BRP investira 118 millions $ pour moderniser l’usine de Valcourt.

Une nouvelle chaîne de montage

Bombardier produits récratifs (BRP) célèbre en grand son 15e anniversaire. L’entreprise enracinée depuis plusieurs décennies dans le Val-Saint-François exécute un plan d’investissement et de modernisation dépassant les 100 millions $. Les installations de l’usine de Valcourt ont été reconfigurées pour augmenter le confort des employés et la productivité.

En 2003, l’entreprise qui appartenait jusqu’alors à Bombardier inc. passait aux mains d’un consortium d’investisseurs comprenant la société d’investissements Bain Capital, la Caisse de dépôt et placement du Québec, ainsi que de membres de la famille Bombardier. Malgré l’inquiétude que la transaction a suscitée à l’époque, l’entreprise figure toujours, 15 ans plus tard, parmi les plus importants employeurs du Québec.

Question de «maintenir la compétitivité et l’agilité de l’usine de Valcourt», un processus de modernisation a été enclenché en 2016, expliquent les documents transmis à La Voix de l’Est. BRP estime que ces investissements grimperont à 118 millions $ sur cinq ans (à partir de 2016). Deux ans plus tard, 80% de ce montant a déjà été investi.

Modernisation

L’un des objectifs premiers de ce plan de modernisation a été de modifier le fonctionnement de la chaîne de montage. En août dernier, un nouveau système permettant l’assemblage dans une même usine des Can-Am Spyder et des Ski-Doo a été inauguré par José Boisjoli, président et chef de la direction de BRP. «Valcourt a toujours été au cœur de l’innovation et la modernisation était essentielle pour assurer son efficacité. C’est la combinaison entre le soutien d’une petite ville et un savoir-faire de classe mondiale qui nous met dans une position unique», a-t-il affirmé par voie de communiqué lors du dévoilement du nouveau dispositif.

Les investissements permettront d’améliorer le confort des employés avec un système pour améliorer le chauffage et la qualité de l’air dans l’usine.

Plus concrètement, alors que les deux chaînes de montage étaient installées de façon permanente dans deux usines distinctes, un dispositif automatisé dans le plancher de l’atelier permet de reconfigurer en quelques jours une même chaîne de montage. L’assemblage continue toutefois de se faire en alternance et l’usine inutilisée a été transformée en entrepôt.

«Nous voulons être un leader manufacturier global. Nous souhaitons être à la fine pointe de la technologique et offrir à nos employés un environnement de travail favorisant leur bien-être», explique l’entreprise dans un second communiqué fourni à La Voix de l’Est récemment. Par ailleurs, BRP prévoit une série de modernisation de son usine pour y améliorer les conditions de travail de sa main-d’œuvre. Une unité centrale de dépoussiérage au sol devrait être installée ainsi qu’une sonde évaluant la qualité de l’air intérieur, un compensateur d’air à volume variable et des ventilateurs géants au plafond. Le plan prévoit également l’installation d’un système de chauffage radiant décentralisé et un nouvel éclairage DEL.

Mondial

Toujours par communiqué, l’entreprise rappelle aussi que ses produits, comprenant les gammes de motomarines Sea-Doo, les véhicules hors route Can-Am, les bateaux Alumacraft, les systèmes de propulsion marins Evinrude et Rotax, en plus des Ski-Doo et des Spyder sont vendus dans une centaine de pays partout sur le globe, permettant ainsi à l’entreprise de totaliser des revenus frôlant les 4,5 milliards $ annuellement. De quoi rendre fier le fondateur de l’entreprise, Joseph-Armand Bombardier.

Les produits fabriqués par BRP sont présents dans une centaine de pays.