Cette semaine, en prévision du 8 mars, Journée internationale des femmes, les données et les bilans abondent pour décrire le chemin parcouru et celui qui reste à faire pour que l’égalité de droit entre les hommes et les femmes devienne égalité de fait, égalité réelle.

Plafond de verre, plafond de mère

CHRONIQUE / «Plafond de verre». Les femmes qui ont voulu accéder à des postes supérieurs dans leur carrière ou en politique, savent c’est quoi et les efforts qu’il faut pour le briser. Mais le «plafond de mère», ça vous dit quelque chose?

J’ai été attirée par un titre dans la récente édition des Cahiers de recherche sociologique. «Au croisement du genre et de la parentalité : le plafond de mère chez les femmes qualifiées». L’article est signé par Émilie Genin, professeure à l’École des relations industrielles, de l’Université de Montréal. 

L’expression «plafond de mère», rappelle-t-elle, est celle utilisée par Marlène Schiappa et Cédric Bruguière, dans «Plafond de mère — comment la maternité freine la carrière des femmes», dans un livre publié en 2015.

Cette semaine, en prévision du 8 mars, Journée internationale des femmes, les données et les bilans abondent pour décrire le chemin parcouru et celui qui reste à faire pour que l’égalité de droit entre les hommes et les femmes devienne égalité de fait, égalité réelle.

La professeure Genin constate, avec études à l’appui, qu’il y a stagnation depuis les 20 dernières années.

Que l’on examine la proportion de femmes dans les postes de gestion, le taux d’activité des femmes sur le marché du travail ou le ratio entre les salaires des femmes et ceux des hommes, les progrès sont lents et souvent minimes. 

Selon le McKinsey Institute, rapporte Mme Genin, il faudra encore près de 180 ans aux Canadiennes pour jouir d’une égalité professionnelle dans les faits.

Il est pourtant révolu le temps où la faible scolarité des femmes expliquait qu’elles n’occupent pas des emplois de qualité ou des postes de direction. Les filles, du moins dans les pays de l’OCDE, mènent maintenant des études plus longues que les garçons.

Les préjugés et les stéréotypes persistants, le boys’ club, le manque de réseautage peuvent encore servir d’explications à la trop faible présence des femmes dans les hautes sphères professionnelles.

Mais, il convient aussi de voir et de réaliser comment la maternité, voire le désir d’avoir un jour un enfant, influence le choix de carrière, le parcours scolaire et professionnel, ainsi que le niveau de responsabilités professionnelles que prennent les femmes.

Il n’est pas toujours facile de concilier travail et famille. Mais l’exercice demeure plus ardu pour les mères puisque la répartition du travail domestique et parental entre les hommes et les femmes n’est toujours pas égalitaire. 

Et on ne parle pas seulement de donner le bain, de préparer les repas et de superviser les devoirs des enfants.

Hélène Lee-Gosselin, directrice de l’Institut Femmes, Sociétés, Égalité et Équité de l’Université Laval, fait valoir que nous sommes trop peu conscients du travail invisible et de la charge mentale des femmes, de surcroît les mères. Logistique, organisation, vigie, anticipation des besoins et des soins reviennent plus fréquemment à celles-ci.

La professionnelle qui doit passer une semaine à Montréal pour le travail s’assurera que le frigo est plein pour la maisonnée et rappellera les rendez-vous des petits avant de partir, donne en exemple Mme Lee-Gosselin. 

«Le plafond de mère se construit donc en partie parce que les femmes sont soumises aux mêmes exigences professionnelles que les hommes [en termes de disponibilité et d’intensité du travail], mais font face à des demandes domestiques et familiales beaucoup plus importantes. En conséquence, elles doivent procéder à des ajustements [que les hommes ne semblent pas devoir faire] et développent des stratégies de conciliation, qui ne sont pas vraiment des choix, mais plutôt les seules options possibles», écrit Émilie Genin.

L’arrivée d’un enfant marque encore souvent le plafonnement professionnel des mères, rarement celui des pères. Un réel choix ou le fait que les attentes à l’égard des mères ne changent pas?

Les obstacles les plus évidents ont été éliminés, mais les obstacles sociaux et les normes de sexe perdurent, soutient Hélène Lee-Gosselin. 

Il est grand le désir de croire que tout a changé, que tout est réglé, que l’égalité professionnelle est acquise. 

Ce n’est manifestement pas encore le cas. Il reste encore du travail à faire, notamment à la maison, au sein des couples et des familles.