« C’est un outil pratique pour nous aider à aviser les citoyens lors de situations particulières », explique Étienne Chassé, directeur du Service des incendies de Saint-Césaire.

Sécurité civile: un logiciel pour alerter les citoyens

La Ville de Saint-Césaire dispose maintenant d’un logiciel qui lui permet d’aviser ses citoyens rapidement s’il survient un incident qui relève, entre autres de la sécurité civile.

« C’est un outil pratique pour nous aider à aviser les citoyens lors de situations particulières, explique Étienne Chassé, directeur du Service des incendies de Saint-Césaire. Avec la sécurité civile, on n’a pas le choix : il faut être prêt à toute éventualité. On n’a pas le temps d’attendre ou de faire du porte-à-porte. Ça doit être rapide. »
Le logiciel de gestion de masse, appelé Somum, a été acquis il y a trois ans au coût de 6500 $, mais il est fonctionnel seulement depuis cet été. La banque de données a notamment dû être garnie, c’est-à-dire que les renseignements relatifs à chaque adresse de la municipalité ont été ajoutés.
Que ce soit en remplissant un formulaire papier à déposer à l’hôtel de ville ou un formulaire sur le site de la Ville de Saint-Césaire, chaque citoyen devait — et devra le remplir si ce n’est pas déjà fait— fournir son nom, son adresse, son numéro de téléphone et son adresse courriel.
Toutes ces informations ont été colligées dans le logiciel qui peut être utilisé par le service de sécurité contre les incendies, les travaux publics et la sécurité civile. Lorsque survient un problème qui affecte l’eau potable, une évacuation, un glissement de terrain ou lors d’un incendie majeur, par exemple, le logiciel utilise les lignes téléphoniques de la municipalité pour livrer aux citoyens le message enregistré à ce moment-là ou un message parmi ceux pré-enregistrés.
« On peut réaliser cinq appels simultanés en une minute, explique M. Chassé. Si ce sont seulement les citoyens d’une rue qu’on doit aviser, c’est ultra rapide. » Si personne ne répond, le système est programmé pour appeler trois fois. Ensuite, il utilisera le deuxième numéro fourni par le citoyen.
Jusqu’ici, lorsque la municipalité voulait aviser ses citoyens d’une problématique, les employés faisaient du porte-à-porte. C’est d’ailleurs à la suite d’une difficulté à rejoindre des résidants pour les aviser de la contamination du réseau d’eau potable à la suite d’un incendie que la Ville a décidé de s’équiper de cet outil, explique
M. Chassé. « Avec ce logiciel, ça aurait pris une heure et on aurait rejoint tout le monde », dit-il.
« Avec l’ancien système, on avait un ratio de 40 % de citoyens avisés. C’était plus long, plus ardu, dit le chef des pompiers, qui est aussi coordonnateur des opérations lors d’une intervention en matière de sécurité civile. Avec le nouveau système, on est capable de rejoindre 90 % des gens. Le 10 % restant, on les rejoint avec Facebook et Internet. »
M. Chassé précise qu’il est important que les citoyens s’inscrivent et qu’ils s’assurent d’effectuer la mise à jour de leurs informations personnelles afin qu’ils soient rejoints si une situation particulière l’exigeait.