Le secteur agroalimentaire regroupe non seulement les entreprises de transformation, mais également les producteurs agricoles. On compte 743 fermes dans la MRC Brome-Missisquoi.

La locomotive agroalimentaire

La région possède de solides créneaux sur lesquels bâtir son économie. Des entreprises en microélectronique, dans le domaine du plastique et de l’aéronautique s’y distinguent. Pourtant, on omet souvent d’y inclure le secteur agroalimentaire. C’est pourtant une de ses plus puissantes locomotives.

« On a tendance à l’oublier. Peut-être parce qu’il est tout autour de nous, qu’on ne le voit plus. Mais il est bien là, bien vivant », indique Denis Beauchamp, directeur du développement économique du CLD Brome-Missisquoi. « C’est un secteur d’avenir qu’on peut mieux exploiter, parce que nous avons tout ce que ça prend. »
Agropur, Bonduelle, Hershey, Canards du Lac-Brome, Aliments Ultima, Kerry, L.B. Maple Treat, la région compte plusieurs géants de l’agroalimentaire. Ils produisent, transforment et distribuent leurs produits un peu partout au Québec, au Canada, aux États-Unis et ailleurs dans le monde. « C’est une force régionale », confirme Éric Tessier, directeur du développement industriel chez Granby Industriel. L’organisme voit un fort potentiel de croissance dans ce domaine. « C’est clair que c’est un secteur où on est très actif, très présent dans des événements pour se faire connaître. On a plusieurs projets sur lesquels on travaille. »
Au premier regard, les données impressionnent. Pour la seule MRC de la Haute-Yamaska, on dénombrait 21 entreprises en 2016 dans le secteur des aliments et des boissons. Elles employaient 1425 personnes et avaient investi 28,8 millions de dollars dans l’année. C’est le secteur où l’investissement a été le plus élevé, indique M. Tessier, notamment de la part de la compagnie Hershey. Le fabricant de sucreries a modernisé une partie de ses installations dans le parc industriel de Granby.
Dans la MRC Brome-Missisquoi, le portait agroalimentaire inclut, en plus, les entreprises agricoles. « Tout part d’eux », fait remarquer M. Beauchamp. « Ils sont une partie importante de toute l’industrie », dit-il. Le tableau comprend aussi les entreprises agrotouristiques comme les vignobles, les brasseries et les producteurs de petits fruits.
Une analyse menée au printemps par le CLD a permis de recenser 743 fermes et une quarantaine d’entreprises agrotouristiques. Leur valeur foncière dépasse le milliard de dollars, signale
M. Beauchamp. Le portrait se complète avec 51 entreprises de transformation agroalimentaire,
183 restaurants (qui utilisent tous des produits locaux) et 11 détaillants (grossistes). L’étude souligne que 70 % de ces compagnies sont en situation de croissance.
Ce secteur emploie plus de 5000 personnes dans la MRC.

Denis Beauchamp, directeur du développement économique du CLD Brome-Missisquoi.

Potentiel des petits fruits
Les perspectives de croissance de ce secteur pour la région sont très bonnes, estime M. Tessier. Le potentiel pour augmenter la transformation de petits fruits est présent, surtout que les producteurs se trouvent tout près. Il rappelle que les produits à valeur ajoutés permettent aux petites entreprises d’engendrer des revenus importants.
Le CLD Brome-Missisquoi planche sur un projet de coopérative de transformation de petits fruits et de légumes. L’idée est de pouvoir utiliser les équipements à l’école secondaire Massey-Vanier les soirs et les week-ends. « Peut-on maximiser ces équipements en donnant un coup de main à de petits producteurs ? On doit trouver des solutions avec ce qui existe. Les occasions d’affaires vont se réaliser si on investit », pense M. Beauchamp.