La coordonnatrice du service de premiers répondants de Sutton, Marie-Hélène Simard.

Les premiers répondants en mode recrutement

Les premiers répondants de Sutton veillent sur la population 24 heures sur 24, 365 jours par année. La brigade, composée de bénévoles qui interviennent lors d’une urgence médicale, est en mode recrutement afin d’assurer la pérennité du service. La pénurie de bénévoles est telle que des secouristes de l’extérieur viennent même effectuer des gardes.

«Ça prend des gens dédiés qui aiment le domaine», fait valoir Marie-Hélène Simard, coordonnatrice du service de premiers répondants. Celui-ci dessert les populations de Sutton, Abercorn et Brome.

Le mandat des secouristes: intervenir lors de situations d’urgence médicale, que ce soit des problèmes cardiaques, une fracture ouverture ou des lésions infligées lors d’un accident routier ou de ski, par exemple. En 2017, les bénévoles ont répondu à 364 appels, un nombre en constante augmentation, remarque Mme Simard.

Les premiers répondants offrent un service essentiel, notamment parce que les ressources ambulancières ne sont pas à proximité. «On sait que la population veut avoir ce service-là. Elle en a besoin, notamment parce qu’on arrive beaucoup plus rapidement», dit la coordonnatrice.

Les équipes, composées de deux bénévoles, sont en devoir pendant des quarts de 12 heures. Durant cette période de garde, ils ne peuvent pas s’éloigner de Sutton ou effectuer des travaux qui les empêcheraient de quitter rapidement lorsqu’un appel nécessitant leur intervention est logé à la centrale 911.

Chaque année, plus de 17 000 heures de bénévolat sont ainsi assurées par les membres du service de premiers répondants. Ils sont actuellement 24 à se relayer pour l’offrir à leurs concitoyens, alors qu’ils devraient plutôt être entre 30 et 32 intervenants.

Le recrutement représente un défi constant. «Les bénévoles sont souvent à recruter et le taux de roulement est plus rapide, constate Marie-Hélène Simard. Mais il faut s’investir là-dedans. On aimerait que des gens de Sutton s’enrôlent dans notre service. Ça demande beaucoup de disponibilité et on sait que du bénévolat, il y en a plein à faire à Sutton.»

Des bénévoles de l’extérieur

Afin de pallier la pénurie de bénévoles, des premiers répondants vivant à l’extérieur du territoire desservi par le service offrent leur aide. En ce moment, la brigade compte quatre bénévoles qui proviennent de Cowansville, de Farnham et même de Montréal. «Ils ont vu ou entendu dire qu’on cherchait des premiers répondants et ils sont venus à notre rencontre», raconte la coordonnatrice.

Lorsqu’ils sont de garde, certains sont invités chez des collègues premiers répondants pour se reposer, mais ce n’est pas une situation idéale, estime Mme Simard. Ils peuvent aussi passer du temps au bureau du service, situé à l’hôtel de ville, mais il n’est pas possible pour eux d’y dormir. «On essaie d’organiser un endroit dans l’hôtel de ville où ils pourront se reposer, surtout pendant les quarts de nuit, dit-elle. On souhaite que ces gens-là soient bien accommodés, parce qu’ils donnent beaucoup. L’idéal serait d’avoir un endroit où on ne paierait pas pour l’appartement.» Le service accueille des bénévoles de tout âge — dont plusieurs retraités — et de tous les domaines.

Les personnes intéressées à devenir bénévoles pour le service de premiers répondants à Sutton peuvent contacter Marie-Hélène Simard, coordonnatrice, au 514-237-3015 ou par courriel à mh.simard@sutton.ca