Le conseiller municipal du district 6, Michaël Vautour, responsable du dossier de la politique familiale.

Les familles au coeur des priorités

Après avoir mis en place une politique des aînés, voilà que Shefford veut plaire davantage aux familles. Une consultation publique sur le sujet devrait avoir lieu d’ici la fin juin. Si tout se déroule comme prévu, la nouvelle politique devrait être lancée en décembre prochain.

Shefford a bouclé, en novembre 2016, la démarche Municipalité amie des aînés (MADA), amorcée l’année précédente. L’accroissement de la population au cours des dernières années a également amené la municipalité à se questionner sur les priorités des familles. « On veut que Shefford continue de se développer, mais pas de n’importe quelle façon. Si on veut attirer de nouvelles familles et garder celles déjà établies ici, il faut avoir des incitatifs et être à l’écoute de leurs besoins. On regarde ce que l’on pourrait apporter sur le plan des loisirs, des infrastructures, des services et de la culture, entre autres », a indiqué Michaël Vautour, conseiller municipal du district 6, responsable du dossier de la politique familiale englobé dans la « planification stratégique » de la localité.

En ce sens, la Ville a présenté aux citoyens un questionnaire en ligne. Plus d’une centaine de personnes ont soumis leurs idées de décembre à mars. « On est très satisfaits de la réponse. C’est signe que les gens ont l’avenir de leur municipalité à coeur », a fait valoir M. Vautour.

Une consultation publique suivra. Cette étape devrait être complétée « au plus tard à la fin juin », dit l’élu. Le plan d’action sera élaboré, puis présenté aux membres du conseil pour approbation avant son lancement. L’objectif est de boucler le tout avant 2019.

Services de proximité
Selon le représentant du quartier 6, l’augmentation des services de proximité figure parmi les points qui retiennent particulièrement l’attention de la population. À ce chapitre, rappelons que la municipalité a acheté, en 2016, trois lots contigus situés dans l’axe de la route 112 et du chemin Saxby, totalisant près de 1,5 million de pieds carrés (35,4 acres) pour créer un carrefour de services. La Ville a déboursé un peu plus d’un demi-million de dollars pour acquérir ces terrains.

La construction d’un établissement abritant une coopérative de santé y figurait. Or, l’organisation a été dissoute au cours des derniers mois en raison du manque d’intérêt de la population. Mais le projet de centre communautaire, lui, demeure bien vivant. « Notre seule salle actuellement disponible pour la population est celle de la mairie. L’espace est limité et elle est utilisée au maximum de ses capacités, dit M. Vautour. Le centre communautaire est donc très important pour nous. »

Courtiser des magasins « grande surface » ne fait toutefois pas partie du plan de match de Shefford. « On est entouré de villes de grande envergure. Miser sur ce type d’offre ne serait pas la bonne cible », a-t-il soutenu.

École
Le projet d’école primaire chemine aussi rondement. L’éventuel établissement d’enseignement pourrait être une « école du futur », a dévoilé en primeur La Voix de l’Est récemment. « La CSVDC a demandé que l’établissement réclamé par la municipalité depuis cinq ans soit un Lab-école, ce projet d’école nouveau genre mis de l’avant par le trio composé de Ricardo Larrivée, Pierre Lavoie et Pierre Thibault », avait-on appris.

Selon nos informations, un terrain appartenant à la Ville, situé dans le périmètre formé de la route 112, du chemin Coupland, de la limite de Granby et du chemin Saxby Sud, est ciblé pour réaliser cette initiative de longue haleine. Les projets de Lab-école retenus à travers la province seront dévoilés par Québec en juin.

Bien qu’elle mise « énormément » sur le projet d’école primaire, la Ville a néanmoins un plan B. « Si on voit que le gouvernement [oppose] une fin de non-recevoir au projet d’école primaire, on pourrait donner le feu vert au centre multifonctionnel, a dit M. Vautour. Notre but est de maximiser l’argent de nos citoyens. »

Parcs
La nature est un attrait indéniable de Shefford. L’amélioration de l’accessibilité aux parcs de la municipalité figure donc parmi ses priorités.

« Les parcs sont nos joyaux. On veut les mettre davantage à l’avant-plan », a indiqué Michaël Vautour. Le parc écologique Jean-Paul-Forand, un site de 61,5 hectares sillonné par 6,3 km de sentiers pédestres sur le flanc est du mont Shefford, est un exemple. Idem pour le parc des Montagnards, qui fait partie de la réserve naturelle Canton-de-Shefford. La Ville souhaite relier ces espaces de villégiature aux nouveaux projets domiciliaires.

« Depuis près de trois ans, on demande aux promoteurs, au lieu de nous donner des lots pour faire des parcs typiques, de nous donner des bandes qui pourraient connecter des projets entre eux. »