L’activité des Jeunes cuistots, qui existe depuis 15 ans à Waterloo, se transporte cet automne à l’école Centrale de Saint-Joachim.

Le CAB aux 4 Vents s'adapte aux besoins de la communauté

Les enfants de la classe de cinquième année de l’école Centrale de Saint-Joachim pourront, dès le 17 octobre apprendre, à cuisiner des collations santé. Le Centre d’action bénévole aux 4 vents y transporte son atelier Jeunes cuistots, fort populaire à l’école primaire St-Bernardin de Waterloo.

Les Jeunes cuistots fêtent leur 15e anniversaire cette année. Non seulement le logo a été revu et le duo-tang mis à jour, mais une nouvelle adresse s’ajoute aux activités.

À Waterloo, les élèves de cinquième année du primaire profitent de cet atelier une fois par semaine. « Ils sont divisés en équipes de cinq à six élèves, explique Josée Archambault, directrice du CAB aux 4 vents. À chaque table se trouve aussi un bénévole. Les enfants cuisinent une recette différente à chaque table. À la fin, ils se partagent les collations pour goûter à tout. »

Les recettes sont ajoutées au duo-tang que les enfants rapportent ensuite à la maison.

« On est allé du côté de Saint-Joachim pour voir s’ils étaient intéressés à recevoir le projet. Ce qui a été le fun là-bas, c’est qu’on a pu recruter trois mamans et un papa. Ils ont le goût de vivre cette expérience-là avec leur enfant. Nous avons reçu une très belle réponse. On est très heureux de voir que tout le monde est content de voir les Jeunes cuistots arriver à Saint-Joachim!»

La formule sera la même, à l’exception que l’activité se tiendra une fois par mois, plutôt que toutes les semaines. Les enfants de la classe se déplaceront alors à la salle Espéranza, au sous-sol de l’église du village, pour l’activité.

Au-delà de l’objectif d’apprendre à cuisiner, « il y a le plaisir de côtoyer des bénévoles, des aînés comme des parents d’élèves. Chaque fois, il faut lire la recette, mesurer les ingrédients, note Mme Archambault. Il y a donc des notions de français, de mathématiques et d’hygiène à apprendre, puisqu’il faut laver la vaisselle et tout ce qui se récupère. Ce sont des notions qui sont bien implantées par le projet des Jeunes cuistots. »

Des partenariats qui font du bien

Le Centre d’action bénévole ajuste ses services aux besoins de la population. Par exemple, l’organisme propose une buanderie communautaire, ce type de service étant inexistant dans la municipalité.

Un frigo communautaire, le Végé-Go, a également été installé à l’extérieur des locaux du CAB, en été, et à l’intérieur en hiver, afin de permettre à la population de donner et de prendre des aliments frais. Il y a cependant plus de gens qui viennent chercher des aliments que l’inverse.

Au printemps, le CAB a lancé un appel à tous pour que les jardiniers pensent au Végé-Go dans leur plan de jardin. « On voulait inviter les gens à faire une rangée supplémentaire, par exemple, de plants de tomates, et d’offrir cette récolte-là au frigo, mentionne la directrice. C’est difficile d’évaluer si ça a fonctionné, puisqu’on n’est pas toujours à côté du frigo pour voir qui vient porter des choses. Mais on n’a pas eu de débordements. »

Le CAB a cependant un partenariat, depuis quelques mois, avec le Métro Plouffe de Waterloo qui offre les surplus de sa boulangerie, comme du pain et des pâtisseries.

C’est également cette épicerie qui cuisine maintenant les repas de la popote roulante. « C’est vraiment une nouvelle dynamique. Il y a un nouveau menu qui est offert. Il y a une grande variété et nous recevons de bons commentaires. »

Les mardis, mercredis et jeudis, environ 25 personnes domiciliées à Waterloo, Warden, Saint- Joachim et Shefford reçoivent ces repas chauds accompagnés d’une soupe et d’un dessert.
« Pour les bénévoles, c’est toujours agréable d’aller offrir un repas chaud. C’est une sécurité pour les aînés. Des fois, il s’agit de la seule personne qu’ils voient dans leur journée. »

Autre nouveauté, la coordonnatrice des bénévoles et des services aux aînés, Carolyne Huot, offre maintenant le service de travail de milieu auprès des aînés en situation de vulnérabilité. Elle ira à la rencontre de cette clientèle dans son milieu pour l’aider à trouver des ressources selon ses besoins.