Le directeur général et greffier de la municipalité, Louis Verhoef.

Pas un, mais deux parcs industriels

À Waterloo, on a mis beaucoup l’accent, ces dernières années, sur le parc industriel en bordure de l’autoroute 10. Bien que stratégique, le parc Horizon n’est pas la seule option disponible, rappelle la Ville.

«Ce qu’on appelle le parc industriel de la route 241 a été un peu délaissé, car beaucoup d’énergie et de ressources ont été consacrées au développement du parc autoroutier. Ça porte ses fruits. Mais on ne veut pas non plus négliger l’autre», indique le directeur général et greffier de la municipalité, Louis Verhoef.

D’autant plus que tous les services sont déjà offerts dans les rues Industriel et Yamaska. «Ça répond aux exigences de ceux qui veulent avoir accès aux infrastructures dès leur arrivée. Plusieurs terrains sont disponibles, tant pour des industries que pour des entreprises de services. On est ouverts aux projets», ajoute le dg.

Parmi les occupants actuels du parc industriel de la 241, mentionnons entre autres le motel industriel, Adam Lumber et Ambulance Radisson.

Selon M. Verhoef, les atouts de «l’ancien» parc industriel sont nombreux. À commencer par la proximité avec la route 241 bien sûr, mais aussi avec l’autoroute des Cantons-de-l’Est. La présence de la caserne de pompiers dans la rue Bernard, juste à côté, n’est pas non plus négligeable, fait-il remarquer.

La majorité des terrains de ce secteur appartiennent à la Ville de Waterloo, ce qui constitue un avantage supplémentaire pour les futurs acheteurs, toujours selon Louis Verhoef. «Ils ne sont pas lotis, alors les possibilités sont grandes. On a des demandes pour des lots allant de 50 000 à 800 000 pieds carrés. Et les prix sont concurrentiels.»

Tout en mettant les efforts nécessaires pour attirer des industries dans son parc industriel de la route 241, Waterloo a la volonté de lancer la phase 2 de son deuxième parc (Horizon), non loin de l’autoroute 10

Vieillissant, le parc industriel de la 241 ? «À la Ville, on voit tout le potentiel de développement de ce secteur. Les gens pourraient être étonnés!»

La direction de la municipalité est d’ailleurs en discussion avec une entreprise qui évalue actuellement la possibilité de s’y établir.


« Plusieurs terrains sont disponibles [dans le parc industriel de la route 241] , tant pour des industries que pour des entreprises de services. On est ouverts aux projets. »
Louis Verhoef

Parc Horizon

N’empêche, le nouveau parc Horizon demeure l’un des fers de lance du développement économique de Waterloo. Avec sa double vocation industrielle et commerciale, il suscite un intérêt certain, assure Louis Verhoef. «On reçoit beaucoup de demandes d’informations.»

En plus des Quais de l’Estrie et de l’entreprise Équipements Ault, nouvellement installée, l’immense site est aussi occupé par Gazoduc TQM. Trois autres terrains sont loués pour des tours de télécommunications.

Un lot vendu il y a quelques années à l’entreprise Morika Capital n’a jamais permis de concrétiser un projet de station-service/restauration rapide. M. Verhoef mentionne toutefois la vente plus récente à une autre compagnie, d’un terrain qui pourrait aboutir à un projet de bannière commerciale dans le domaine de la restauration ou de l’hôtellerie.

«Pour susciter de l’intérêt, on développe des rues dans ce parc. Cet automne, il y aura prolongement de la rue Nadeau sur 315 mètres», affirme le gestionnaire.

La volonté de la Ville est également de lancer la phase 2 du parc Horizon. «On veut modifier le certificat d’autorisation pour s’éloigner des lignes de gaz naturel et d’électricité qui passent dans cette zone. Cela nous permettrait d’ouvrir le second secteur rapidement, car il y a déjà de l’intérêt pour les terrains qui s’y trouvent.»