Les tout-petits sont souvent les grands oubliés des politiques culturelles municipales. Avec J’inviterai l’enfance, ils sont davantage exposés à l’art par le biais des services de garde.

De grands projets pour les tout-petits

Les tout-petits ne seront bientôt plus les grands oubliés de la politique culturelle de Sutton.

Des spectacles, ateliers et formations sont en préparation afin de susciter un éveil culturel chez les plus jeunes, le tout en collaboration avec le ministère de la Culture et des Communications, divers organismes et plusieurs autres municipalités de Brome-Missisquoi.

«Je me suis rendu compte qu’il y avait un intérêt très large, pas juste à Sutton, indique Claudine Filion-Dufresne, agente de développement culturel à la Ville et responsable du projet J’inviterai l’enfance. C’était aussi généralisé que, souvent, les tout-petits sont oubliés des politiques culturelles municipales.»

Les bénéfices d’une exposition hâtive et régulière à l’art avant l’âge de cinq ans ne sont plus à démontrer, dit Mme Filion-Dufresne. Le développement social et affectif, le langage, la mémoire et la motricité s’en trouvent bonifiés.

«Ça aide l’enfant à développer sa capacité d’apprendre à l’école et ça a même un impact sur son implication citoyenne à l’âge adulte. Bref, ça a plus d’impact qu’on pourrait le croire.»

Services de garde

Le projet se fera en partenariat avec les services de garde publics et privés sur un horizon d’au moins trois ans. Dès le printemps prochain, des extraits de spectacle seront présentés par des artistes qui font de la création pour la petite enfance, soit en respectant les besoins et intérêts de l’enfant. «Il n’y aura pas de sujet tabou», mentionne Mme Filion-Dufresne en donnant l’exemple d’un spectacle qui pourrait évoquer le deuil.

Ces présentations seront suivies d’ateliers — certaines à l’intention des enfants, d’autres des parents — qui permettront un retour sur le sujet abordé. Des stages de formation seront aussi offerts aux artistes, qui seront chacun jumelés à une garderie.

De futures éducatrices en garderie seront, elles, associées en équipe à des artistes participants «pour échanger sur le processus de création et observer l’artiste en garderie pour lui donner du feedback», dit l’agente de développement culturel. Pour ce faire, Sutton a pris contact avec le Cégep de Granby afin d’obtenir le concours d’étudiantes en troisième session du cours Techniques d’éducation à l’enfance à partir de l’automne 2019. «L’idée, c’est de semer des graines pour que les futures éducatrices aient ce bagage-là. Qu’elles puissent voir comment elles peuvent aider les enfants avec d’autres approches, d’autres façons de faire.»

Pouvoir d’attraction

Finalement, en 2020, des formations pour devenir médiateur culturel seront offertes aux artistes, en collaboration avec divers lieux de diffusion. Ils pourront ensuite travailler avec les organismes culturels pour, d’une part, les aider à développer des projets pour les tout-petits et former des bénévoles qui pourront, à leur tour, animer des ateliers.

À travers J’inviterai l’enfance, les municipalités de Brome- Missisquoi souhaitent bonifier leur offre culturelle pour devenir plus attrayantes pour les familles. L’âge médian des résidants de Sutton a, par exemple, augmenté et s’établit désormais à 58 ans, précise Claudine Filion-Dufresne. «On a envie de garder les familles et de leur offrir des services. À Sutton, les activités pour enfants étaient surtout concentrées au niveau primaire.» La Ville a jusqu’ici investi 9000 $ dans cette initiative en grande partie financée par le ministère de la Culture et des Communications.