Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Anne Marie Comparot
La Voix de l'Est
Anne Marie Comparot

Maman est partie dans les bois

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Maman est partie dans les bois, seule, sans Wi-Fi pour quelques dodos… «Mais maman, tu vas te faire manger par les ours!» de rétorquer ma fille. J’ai fait une retraite de cinq jours dans un endroit spartiate : un luxe suprême dans ma vie.

C’est vraiment ce dont j’avais besoin, être seule dans une petite cabine rudimentaire dans la forêt. J’étais épuisée par les exigences de ma vie : la famille, mon travail d’enseignante au secondaire, mais surtout, par le rythme effréné de mes journées. J’avais un besoin criant d’être, simplement, au lieu de faire. Je me suis écoutée pour rester en santé.

Prévenir le déséquilibre

Nous avons tous le pouvoir d’écouter notre corps qui nous envoie des informations pour prévenir le déséquilibre. La vie est en quelque sorte une quête constante vers un certain équilibre — l’homéostasie —, parfois si fragile.

Prendre soin de soi et prévenir la maladie représente une autre forme d’autonomie, loin des hôpitaux et du système de santé engorgé. Je parle ici de prévention, et non de guérir des maladies graves ou des problèmes de santé où la médecine conventionnelle, telle que nous la connaissons, est bien utile et sauve des vies.

Cependant, j’ai été plus souvent déçue que sauvée par le système médical actuel. Je me suis souvent tournée vers les médecines dites alternatives qui m’aident et me soulagent : ostéopathie, acupuncture, massothérapie et herboristerie. Les plantes, ne l’oublions pas, sont à la base de notre pharmacopée. Rappelons que les Amérindiens ont guéri du scorbut les premiers colons français de l’équipage de Jacques-Cartier avec des écorces et des aiguilles de thuya occidentalis ou cèdre blanc.

Herboristerie

Il y a quelques années, je me suis inscrite à une formation en herboristerie pour soigner ma famille plus naturellement. Tendre vers plus de liberté et d’autonomie, c’est aussi pour moi savoir se soigner avec ce qui nous entoure, car je réalise la fragilité de nos systèmes d’approvisionnement en nourriture et en médicament.

À mes yeux, le plus beau legs que je pourrais faire à mes enfants est de leur transmettre cet amour de la nature et qu’ils sachent comment se nourrir en jardinant, mais aussi en connaissant dans la forêt des plantes soulageant des maux quotidiens.

Notre vie est faite de choix qui tendent vers plus ou moins de santé. Dans ma formation, j’ai suivi un cours qui me semble essentiel : les fondements de la santé.

Ceux-ci se basent sur quatre éléments fondamentaux que j’ai expérimentés et qui m’ont personnellement aidée. Il s’agit d’abord de boire assez d’eau chaque jour, de dormir ensuite environ huit heures par nuit d’un sommeil le plus réparateur possible, de bouger chaque jour, et, enfin, d’être le plus souvent en contact avec la nature.

Ma retraite a pris fin et, heureusement, je ne me suis pas fait manger par un ours. Je suis repartie dans le tourbillon de ma vie en gardant dans un petit coin de ma tête cet espace de liberté, de nature et de santé. À refaire, c’est sûr, pour garder mon équilibre !

Anne Marie Comparot donne des conférences sur les thèmes de la consommation responsable et l’environnement. Programmation sur FB braconnieresvegetales.