Janna Hubacek est directrice générale du Centre d’action bénévole de Sutton.

CAB de Sutton: déjà 35 ans d’entraide

Le Centre d’action bénévole (CAB) de Sutton célèbre cette année son 35e anniversaire. Paniers de Noël, banque alimentaire, joujouthèque, travail de proximité auprès des aînés, aide aux devoirs en collaboration avec l’école primaire ; l’objectif de l’organisme est d’être un centre de services et de rencontres pour la communauté de Sutton. Un « carrefour d’information sociale ».

« Nous sommes amenés à devenir de plus en plus des facilitateurs, pour que les gens se rencontrent, soient mieux outillés et qu’ils s’entraident, affirme la directrice générale de l’organisme, Janna Hubacek. Notre rêve, c’est de devenir un lieu de rassemblement pour la population. »

Heureusement, la communauté de Sutton est tissée serrée et l’entraide vient naturellement en son sein. Fondé en 1983 par les différentes églises de la localité, le Centre d’action bénévole de Sutton est porté par une cinquantaine de bénévoles qui s’impliquent tout au long de l’année et plus d’une centaine d’autres qui donnent de leur temps de manière ponctuelle.

« C’est un bel appui du milieu. Les gens se sentent interpellés, se réjouit Janna Hubacek. On sent qu’il y a une volonté de travailler ensemble. »

« Grâce au CAB, les gens se tissent un réseau et deviennent plus autonomes », indique la directrice, qui donne l’exemple d’une mère monoparentale qui se trouvait dans une situation difficile et qui, grâce aux services et à l’appui du CAB, est retournée aux études et est parvenue à lancer son entreprise.

Une histoire qu’on espère voir se reproduire. « Si on fait bien notre travail, un jour, le centre n’aura plus besoin d’exister », espère Mme Hubacek.

RetroLabo du CAB dresse le portrait de 35 bénévoles et clients du Centre d’action bénévole, qui ont accepté de recréer une photo de leur enfance sous la lentille des photographes d’Éliane Excoffier et de Tristan Corbeil Lapointe.

Sutton étant surtout perçue comme une municipalité touristique et de villégiature, Mme Hubacek concède que beaucoup de travail est à faire pour briser les stéréotypes et pour rappeler que la pauvreté est partout. « C’est un gros changement pour nous, parce que maintenant, nous devons davantage conscientiser la population », explique-t-elle.

« Sutton a du mal à retenir ses jeunes. Les loyers sont chers et beaucoup d’emplois ne sont que saisonniers, ajoute Mme Hubacek. Il faut trouver des solutions pour garder nos familles au village et en attirer d’autres. »

D’ailleurs, poursuit la directrice, le CAB joue désormais un rôle plus engagé auprès des décideurs. « On doit porter les revendications et les besoins des gens, parce que ceux-ci sont trop occupés à essayer de joindre les deux bouts », note-t-elle.

« Nous aidons les gens à se sortir de l’isolement, ajoute Mme Hubacek. Plusieurs nous ont dit que le CAB leur avait sauvé la vie. »

Le temps qui passe en photos

Le 30 novembre dernier, l’organisme a par ailleurs lancé un recueil pour honorer les centaines de bénévoles, clients et employés qui l’ont tenu à bout de bras depuis 35 ans. RetroLabo du CAB dresse le portrait de 35 de ces personnes, qui ont accepté de recréer une photo de leur enfance sous la lentille des photographes d’Éliane Excoffier et de Tristan Corbeil Lapointe. « Les nouvelles photos ont été prises entre 15 et 80 ans plus tard que les originales ! » précise Mme Hubacek.

Les clichés mis à jour sont accompagnés de textes de présentation rédigés par les élèves de 5e et 6e année de l’école primaire de Sutton, qui ont rencontré leurs sujets afin d’en connaître davantage sur eux et sur la place qu’occupe le CAB dans leur vie. Le produit final est une création de Stéphane Lemardelé et Isabelle Grenier.

Pour ceux qui souhaitent admirer le tout, sachez que le fruit de ce travail collectif est exposé au marché couvert de Sutton durant tout l’hiver.

Le livre est pour sa part disponible au coût de 20 $ directement au CAB. D’autres points de vente pourraient s’ajouter. Les profits serviront à financer les activités de l’organisme. Entre temps, la Guignolée de l’organisme se déroule jusqu’au 15 décembre. Les dons en denrées et en argent permettront d’agrémenter la cinquantaine de paniers de Noël qui seront remis à des gens dans le besoin, comme chaque année depuis maintenant 34 ans.