ce train qui ne semble obéir qu’à la loi de Murphy. Voici ce qu’on peut lire:

«Quelle réalisation ! D’une efficacité et d’une rapidité incroyables. De voir un tel système de transport à Ottawa - de l’emprunter surtout - vous fait vite réaliser que la capitale fédérale est entrée dans d’autres ligues avec ce train léger. Les grandes ligues. (…) Enfin, comme première expérience à bord du train léger, je donne la note de A+».

Ichhhh…. 

Qui a écrit ces lignes, demandez-vous ? Heu… c’est moi. En septembre dernier.

J’arrivais d’une promenade dans ce tout nouveau train, l’expérience m’avait plu et le système m’avait impressionné. J’étais épaté, ça m’arrive si rarement. 

Je ne pouvais pas savoir que cette journée d’inauguration allait s’avérer la seule journée sans pépin de ce train. Les problèmes ont commencé dans les jours qui ont suivi son lancement et ils se poursuivent toujours.

Ce train a à peine neuf mois. Il a été inauguré après plusieurs délais, des délais exigés afin qu’il fonctionne à la perfection une fois ouvert au public. 

J’en conclus qu’on aurait peut-être dû retarder son inauguration d’une année ou deux. Peut-être même trois. 

Parce qu’un train qui ne roule pas par grands froids d’hiver ni en temps de canicule l’été ne sert pas à grand-chose. OC Transpo aurait pu acheter le p’tit train de Wakefield à une fraction du coût et ce vieux train à vapeur aurait été plus fiable que celui qu’on tente de faire avancer depuis l’automne dernier.

Disons que chez OC Transpo, on commence à le trouver pas mal lourd, ce train léger. Et les passagers ne sont pas au bout de leurs peines. Lorsque les dirigeants d’OC Transpo ont récemment demandé à GTR si les problèmes pouvaient être réglés d’ici la fin de l’été, on lui a répondu: «Ce sera plus vers la fin de l’année». Reste à savoir quelle année.

Une grosse farce, ce train léger. Un gâchis.

Denis Gratton
Marcher avec papa

Denis Gratton

Marcher avec papa

CHRONIQUE / Marguerite a cinq ans. Sa soeur, Clémence, fêtera ses trois ans en août.

Dimanche, jour de la fête des Pères, les deux fillettes participeront à une marche à Gatineau afin d’amasser des fonds pour la Société de la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Une maladie neuro-musculaire et dégénérative incurable communément appelée la maladie de Lou Gehrig.

Denis Gratton
Les masques «Édition Justin Trudeau»

Denis gratton

Les masques «Édition Justin Trudeau»

CHRONIQUE / Luc Régimbal a eu la surprise de sa vie dimanche dernier (le 7 juin). On l’appelait pour lui demander si le premier ministre du Canada pouvait lui rendre visite. Il était 10 h 30, il croyait toujours rêver…

Luc Régimbal est président de la compagnie Régimbal Promotions, à Ottawa. Une entreprise familiale qui célèbre cette année ses 94 ans.

Denis Gratton
Le «cash» avant la langue

Denis Gratton

Le «cash» avant la langue

CHRONIQUe / La guéguerre se poursuit dans l’Est ontarien entre les maires de l’endroit et la députée Amanda Simard. Une guéguerre qui, semble-t-il, ne prendra pas fin de sitôt.

Au printemps 2019, durant les inondations, les maires des Comtés unis de Prescott et Russell ont critiqué l’absence sur le terrain de la députée conservatrice devenue libérale. On ne la voyait nulle part, déploraient-ils.

Denis Gratton
C’t’affaire-là

Denis Gratton

C’t’affaire-là

CHRONIQUE / J’ai rédigé une chronique hier qui n’avait rien à voir avec la COVID-19. Une chronique humoristique pour divertir, pour se changer les idées comme on dit.

«Ça fait du bien de lire sur autre chose que le virus», m’a écrit une lectrice. Ce commentaire s’est répété dans d’autres courriels et messages reçus.

Denis Gratton
La marche du maringouin

Denis Gratton

La marche du maringouin

CHRONIQUE / Vous me permettez d’aborder un autre sujet ce matin que le coronavirus, la pandémie, le confinement, les masques, la distanciation sociale et/ou le Purell ?

Oui ? Merci.

Denis Gratton
D’hier à aujourd’hui

Denis gratton

D’hier à aujourd’hui

CHRONIQUE / Il n’y a pas si longtemps, la nouvelle aurait semé la consternation dans la ville.

Aujourd’hui, elle est accueillie d’un «bof !» collectif. Juste une autre tentative de meurtre à Ottawa. «Rien à voir ici, circulez».