Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Neil Poulin et Martine Phénix, promoteurs des chalets Sô Lodge
Neil Poulin et Martine Phénix, promoteurs des chalets Sô Lodge

Sô Lodge poursuit sa croissance

Olivier Pierson
Olivier Pierson
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Depuis décembre 2020, le concept Sô Lodge est devenu réalité. Un premier chalet est désormais disponible à la location, tandis que deux autres sont sur le point d’être terminés. À terme, cinq de ces habitations en harmonie avec la nature environnante verront le jour.

C’est au 1777, sur la route 241 dans le Canton de Shefford, que les résidences haut de gamme imaginées par Neil Poulin et Martine Phénix ont commencé à apparaître. « On veut bâtir les deux chalets restants durant l’été 2022 », avance Neil Poulin. Un second lot de 5 unités est prévu de l’autre côté de la route. « Ce seront sans doute aussi des chalets locatifs. Nous avons déjà commencé la construction de l’un d’entre eux », poursuit-il.

Le couple de promoteurs, dont c’est le premier projet hôtelier, avait à l’origine vu plus grand (16 bâtiments), mais il s’était heurté au refus de la municipalité, et plus précisément à son plan d’urbanisme. De nombreux résidents du secteur avaient aussi manifesté leur opposition. Aujourd’hui, les choses sont rentrées dans l’ordre aux dires des entrepreneurs. Martine Phénix se veut d’ailleurs rassurante sur ce point. Elle insiste notamment sur la notion de quiétude à respecter sur place par les occupants. « Quand les gens louent un chalet, ils signent un règlement leur interdisant de faire du bruit ou de déranger les voisins. »

Les bâtiments de style ferme moderne misent autant sur le haut de gamme que la communion avec la nature, grâce notamment à une large fenestration.

Aux petits soins des sportifs

Prévues pour pouvoir accueillir des groupes, de 14 à 21 personnes, ces maisons viennent combler un vide selon leurs concepteurs. « Il n’y avait pas d’offres de ce type à Bromont », souligne Mme Phénix en prenant l’exemple des cyclistes. « Lorsqu’il y avait une compétition dans le coin, ils étaient obligés de louer des chambres dans des hôtels », renchérit-elle. La clientèle sportive est d’ailleurs clairement dans le collimateur des promoteurs, quand la pandémie sera chose du passé. L’installation de spas hydrothérapeutiques et de saunas dans les différents hébergements n’est à ce titre pas un hasard. Ni même l’espace fermé prévu pour entreposer les équipements sportifs des locataires.

Pour l’heure, ce sont uniquement des familles qui font chauffer la ligne des réservations.

Étoffer les services

Le luxe constitue l’ADN des chalets Sô Lodge. Neil Poulin et Martine Phénix espèrent d’ailleurs décrocher une classification 5 étoiles. Pour y parvenir, l’accent a été mis sur le confort, à l’image des planchers chauffants, mais aussi la qualité, que ce soit par exemple le mobilier ou les services offerts, qui restent à affiner. « On va élargir dans le temps la panoplie de nos offres, comme par exemple la possibilité pour notre clientèle d’avoir recours à un traiteur local », illustre Neil Poulin.

La priorité a aussi été donnée à l’achat local, le contexte de crise sanitaire ayant encouragé cette pratique. Savons, café, literie ou encore le bois des résidences, fourni par la compagnie québécoise Juste du Pin, respectent cette consigne à la lettre. « Même les œuvres d’art qui se trouvent dans les chalets proviennent d’artistes locaux », ajoute Martine Phénix.

Les chalets de la compagnie Sô Lodge jouent clairement la carte du luxe.

En harmonie avec dame Nature

Les hébergements, décrits comme des bâtiments de style ferme moderne sur le site de l’entreprise, jouent pleinement la carte de l’intimité et de l’osmose avec la nature. Pour renforcer ce sentiment, les entrepreneurs ont opté pour de grandes fenêtres. Le choix a également été fait d’inverser l’aire de vie, qui se trouve au 2e étage, au plus près de la cime des arbres. Cette volonté affichée de communion avec les éléments porte un nom : la biophilie. « C’est un peu comme si la nature pénétrait dans le chalet. Ça apporte un petit côté zen », plaide Martine Phénix.

Au chapitre des atouts mis en avant par elle et son conjoint, il faut aussi citer la localisation des chalets. Directement sur la piste cyclable L’Estriade.

Une bonne occasion pour se dégourdir les jambes, mais également pour découvrir les attraits locaux de la région.