Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les bâtiments se caractériseront par la prédominance du bois, une abondante fenestration, des toits en pente et une acoustique absorbante.
Les bâtiments se caractériseront par la prédominance du bois, une abondante fenestration, des toits en pente et une acoustique absorbante.

La pédagogie du dehors fait son entrée au Lab-école

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Au futur Lab-école de Shefford situé en pleine nature, avec des bâtiments très ouverts et vitrés, il serait bête de ne pas en profiter pour utiliser l’environnement à des fins pédagogiques.

C’est pourquoi les responsables de ces écoles 2.0 ont récemment offert aux employés intéressés une formation destinée à approfondir leurs connaissances dans « la pédagogie du dehors ». Intitulé Vivre avec les saisons, le colloque virtuel a attiré en février 28 participants du centre de services scolaire du Val-des-Cerfs.

« Le Lab-école de Shefford sera un endroit optimal pour faire ça, indique Mario Beauvais, directeur du Service des ressources matérielles, volet projets. C’est ouvert sur le paysage, la forêt, les champs. Il y a des espaces verts à profusion. »

Le design des cinq pavillons interreliés qui le formeront est « fait pour la proximité intérieur-extérieur », ajoute-t-il. Les élèves y trouveront des sources d’apprentissage stimulantes, par exemple avec des activités à l’extérieur, en développant un potager ou encore en utilisant l’environnement pour traiter des notions de mathématiques, de français et de sciences.

« Il y a des implications dans plusieurs matières pour développer des compétences », dit M. Beauvais. La cuisine sera également mise à contribution pour apprêter des produits locaux.

Avec ses nombreux espaces différents tels que des gradins et des lieux collaboratifs, « l’entièreté de l’école a été pensée pour diversifier les espaces d’enseignement », dit Mario Beauvais. D’autres formations sont attendues, notamment sur l’utilisation des technologies et de ces espaces spécifiques au Lab-école.

« Le Lab-école de Shefford sera un endroit optimal pour faire [la pédagogie du dehors], dit Mario Beauvais, directeur du Service des ressources matérielles, volet projets. C’est ouvert sur le paysage, la forêt, les champs. Il y a des espaces verts à profusion. »

Bientôt le début de la construction

Mais avant tout, il faut construire. Val-des-Cerfs a récemment publié des documents pour la sélection de l’entrepreneur qui se chargera des travaux. La construction doit commencer en mai prochain pour une livraison, comme prévu, en septembre 2022. La facture du projet est toujours estimée à 16,8 M$.

Déjà, des tests de sol ont été faits et un puits artésien a été aménagé. L’endroit aura son propre système de traitement des eaux usées.

Avec son style, ses pavillons disposés en fer à cheval et son emplacement champêtre, à l’angle de la route 112 et du chemin Saxby, près mont Shefford, le Lab-école aura « des allures de colonie de vacances », selon l’architecture Pierre Thibault, qui a participé à l’élaboration du concept.

Son design est l’œuvre des firmes Pelletier de Fontenay et Leclerc architectes, de Montréal, et les bâtiments se caractériseront par la prédominance du bois, une abondante fenestration, des toits en pente et une acoustique absorbante. Une cour centrale verdoyante sera au centre des pavillons.


« L’entièreté de l’école a été pensée pour diversifier les espaces d’enseignement. »
Mario Beauvais, directeur du Service des ressources matérielles, volet projets au CSS du Val-des-Cerfs

Les Lab-écoles ont été mis sur pied afin de « repenser l’école » au point de vue de l’architecture, de l’alimentation et de l’activité physique. Leurs innovations inspireront les futures constructions scolaires. Mario Beauvais évoque notamment la grandeur et la diversité des locaux, l’esthétisme et l’ouverture vers l’extérieur.

« Le Lab-école servira beaucoup aux écoles de demain », dit-il.